2
min

Ouvrir, ne pas ouvrir ?

Image de Paulsath

Paulsath

286 lectures

22

Qualifié

Tu es arrivé hier soir. C’était un lundi. Je sais que tu n’aimes pas le dimanche. Ce doit être la raison. Le lundi la vie reprend. Comme après la nuit, comme après Noël. Comme après huit jours de neige silencieuse. Le vacarme des gestes humains revient.
Un lundi, donc. Hier. La cloche qui nous sert de sonnette nous a fait sursauter. C’est qu’il était huit heures du soir, Et que nous étions à moitié rêveurs. Pris par nos lectures respectives, assis dans le fauteuil, pieds devant le poêle. L’un fumant un cigare, l’autre fondant un carré de chocolat sur la langue.
Au coup de cloche les deux chiennes aboient, folles. Inutile d’essayer de les faire taire. Je me redresse, tout doucement pour ne pas me faire tourner la tête. Le tintement se répète. Je marche vers la porte d’entrée sans me presser. À travers la vitre je te vois. Toi. L’ami parti. Absent depuis six mois, absent par tous les moyens possibles de non-communication. Toi qui nous as tant manqué. Le premier mois, surtout. Le deuxième moins cruellement. Le troisième ne nous a laissé qu’un doux souvenir nostalgique, évoqué la larme à l’œil, mais sans douleur. On est trois, puis on est deux. La différence n’est pas si sensible qu’on le croit, en fin de compte.
Tu es là, derrière la porte. Du moins ta silhouette. La tienne indéniablement. J’ai avancé la main vers le verrou. Je la laisse en suspens. Trois secondes non d’hésitation mais de récapitulation express. Comme ceux qui voient la mort de près et suivent l’histoire de leur vie en un instant. Trois secondes de notre vie avec toi. Trois années de vie serrée conjointe, auprès de nos deux chiennes, dans notre grande maison rustique, mais si confortable. De ce confort boisé des vieux logis perméables aux influences extérieures. Aux chants d’oiseaux comme au battage des pluies et des vents. Aux feuilles d’automne envahissantes, aux parfums herbeux de printemps.
Et maintenant tu es là, respirant derrière cette porte vitrée. Dérangeant notre soirée sans toi. Nous faisant manquer de toi pour les six mois passés. Te voilà revenu. Pour combien de temps, alors ? Combien, si je tourne le bouton de ce verrou et tire vers moi cette porte qui nous protège de toi ? Qui nous laisse la beauté de cette vie d’un semestre, ton départ comme n’ayant pas eu lieu. Comme si les années qui l’ont précédé n’avaient pas existé non plus. Ou plutôt avaient été elles aussi sans ta présence auprès de nous. Toi installé dans cette maison comme depuis toujours. Et parti comme jamais venu. Toi là, presque devant moi. Loin, prisonnier du dehors, gardé inoffensif par un battant en bois vitré.
Ma main en suspens. Je la regarde, elle. Ne te regarde plus toi en ombre dessinée sur le rideau flou. Tu ne me vois pas. Du moins je ne le pense pas. Je regarde ma main suivre mon bras descendant. Ma main qui n’a pas effleuré le mécanisme d’ouverture à l’étranger. J’ai fait demi-tour. T’ai rejoint, toi qui ne m’as jamais quitté. Toi que j’aime. En compagnie de qui je lis ce soir encore devant le poêle fidèle, tous deux veillés par nos compagnes si bonnes gardiennes.
— C’était qui ? tu as demandé.
— Rien, j’ai dit. Personne.
Je te regarde, assez longtemps pour que tu t’en aperçoives et me souries. Je reprends mon cher livre. Pour y suivre une histoire vraie.

PRIX

Image de Eté 2016
22

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
J'avais beaucoup aimé ce texte... Je l'aime toujours .
Sur ma page " le coq et l'oie" est en finale. Soutiendrez-vous ce texte à nouveau ? Merci !
Au plaisir de vous lire encore. Marie

·
Image de Nadine Gazonneau
Nadine Gazonneau · il y a
Et si l'on pouvait remonter le temps..... belle écriture dans la vraie vie. J'aime donc le vote de Tilee auteur de "transparence" catégorie poésie;
·
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
C'est très bien écrit et me voilà en train de me prendre la tete me demandant " qu'aurais-je fait?"... Ah, c'est réussi : il "gratte" ou cela fait mal votre texte. Je vote !
A bientôt, sur ma page, si le cœur vous en dit.

·
Image de Jean Calbrix
Jean Calbrix · il y a
Un TTC tout en délicatesse avec un cas de conscience à la clé. La vie continuant à s'écouler comme du bon lait et du miel si la porte reste close. Suspense donc ! Bavo, Paul ! Vous avez mon vote.
Un petit coup de clenche sur ma page ?

·
Image de Dolotarasse
Dolotarasse · il y a
Un texte à suspens. Même cru à un moment qu'il n'y avait personne derrière la porte, seulement le fruit de l'imagination ou autre. En tout cas bien écrit.
·
Image de Paulsath
Paulsath · il y a
Merci ! C'est si agréable de se savoir lu et apprécié !
·
Image de Dolotarasse
Dolotarasse · il y a
Le contraire l'est moins ;-). Belle soirée à vous !
·
Image de Paulsath
Paulsath · il y a
Mea culpa. J'avais négligé, je crois, d'aller vous lire. C'est chose faite, et je suis heureusement surpris par votre travail. Voté pour et aimé plusieurs de vos textes. En attendant d'avoir le temps de poursuivre mes découverte dans votre monde.
·
Image de Dolotarasse
Dolotarasse · il y a
Sourire...
·
Image de Schmetterling
Schmetterling · il y a
Très belle écriture. J'aime la place que vous laissez à l'imagination.+1
·
Image de Paulsath
Paulsath · il y a
Ne pas tout dire : un avantage et un danger ! Je suis étonné du nombre d'interprétations différentes de ce texte. En tout cas merci, Schmetterling, pour le compliment ! J'aime aussi beaucoup vos écrits. En ai aimé deux et voté pour "Girouette". Vous écrivez simple, je veux dire avec des mots et des expressions de tous les jours, pour dire des choses profondes. Le résultat est léger, malgré le travail sûrement intense qu'il a demandé.
·
Image de Schmetterling
Schmetterling · il y a
Quelle belle plume. J'aime le fait que vous laissiez place à notre imagination...+1
·
Image de Chris Artenzik
Chris Artenzik · il y a
Beau récit, mon vote vous pouvez aussi me découvrir http://short-edition.com/auteur/chris-artenzik
·
Image de Paulsath
Paulsath · il y a
Merci beaucoup, Chris !
·
Image de Mirgar
Mirgar · il y a
Je vous découvre et j'ai aimé ce texte qui a su si bien rendre la désillusion de l'amitié trahie et la crainte de devoir en souffrir encore si l'on ouvre la porte...
Au cas où vous auriez un peu de temps, je vous invite à visiter ma page...

·
Image de Paulsath
Paulsath · il y a
Merci d'avoir compris... ce que vous avez compris ! J'ai cliqué sur le "j'aime" de plusieurs de vos poèmes, et d'une de vos nouvelles si bien tournées.
·