Oxygène

il y a
2 min
62
lectures
20
Ils appellent ça des lunettes d’oxygène. Et ce qui est amusant, c’est que c’est relié au nez. Dessus pour voir et dedans pour respirer. Allez comprendre.
 Parfois, j’entends la mer en moi. J’exagère, c’est plus un clapotis, un ressac. A plat et immobile, l’eau stagne, je manque d’air.
Mets tes lunettes Marie-Henriette.

Dans l’eau, il peut y avoir des bulles, quand je remue beaucoup, j’en crée. Visites. Je parle pour tout le monde.
 Je suis reliée. De l’air liquide. Le tuyau est fin, il ne faut pas qu’il se torde.
 Parfois, l’air n’arrive pas jusqu’en haut et je divague. Le manque d’air, et l’eau.

Je voudrais me lever et marcher dans la pièce, sortir même, sans y penser. C’est compliqué. Si je le veux, je dois randonner. Le lourd sac à dos contenant le poids de l’air en bonbonne pour quelques heures me rebute, je n’ai plus vingt ans. Je préfère encore l’appareil auquel je suis reliée quand je suis seule, et je suis seule la plupart du temps.

Ils rient et leur rire m’allège. Ils sont aux commandes de ma chaise roulante et le sac à dos est sur mes genoux. On traverse les rues, les trottoirs sont défoncés, ça secoue, c’est comme une course de brouettes, je retombe en enfance avec mes deux enfants déjà bien adultes. Quand on revient chez moi et qu’ils repartent chez eux, je triture ce souvenir avec les doigts de patience car je sais que de tels moments ne se reproduisent pas, pas assez. Je traverse les zones désertiques du temps. Je tousse. J’étouffe. Où sont mes lunettes ?

Là... Ma peau n’est plus rose, je vois des hématomes sans savoir d’où ils viennent. Parfois, l’image d’un noyé me revient. J’ai peur de l’eau et elle m’envahit de l’intérieur. Parfois, j’ai envie d’oublier, au diable mes lunettes. Je pense donc je suis. Même les divagations sont des pensées. Je suis divagante. Alors l’eau me porte aussi. Je voudrais qu’il y pousse quelques coquelicots car je la rappelle ainsi, ma toute petite, je voudrais revoir le champ de blé qui l’a pourtant empoisonnée. Dans les blés, les coquelicots qu’elle aimait tant. Rouges, comme ce bout de tissu qu’elle serrait dans sa petite main pâle et perfusée, petit carré s’échappant de ses doigts pour frotter la peau plus épaisse de ses douces narines. Respirer le tissu. Je l’ai gardé comme un trésor, un talisman et je suis prête. Je fouille nerveusement le tiroir de ma table de nuit à sa recherche. Compter chaque respiration, l’oxygène le vrai, je viens de pousser du pied bonbonne et appareil, j’ai fait comme si, où ai-je mis mes lunettes ?

A présent, ils me regardent, deux de mes enfants restants. Je les vois les yeux fermés. La troisième va arriver. Tout est déjà pardonné. Lui est sidéré, incrédule, si seul sur sa chaise, il a gardé son manteau d’octobre. Elle est là, pleinement là. Elle me caresse le visage et me parle. Ma peau est tiède déjà, l’eau est partie, l’eau, l’air, la vie. Hier soir, je lui ai exprimé le poids et le mouvement oppressant des clapotis dans mes poumons et je lui ai dit je t’aime, je crois qu’elle a compris. Ce matin, j’étais dans les feuilles d’automne, la lumière et le vent, j’étais dans le silence et la route qui défile, dans l’attente et la dernière rencontre. Nous ne nous quitterons plus.
20

Un petit mot pour l'auteur ? 19 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Joëlle Brethes
Joëlle Brethes · il y a
Comme c'est triste… Mais si beau !...
Image de J. Chablik
J. Chablik · il y a
Sur un thème particulièrement ardu, une délicatesse et une poésie remarquable. Bravo.
Image de Laurence Delsaux
Laurence Delsaux · il y a
Merci !
Image de Danielle Delsaux
Danielle Delsaux · il y a
Énormes émotions réveillées dans ce souffle d'humilité face à ces souffrances effeuillées... Merci !
Image de Laurence Delsaux
Laurence Delsaux · il y a
Merci...
Image de Denys de Jovilliers
Denys de Jovilliers · il y a
Saisissant. Un sujet difficile et douloureux, très bien traité.
Image de Laurence Delsaux
Laurence Delsaux · il y a
Merci!
Image de Vrac
Vrac · il y a
La progression dramatique est très réussie, poignante, d'autant plus que la première phrase,, sous son masque clownesque, est la première étincelle d'une tragédie que l'on pressent
Image de Laurence Delsaux
Laurence Delsaux · il y a
Jolie lecture !
Image de M. Iraje
M. Iraje · il y a
Une chute bien émouvante, pour un dernier souffle.
Image de Alain Albaric
Alain Albaric · il y a
Je suis sidéré d'admiration devant la puissance de ce texte et en même temps honteux de pouvoir prendre du plaisir en étant le témoin passif et impuissant d'une telle souffrance.
Image de Laurence Delsaux
Laurence Delsaux · il y a
Sous la souffrance, la candeur et au-delà vint la douceur. Merci pour ce commentaire qui me touche
Image de michel jarrié
michel jarrié · il y a
Votre écrit va droit au coeur, à fortiori lorsqu'on est dans la zone de ''turbulence''....
La fin est apaisante...restons serein.

Image de Patrick Gibon
Patrick Gibon · il y a
la mort en apnée, un magnifique texte sensible et plein d'émotions "enfantines".
Image de Laurence Delsaux
Laurence Delsaux · il y a
J'aime bien émotions "enfantines", merci!
Image de Long John Loodmer
Long John Loodmer · il y a
quand on se rapproche de l'échéance, on ne devrait pas lire les divagations de cette dame, même si leur narration est originale
Image de Laurence Delsaux
Laurence Delsaux · il y a
Celui qui reste témoigne à sa manière

Vous aimerez aussi !