Pas parano

il y a
3 min
885
lectures
34
Qualifié

J'ai grandi dans une maison où toutes les pièces, hormis la salle de bain, étaient équipées de bibliothèques. Chez-nous on ne pouvait pas échapper à la lecture : l'ennui était même un vice  [+]

Image de Automne 2020
Je suis parano, j’ai l’impression que les gens se taisent quand je rentre dans une pièce. Je suis parano, j’ai l’impression que vous riez de moi quand vous riez entre vous. Je suis parano, quand je regarde par la fenêtre je vois toujours une voiture qui ralentit, je pense que quelqu’un fait du repérage, du repérage de quoi ? Je ne sais pas. Je suis parano, alors je vérifie trois fois si j’ai fermé la porte avant de partir et comme je le fais tous les jours et que ces choses-là on les oublie à force de les faire trop souvent, des fois je rebrousse chemin, je retourne chez moi et je referme la porte. Juste au cas où. Je suis parano, j’entends des bruits dans le mur, ma copine dit que c’est la plomberie, mais comme je suis parano, je pense qu’elle me ment – pour me rassurer – ou parce qu’elle cache quelqu’un chez nous. Comme je suis parano, je vérifie derrière chaque porte, sous chaque lit s’il n’y a que nous. S’il n’y a que nous, ça veut bien dire que je suis parano, que tout ça, c’est dans ma tête, ou alors c’était elle, depuis le début. C’est elle qui me ment. Mais je suis parano. C’est ce qu’elle me dit à chaque fois quand je l’accuse. L’autre jour encore, je l’ai vue comploter avec ma mère. Quelle femme s’entend avec sa belle-mère ? Je les ai entendues dire mon prénom. Mais ça ne veut rien dire, j’entends souvent mon prénom. J’entends beaucoup de choses. Mais là, je suis certain, je les ai entendues. Quand j’ai demandé de quoi elles parlaient, elles m’ont menti. Le lendemain, elle a passé un coup de fil pendant que j’étais sous la douche. Elle a nié. Alors j’ai essayé de regarder sur son portable en douce, mais comme elle sait que je suis parano, elle a changé son code pin. Après ça, je l’ai suivie pour m’assurer qu’elle allait bien au travail. J’étais sûr qu’elle voyait quelqu’un d’autre. Elle recevait ces appels et elle rentrait parfois tard. À chaque fois, elle ralentissait à l’angle de la rue, devant la vitrine de la boutique de téléphonie. J’étais sûr qu’elle venait rencontrer quelqu’un dans la boutique. Elle s'attardait devant la vitrine à scruter, puis tout à coup elle accélérait le pas, comme poursuivie par sa conscience. Un jour, je n’en pouvais plus de son manège, je me suis jeté sur elle devant l'enseigne.
— Qui est-ce que tu attends comme ça tous les jours ? j’ai crié.
— Toi ! C’est toi que j’attends, et tous les jours tu me suis !
Voilà ce qu’elle m’a balancé. Je n’en revenais pas ! Je suis parti dans une colère noire ; elle avait l’habitude, mais c’était la première fois que ça arrivait en public. Elle n’est pas allée au travail ce jour-là. Quand elle est rentrée, je l’ai enfermée dans notre chambre pour être bien sûr qu’elle n’irait nulle part. Je lui ai dit à travers la porte que je savais pour sa liaison avec le gars des télécoms, celui qu’elle appelait au téléphone, celui qu’elle allait voir des fois après le travail. Et puis elle m’a juré qu’il n’y avait personne, j’ai fait semblant de la croire et je lui ai dit que je me tuerais si elle me quittait. Je le pensais ; jusqu’à cette période, elle était la dernière personne qui soit encore bonne avec moi, les autres souriaient devant, mais derrière mon dos je sentais qu’ils disaient du mal : tous pensaient qu’elle était trop bien pour moi. « Il n’a pas de travail depuis qu’il s’est battu avec son patron. Il n’en trouvera plus jamais. » Personne ne m’avait jamais cru quand j’avais dit que c’était lui qui m’avait provoqué. J’aurais dû me laisser faire ? Il a frappé le premier, j’ai terminé la bagarre. Il a terminé à l’hôpital. Une commotion, la mâchoire et quatre côtes cassées. Et alors ? Si ça n’avait pas été lui, ça aurait été moi. C’est peut-être ce que vous auriez préféré dans le fond ? Vous auriez voulu qu’il me finisse comme ça devant tous mes collègues ? Qu’il m’humilie en plus ! Vous n’attendiez que ça, de me voir échouer. J’ai dit ça à table à ma famille et comme je me suis levé, mon vieux père m’a dit de me calmer ou il me foutrait à la porte. Je lui ai demandé s’il comptait me cogner, il a rétorqué qu’il n’avait jamais levé la main sur moi. C’était peut-être vrai, je ne me souviens pas, mais il a toujours eu cet air mauvais, cet air fourbe de diable qui va surgir de sa boîte : une colère qui n’attend que de se déchaîner. Il s’est tout à coup levé alors je l’ai empoigné, il m’a tordu le bras dans le dos – fort pour son âge – et là, ma femme a pris le téléphone.
— T’appelles ton amant, c’est ça ?
—  C’est ça oui !
Mais quelle salope ! Ma mère gémissait et se frappait la poitrine comme une pleureuse, elle faisait la victime pour maquiller sa complicité criante.
Ils sont arrivés à trois dans leurs uniformes. Il fallait au moins ça. Ils m’ont mis à plat ventre sur le carrelage et ils m’ont dit de me calmer. J’ai éclaté de rire sans me laisser faire pour autant. Il y a eu du sang et des coups échangés.
— Je le savais ! Depuis le début je le savais... Je voyais les lumières sur le plafond de ma chambre au milieu de la nuit ! Vous patrouilliez devant chez moi ! Vous avez tout prévu depuis le début !
Ils m’ont fait une piqûre. Un peu plus tard je me suis réveillé sanglé dans leur ambulance, ils m’avaient drogué. Après l’incident, ils ont tous signé pour m’enfermer.
Je l’ai toujours su. Quand je pense qu’ils me disaient parano.
34

Un petit mot pour l'auteur ? 43 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Yasmine Anonyme
Yasmine Anonyme · il y a
Je suis parano. Ça fait peur de dire ça mais je me suis reconnue dans beaucoup de vos phrases. Très beau texte !
Image de Françoise Desvigne
Françoise Desvigne · il y a
Très difficile de vivre avec quelqu'un qui est parano ! De plus, à force de côtoyer des personnes atteintes de cette maladie, on finit par l'être aussi ! Je vous invite à lire "Le lion en cage" sur ma page et "Parenthèse désenchantée". Merci , beau texte .
Image de Nelson Monge
Nelson Monge · il y a
Un ressenti terrifiant pour une chute que l'est tout autant. Bravo !
Image de Gilles Pascual
Gilles Pascual · il y a
"Même les paranoïaques ont des ennemis", dit-on. C'est très finement observé, car j...
(c'est normal ce trait qui clignote et avance quand je tape sur une touche ?)
... je trouve que votre texte est très...
(fichu trait qui me nargue ! Qui le fait clignoter ainsi ? C'est vous ?)
... oui, j'ai beaucoup aimé votre texte qui me rappelle des...
(qu'est-ce que je raconte ? et c'est qui ces gens qui me regardent écrire ?)
Je voulais juste dire que le thème du parano est génial car il permet d'écrire à plusieurs niveaux. Et vous y arrivez bien, il reste très longtemps un petit doute sur la santé mentale de l'entourage. Donc oui, j'ai aimé.
(Sauf ce trait qui m'énerve à clignoter comme un imbécile, je vais lui mettre un coup de OK pour le faire taire)

Image de Tili Meddifreno
Tili Meddifreno · il y a
Un trait ? Mais quel trait ? Vous délirez je n'ai rien vu ! Merci d'être passé lire, si la paranoïa ça vous botte, n'hésitez pas à partager cette nouvelle avec votre entourage (alors évitez de vous fâcher trop avec les gens qui semblent vous observer) et de leur rappeler qu'il ne faut pas oublier de voter s'ils aiment.
Image de Gilles Pascual
Gilles Pascual · il y a
Pour moi seule la lecture compte, le vote n'a aucune importance. Et soyez sûre que lorsqu'un texte me plaît, je le fais largement connaître autour de moi sans même qu'il soit nécessaire qu'on me le demande.
Image de Tili Meddifreno
Tili Meddifreno · il y a
Merci de le partager. L'essentiel est d'être lue !
Image de Hermann Sboniek
Hermann Sboniek · il y a
C'est trop facile !!! Vous venez de me piquer une idée que j'aurais très bien pu avoir !!! Je suis venu lire sur les conseils de Patrick Gibon, m'étonnerait pas qu'il soit complice... et tous ces lecteurs qui me félicitent, je crois bien qu'ils veulent endormir ma méfiance. Mais je ne vais pas me LAISSER FAIRE !!!
😉

Image de Tili Meddifreno
Tili Meddifreno · il y a
Faites attention, si vous commencez à entendre du bruit dans vos murs, c'est sûr il y a un complot !
Image de Keith Simmonds
Keith Simmonds · il y a
Une belle histoire bien menée, troublante et terrifiante !
Image de Denis Crozet
Denis Crozet · il y a
On se reconnaît tous un peu dans le personnage.... Non ? Seulement moi ? Qu'est-ce que vous en savez ? Hum...?
Image de Tili Meddifreno
Tili Meddifreno · il y a
Le narrateur s'appelle peut-être Denis, méfiez-vous... Merci pour votre message, pensez à partager et à laisser un vote si ce texte vous a plu !
Image de Les Histoires de RAC
Les Histoires de RAC · il y a
Ha, la théorie du complot ! Tout à fait d'actualité... et TOC !
Image de Tili Meddifreno
Tili Meddifreno · il y a
Merci d'avoir laissé ce gentil commentaire. Contente que vous ayez apprécié. Pensez à partager et à inciter les gens à voter si ce texte vous a plu.
Image de Patrick Gibon
Patrick Gibon · il y a
HALLUCINANT!! un très grand texte d'un vrai écrivain et pas auteur, du puissant qui mérite le pompon du manège short grand prix!
je partage sur mon fachebouk, pour quelques lecteurs de plus, comme disait presque le premier ouest-terne spaghetti de Sergio Leone!

Image de Tili Meddifreno
Tili Meddifreno · il y a
Merci Patrick pour votre enthousiasme ! Surtout pensez à voter si la nouvelle vous a plu.
Image de Fred Panassac
Fred Panassac · il y a
La logique implacable du parano ! C’est prenant, qui osera lui dire qu’il a tort après une telle démonstration ?
Beau texte, j’aime !

Vous aimerez aussi !

Très très courts

Corpus malum

Patate Douce

« Suis-je dans le noir ou ai-je les yeux fermés ? Peut-être les deux. ».
Séléna, nue dans sa cage de métal, sentit un frisson lui parcourir l’échine. Elle essaya de remuer ses doigts... [+]