18 lectures

1

Kevin était un urbain. Il détestait les insectes.
Les villes en sont remplies mais en ville on ne les voit pas. Il louait un T3 au 10ème étage d’une tour entourée d’autres tours. C’était « New-York » à Paris. Du moins : il aimait le penser quand derrière sa baie vitrée il observait la Lune passer dans l’interstice des immeubles voisins.
Des insectes aussi urbains que lui ont essayé d’envahir sa tour il y a quelques années. Ils n’ont pas fait long feu. Les cafards, c’est comme les rats : y a pas énormément d’écolos pour les défendre (l’éradication est recommandée).
Il aimait les vacances à la campagne. Mais ce qu’il préférait dans la campagne c’était les vacances.
Il fuyait les moustiques, les abeilles et les araignées. Il fuyait les insectes qui piquent. Il se détournait des escargots et des limaces. Il se détournait des insectes gluants. Mais il aimait les papillons. C’est beau un papillon. Il en avait épinglé une centaine sur des tableaux pour les exposer dans son salon. Il les chassait pendant ses vacances. Son dernier papillon, il l’avait chassé en Corse (un Cardinal Argynnis pandora). Ce spécimen semblait vouloir s’envoler malgré l’épingle qui lui transperçait le corps (comme les autres papillons épinglés).
Il venait de repérer des chenilles inclassables à l’orée du bois (en contre-bas de la villa qu’il louait en Charente). D’ici deux ou trois jours, elles se transformeraient en chrysalides. Il pensait pouvoir identifier l’espèce avant son envol et revenir le jour « J » pour compléter sa collection. Les chrysalides à même de percer ne l’ont pas renseigné. Ces papillons à venir n’avaient rien d’habituel. A travers elles, une partie angoissante de leur anatomie en gestation prédominait : leurs yeux dorés.
Les chrysalides non écloses semblaient l’observer. Kévin n’était qu’un chasseur de papillons. Un lépidoptérophile hypnotisé par sa découverte. Cette espèce de papillon non répertoriée était un graal pour qui les collectionne.
Le jour « J », il était venu muni d’un filet en pensant capturer le graal. Il en garderait un pour l’épingler et il revendrait les autres sans fléchir sur le prix de vente. Les acheteurs lépidoptérophiles sont légion en France.
Quand le premier papillon s’est envolé, une trainée dorée s’est échappée. Ce nuage est retombé lentement. Le sol s'est recouvert d’or à mesure que les chrysalides se vidaient. Les yeux de Kévin emplis d’or exprimaient une peur infondée.
Des milliers de papillons d’or avides d’envol venaient de percer leur chrysalide en relâchant une poussière à même de l’enrichir. Sa peur de la nature l’a tué.
On ne l’a retrouvé que trois mois après sa mort. Son cadavre était en or. Sa mort a entrainé un débat : un homme transformé en or peut-il être monnayé ? Peut-il être revendu au gramme ?
On ne sait rien du lieu de son enterrement.
Des milliers de chercheurs d’or et de lépidoptérophiles parcourent en ce moment la Charente pour le retrouver.
L’espèce de papillon qui l’a tué reste inconnue.
Les commerces de Charente s’enrichissent grâce aux lépidoptérophiles avides de découverte et aux chercheurs d’or avides de fortune.
1

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de Dolotarasse
Dolotarasse · il y a
La ruée vers l'or des papillons ! Pas mal ;-)
·
Image de Ted
Ted · il y a
Toujours la 1ère sur mes textes ;) Ce texte a été refusé par le comité de lecture... On s'y fait ;)
·
Image de Dolotarasse
Dolotarasse · il y a
Oups en retard pour ma réponse. Pas grave et effectivement on s'y fait ;-).
Tous mes meilleurs vœux Ted et bises.

·