Pas de larmes pour Avignon

il y a
2 min
224
lectures
36

Trois étapes dans ma vie de fonceuse: Les métiers de l'habillement: une passion. Puis la réalisation d'un rêve: des études universitaires avec une licence d'Histoire à la clé. Enfin, les  [+]

Votre précieux billet à la main, il en a fallu de la patience et des relations pour se le procurer, vous attendez fébrilement le signal pour entrer. (En effet, il fait très chaud en juillet à Avignon). Il arrive quelquefois que vous reconnaissiez quelqu’un dans la foule. Et même, si cette personne, vous ne l’aviez pas revue depuis... à quoi bon chercher, son visage est resté accroché à votre mémoire. Vous avez envie d’aller à sa rencontre pour avoir partagé avec il ou elle des moments inoubliables, des fous rires, des discussions, des contradictions, et vous vous sentez toujours en phase.
Vous faites partie des deux mille spectateurs qui se pressent ce soir.

Entrer dans la cour d’honneur relève d’une incomparable émotion.
Voilà, vous y êtes, les jeunes qui vous accueillent, garçons ou filles, portent un tee-shirt siglé et vous aident à repérer votre siège, fort étroit le siège. Grâce au flyer qu’ils vous ont remis, mais à Avignon on dit « la bible » au cas où, en prévision des places que vous alliez acheter vous n’auriez pas longuement étudié le programme ou assisté à la conférence qui précède le moment magique, vous auriez besoin d’en savoir un peu plus sur ce qui vous attend.
Des éléments du décor sont disposés. Avant de prendre vie sous les tirades des comédiens, ils paraissent morts et mystérieux. Mais c’est là que se manifeste toute la grâce, toute la présence d’eux, les artistes que nous aimons, ils vont donner de la chair à ce plateau hors norme.
Les cris des hirondelles, depuis leur raréfaction, leur chant enregistré déchire l’espace, précédant de peu les trompettes de Maurice Jarre. Lumière : voilà tout est en place. Ce soir, au service de l’auteur, du metteur en scène, ils vont nous transporter ou nous horripiler, mais ne nous laisserons jamais insensibles. Pendant deux heures, quatre, six, parfois pour la nuit entière nous serons suspendus à leurs lèvres. La musique souvent en direct percutera l’aire et nos tympans. Ils vont s’aimer ou feindre, s’écharper se tuer aussi et nous y croirons.
À l’issue d’une représentation où nous aurons assisté, exaltés ou irrités, grelottants fréquemment sur le coup de trois heures du matin, mouillés ou assoiffés, de ce moment attendu presque religieusement nous sortirons différents. Le temps du retour, l’arrivée à la maison à une heure tardive, l’émotion déborde, comment aller dormir ? Pour retrouver le sens du concret, il faut manger, boire, parler se refaire la pièce et, demain sans doute, vouloir plus que tout y revenir.
Quand le ciel pâlit, enfin, ivres de mots et de vin, nous essaierons d’aller fermer les yeux. Passage obligé, car, déjà, dès le matin, tout recommencera.

Hauts d’affiches, figurants, régisseurs, éclairagistes, costumier/res, intermittents et vous, toute l’équipe du portail Bocquier, on vous attend, on vous aime, on pense à vous.
Merci, demain, l’année prochaine, nous serons là.

*
À l’attention de tous ceux qui depuis 1947 ont renouvelé et réinventé le festival d'Avignon.

L’email a bien été copié
36

Un petit mot pour l'auteur ? 6 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Blackmamba Delabas
Blackmamba Delabas · il y a
J'me suis fait jeté : pas d'pass sanitaire...
Image de Mireille Bosq
Mireille Bosq · il y a
Dommage d'avoir fait connaissance de cette manière! mais revenez-y et merci pour la visite.
Image de Ginette Flora Amouma
Ginette Flora Amouma · il y a
Bonne reprise , Mireille.
Image de Mireille Bosq
Mireille Bosq · il y a
Le festival nous dévore quand même pas mal de temps, mais ça passe si vite. merci pour la visite.
Image de Ombrage lafanelle
Ombrage lafanelle · il y a
Je réitère mon j'aime pour ce texte sur Avignon
Image de Mireille Bosq
Mireille Bosq · il y a
Alors, on vous y attend à Avignon! merci pour la visite.