Panique à Reming Town

il y a
3 min
810
lectures
168
Finaliste
Jury

J'aime beaucoup raconter des histoires que j'aimerais lire. J'ai des tonnes d'idées, quelques histoires finies dans les tiroirs, beaucoup en cours d'écriture et une seule envie : que mes textes  [+]

Image de 2017

Thème

Image de Très très courts
BIENVENUE À REMING TOWN
300 ÂMES, 700 ARMES
ÉTRANGER, SI T'AS PAS DE FLINGUE,
PASSE TON CHEMIN

Lucky Luke dépassa le panneau criblé de balles de la petite ville du Far West nichée au milieu du désert texan. Il flatta l'encolure de Jolly Jumper.

— Au moins, nous voilà prévenus, on n’entre pas dans une ville de pieds-tendres !

Au pas, il s'avança dans l’unique rue du village, attentif au moindre bruit. Une diligence, surmontée d’un vautour au cou déplumé, gisait abandonnée sur le côté. Un peu plus loin, des tonneaux éventrés traînaient sur le sol. Sous un porche, la roue d'un fauteuil roulant délaissé dans l'urgence tournait en grinçant. Reming Town avait l'apparence d'une ville-fantôme.

Un virevoltant passa soudain devant Jolly Jumper. Le cheval brisa le silence d’un brusque hennissement. Des rideaux s’agitèrent. Quelques visages inquiets se risquèrent à regarder dans la rue, surpris de voir un étranger pénétrer ici. Ils disparurent aussitôt.
Lucky Luke cracha son vieux brin de paille et en sortit un nouveau qu'il positionna à la commissure de ses lèvres. « Il faudra que j’arrête cette sale habitude, ça doit pas être très bon pour la santé de mâchonner ces trucs », se dit-il. Puis il sortit de de sa poche un télégramme qu'il déplia.

Lucky Luke STOP Besoin aide STOP Tireur fou terrorise village STOP Rendez-vous saloon Reming Town STOP Shérif O’Bama

Le cowboy releva la tête et aperçut l’enseigne en fer forgé du saloon. Il pressa le pas vers le lieu du rendez-vous quand il entendit une dispute sur sa gauche. Les cris venaient de la prison. Derrière les barreaux, un petit nerveux était rouge de colère : Joe Dalton tentait d'étrangler son frère, sous le regard dépité de Jack et William. Au milieu d'insultes confuses, Luke comprit que les frères Dalton s'étaient enfermés volontairement dans la prison pour se protéger du tireur fou.
— J’vais l’descendre, j’vais l’descendre !
— Du calme, Joe, du calme !
— Il a avalé le trousseau de clés !
— Mais j’avais faim ! D’ailleurs, j’ai encore un petit creux.
— J’vais l’descendre, j’vais l’descendre !
Lucky Luke salua les prisonniers, relevant son chapeau d'un doigt, et les laissa se chamailler.
Dès que le cowboy descendit de sa monture, un croque-mort impassible sortit de nulle part pour lui prendre ses mesures. Sans y prêter attention, Luke attacha son fidèle cheval devant l'abreuvoir du saloon et poussa la porte à battants.

Un petit homme rougeaud, avec un énorme menton en galoche et une étoile de shérif sur la chemise, s’approcha.
— Lucky Luke, je présume ?
— Ouaip.
— Heureux de vous voir là !
— Ouaip.
Le shérif se retourna vers un garçon.
— Petit, va chercher à manger pour monsieur Luke, il doit avoir faim après tout ce trajet.
— Bien m’sieur.
— Et un picotin d’avoine pour mon cheval, s’te plaît, demanda Luke.
Le garçon disparut à toute vitesse et laissa les deux hommes face à face.
— Dites-moi, Shérif O’Bama, vous me faites penser à quelqu’un.
— Je crois que vous avez rencontré mon cousin Aloysius, il y a longtemps.
— Mais oui, Aloysius O’Timmins-O’Hara, le maire de Painful Gunch ! Une sacrée aventure ! Bon, c’est quoi cette histoire de tireur fou ?
— Il s’agit d’une dénommée Hènèra. Depuis plusieurs jours, elle tire sur tout ce qui bouge, et elle vise sacrément bien. Les gens ne sortent plus de chez eux, ils ont trop peur. Il faut que vous nous aidiez, monsieur Luke !
Tout à coup, le visage du shérif blêmit.
— Que se passe-t-il, shérif ?
Le petit homme désigna la rue d’un doigt tremblant.
— Là, dans la rue, elle... elle arrive !
Lucky Luke se retourna et regarda dans la direction indiquée. Il éclata de rire.
— C’est ça, votre « terreur » ?
O’Bama ne répondit pas, il était caché sous une table et tremblait de partout.
Le cowboy soupira, passa la tête au-dessus de la porte du saloon. Au milieu de la rue, se trouvait une petite fille de trois ans en robe à fleurs, avec une petite coiffe en dentelle et une tétine dans la bouche. Il s’adressa à elle, sourire aux lèvres.
— Salut petite ! C’est toi, Hènèra ?
La fillette le regarda dans les yeux, suçota sa tétine, sortit un colt de derrière son dos, et tira une balle juste au-dessus de la tête du cowboy. Lucky Luke se mit immédiatement à l'abri derrière le mur, retira son chapeau, et, incrédule, passa son index dans le trou qui venait d’apparaître.
Toujours caché sous sa table, le shérif, mesquin, commenta :
— En fait, vous n’êtes pas l’homme qui tire plus vite que son ombre, vous êtes l’homme qui se tire plus vite que son ombre !
— Mais je ne vais pas tirer sur une petite fille !
— C’est bien ça le problème, monsieur Luke.

Le cowboy jeta à nouveau un coup d’œil dans la rue : Hènèra regardait Jolly Jumper attentivement, intriguée. Luke frémit à l’idée qu’elle puisse faire du mal à son compagnon. Sans perdre son calme, il tenta une approche. De l'intérieur du saloon, il mit ses mains en porte-voix.
— Je vois que tu t'intéresses à mon Jolly Jumper. Ça te dirait de faire un tour à cheval ?
La petite fille répondit, enjouée :
— Oh voui, voui !
— Ne tire pas, j'arrive. Je vais t’aider à grimper !
La petite fille affichait un large sourire. Lucky Luke la prit dans ses bras, la plaça sur la selle. La demoiselle était aux anges. Elle lui remit son arme pour prendre les rênes. Le cowboy avait réglé le problème sans une balle, sans une goutte de sang, juste en apprivoisant la « terreur ».

Les habitants sortirent de leur maison, timidement d’abord, puis avec plus d’assurance. Ils dégainèrent et tirèrent en l’air pour fêter le héros.
Lucky Luke se retourna vers le shérif qui avait repris des couleurs.
— Voilà, mission terminée. Il faudrait tout de même fixer une limite d’âge à l’usage des armes, shérif. Les enfants ont mieux à faire que de jouer avec des revolvers.
O'Bama ne répondit pas et regarda le cowboy solitaire s’éloigner sur son cheval, dans le soleil couchant, avec une petite fille qui le tenait par la taille.

« I’m a poor, not lonesome cowboy... »

168
168

Un petit mot pour l'auteur ? 185 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Aurélien Azam
Aurélien Azam · il y a
L'esprit de la BD est bien présent, et l'histoire se tient parfaitement, avec son petit charme. J'aime bien le moment où Luke change de brindille :)
Image de Evinrude
Evinrude · il y a
J'arrive après la bataille mais je me suis régalée alors je n'ai pas résisté à voter !
Je vous invite à découvrir mon TCC en lice pour l'automne: http://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/le-marteau-et-les-etoiles
Belle fin de journée à vous !

Image de Pascal Depresle
Pascal Depresle · il y a
Il était justice d'être finaliste, bravo. A l'occasion, et sans aucun engagement, je vous invite à pousser les portes de mon univers, merci.
Image de Yann Suerte
Yann Suerte · il y a
Génial!... Bravo. Si vos pas vous y perdent, je vous invite à visiter mon "atelier". Belle journée
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
même idée que Lucky , à propos des armes à feu
Image de Bruno Teyrac
Bruno Teyrac · il y a
Je découvre avec plaisir ce petit récit qui pète le feu. Bien dans l'esprit de Lucky Luke, avec en filigrane cette critique des armes à feu trop accessibles. Ici, heureusement, tout se finit bien comme il se doit.
Image de Jean-Jacques Michelet
Jean-Jacques Michelet · il y a
Mon vote, évidemment !! Je vous invite quant à moi à découvrir "Bien fait !" sur ma page.
Image de Claire Dévas
Claire Dévas · il y a
Vraiment ravie d'être arrivée à temps pour vous offrir mon vote :-) j'ai adoré l'humour et le message l'air de rien en passant calmement à travers le désert des gens à l'ouest pourvoyeurs d'armes pour les enfants
Si une douce rencontre romanesque vous tente :
http://short-edition.com/oeuvre/tres-tres-court/mon-coeur-a-la-pointe-de-tes-chaussons

Image de Naskor
Naskor · il y a
Très sympa, entre le parallèle avec les gosses américains et les pointes d'humour très bien placées (l'homme qui s'tire plus vite que son ombre xD), je vote !
Image de Nadine Gazonneau
Nadine Gazonneau · il y a
Désolée , je pensais avoir renouvelé mon vote voilà 4 jours . Oubli réparé .