3
min

ParcourSupplice

Image de BlueSnowAngels

BlueSnowAngels

261 lectures

223

FINALISTE
Sélection Public

— Hum, bonjour à tous. Je m’appelle Talia Morningstar et je suis chef pâtissière. J’ai créé mon entreprise à mes vingt-deux ans et il y a un an, j’ai ouvert ma première pâtisserie à New York. Hum, je pense que c’est l’essentiel, pour un début de présentation.

Elle ria nerveusement et se massa la nuque. Talia n’avait jamais aimé prendre la parole en public et encore moins devant des gamins qui semblaient s’ennuyer à mourir. Ses mains étaient moites : elle n’aimait pas parler d’elle. La jeune femme se racla la gorge.

— J’aurais bien voulu vous dire que j’ai trouvé ma voie dès qu’on m’a demandé ce que je voulais faire mais la vérité, c’est que je suis passée par tous les métiers possibles et inimaginables.

En fouillant dans sa mémoire, un sourire naquit sur ses lèvres.

— Je crois bien que la première chose que j’ai voulu faire, c’est coiffeuse, évidemment.

Quelques rires fusèrent.

— Puis j’ai regardé un reportage sur des gens qui fabriquaient des bonbons donc forcément, j’ai voulu faire chimiste dans les bonbons. Après, j’ai voulu être factrice, prof de maths, présidente, compta-t-elle sur ses doigts. Enfin, la panoplie quoi.

Elle observa les élèves de terminal face à elle, à peine plus éveillés. Elle descendit de l’estrade pour être à leur hauteur.

— Je ne vais pas vous mentir, on m’a demandé d’enjoliver mon parcours scolaire mais quel intérêt ? Je parie que vous êtes dans la même galère que moi à l’époque. Pas de projets pro bien définis et quand on vous le demande, c’est l’impasse. Alors on vous dit une connerie du style : « c’pas grave Maurice, dis-moi ce que t’aimes faire ? ». Sauf que là encore, vous aimez tout faire, toucher à tout, pas de restrictions. L’impasse totale.

Quelques-uns se redressèrent, à l’écoute. Le proviseur la gratifia d’un regard noir. Elle haussa les épaules et lui fit un clin d’œil. Talia avait quitté les bancs de l’école depuis belle lurette. Les heures de colle, c’était du passé.

— Honnêtement, mon histoire, elle n’est pas « ouf », dit-elle entre guillemets.

Elle circulait entre les rangs à présent, contente d’avoir pu captiver l’attention de quelques élèves. Elle gesticulait tandis qu’elle parlait, s’animait, s’émouvait et parfois, s’emportait un peu. Talia n’avait jamais rien fait dans la demi-mesure. C’était tout ou rien. Là, elle donnait tout, pour que ces gamins comprennent qu’ils avaient le choix de faire, de devenir exactement qui ils voulaient.

— J’étais bonne élève et du genre à obéir. Alors en fin de troisième, quand on m’a dit que j’avais de bons résultats et que je pouvais aller au lycée, j’ai dit « ok ». À la fin de ma seconde, je ne savais pas quelle filière choisir. Alors quand on m’a dit que j’avais des bons résultats homogènes et que je devais aller en ES, j’ai dit « ok ».

Talia pinça les lèvres et s’arrêta de nouveau devant les lycéens. Elle les dévisagea, l’air sérieux, presque solennel. Ce qu’elle racontait était très important. Autant pour eux que pour elle. Elle avait envie de les aider, ces gosses. De leur faire comprendre que rien ne peut arrêter les rêves.

— Je vous l’ai dit, histoire banale. Bonne élève qui a suivi le cursus normal. Mais le truc, c’est que je n’ai jamais pris de décisions. J’ai toujours laissé les gens décider à ma place. Alors vous pouvez imaginer ma tête quand on m’a dit que là, après la terminale, j’allais devoir décider par moi-même de ce que j’allais faire de ma vie. Je me suis dit « mais non, j’peux pas, je ne sais pas faire ça ! ». Panique totale !

Elle secoua la tête théâtralement. Elle s’attira les rires de l’assemblée. Talia savait en rigoler mais à l’époque, elle était beaucoup moins sereine. C’était son avenir en jeu et à dix-sept ans, comment pouvait-elle savoir ce qu’elle voulait faire le reste de sa vie ?!

— Logique des choses, je suis allée voir plein de fois la COP*, j’en ai parlé avec mes parents, j’ai fait des tas de forums. Tout ça pour m’embrouiller encore plus les idées. Fin décembre, toujours pas d’idées. On me conseillait Sciences Po, école de commerce, prépa prestigieuse, etc. On me disait : « Talia, t’as l’intelligence, fais de grandes études ! ». Le problème, c’est qu’on m’avait dégoutée du système scolaire. Je ne me voyais pas faire de longues études. Et c’est là que l’idée a commencé à germer : la pâtisserie. J’aimais ça, c’était quelque chose où j’étais douée et je m’épanouissais. Mais comment dire à mon entourage que je pensais à me réorienter en CAP ? J’avais honte, honnêtement. On attendait tellement de moi...

Talia remarquait, dans leurs yeux, que certains la comprenaient parce qu’ils étaient probablement confrontés au même dilemme. La peur de décevoir. La peur d’être rejeté. La peur des reproches en plus de la culpabilité qui pointait déjà.

— Eh bien, je vais vous dire, c’est mon copain de l’époque qui m’a permis de m’affirmer. Et je ne peux pas mieux vous expliquer comment en disant mot pour mot ce qu’il m’a dit : « Écoute pas la conseillère, elle sert à rien. Ce qui faut faire, c’est exactement l’inverse de ce qu’elle prévoit pour toi ».

Elle rigola avec les élèves, puis on lui sourit, et elle espérait que ça voulait dire quelque chose. Qu’elle avait réussi à leur donner le déclic.

— Alors, les gosses, n’ayez pas peur de ce que vous voulez faire même si tout le monde est contre vous. On s’en fout. L’important, c’est d’avoir confiance en vous et de faire exactement l’inverse de ce qu’on prévoit pour vous.

Elle leur fit un clin d’œil et intérieurement, elle remercia son ex. Après tout, c’est un peu grâce à lui qu’elle avait réussi à sortir des sentiers battus et qu’elle en était là aujourd’hui.


*Conseillère d’Orientation et Psychologue

PRIX

Image de 2018

Thèmes

Image de Très très court
223

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de AB
AB · il y a
Une histoire avec un message fort et plein d'espoir. Il faut suivre sa voie... Et on se retrouve en finale ;) Bravo
·
Image de Miraje
Miraje · il y a
L'éducation par l'exemple, et l'expérience. Bien vu ! Bonne finale.
·
Image de Dranem
Dranem · il y a
Merci d'avoir lu ma lettre ! Gardez votre liberté de penser et de faire ce qui vous plait. Mes votes pour la finale !
·
Image de Pascal Depresle
Pascal Depresle · il y a
Un très bon texte, beaucoup de plaisir à vous lire. Mon vote. Peut-être aimerez vous "il dit toujours oui" "l'héroïne" ou "tata Marcelle'.
·
Image de Keith Simmonds
Keith Simmonds · il y a
Tous mes votes pour cett superbe œuvre si bien écrite, Bluesnowangels ! Grâce à vos votes, “Ses lèvres rougissent” est en FINALE pour le Grand Prix Printemps 2018. Une invitation à renouveler votre précieux soutien ! Merci d’avance et bonne journée !
·
Image de Jean-Baptiste van Dyck
Jean-Baptiste van Dyck · il y a
Bravo Blues voici mes 5 voix, bonne chance pour la finale ! Je vous invite à soutenir mon texte «  You Hanoï Me Part 2 » en lice pour la finale poésie printemps 2018 ! Bon dimanche. JB
http://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/you-hanoi-me-part-2

·
Image de SakimaRomane
SakimaRomane · il y a
Quel plaisir de vous retrouver cette année BlueSnowAngels. Bravo :)
·
Image de Java
Java · il y a
J'adore! Et je m'y retrouve beaucoup aussi!^^ Du coup je sais pas si c'est le cas mais ça a comme une odeur de vécu ;)
En tout cas je vote pour cette très belle histoire qui donne de l'espoir! Toujours suivre ses rêves! Voilà une philosophie que tout le monde devrait avoir! Mais pas si facile de ne pas se laisser influencer...
Bonne chance pour la finale!

·
Image de Jarrié
Jarrié · il y a
Pas facile mais avec de tels pédagos les portes s'entrouvrent . Bravo pour ce texte.
·
Image de Kiki
Kiki · il y a
une belle histoire qui mérite bien mes 3 voix. Bonne chance
·