Oublie / Vie / Désir

il y a
1 min
4
lectures
0

On vit pour crée  [+]

Des noyaux de cerises rouges à la cime de ses collines couleur fleurs de cerisier, ce pâle rose joyeux. Sa peau laiteuse goûteuse, et plus bas la mer, l'écume salée d'amour. Le creux fébrile frémissant frisottant de ses cuisses sous mes doigts subtils. Les étoiles dans les yeux, sur les lèvres, au fond des cœurs, et au bout de la nuit, les paillettes de l'instant, la rosée de la beauté.
Le souffle rauque que la vie arrache au plaisir, il ne faut pas en oublier de respirer. Les yeux qui roulent d'extase et la gorge qui se soulève, la poitrine qui se gonfle et frissonne. Les mains qui agrippent les draps, pour résister, rester encore, s'abandonner encore avec conscience. Contraste de la lune rugueuse avec la caresse de la nuit, de la chaleur des corps avec le froid des linges froissés.
Oublie. Vie. Désir.
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !

Très très courts

Dans de beaux draps

Danydark

Et un jour qu’elles désiraient s’enlacer dans ses bras,
Qu’elles pensaient ne jamais se lasser dans ses draps,
Alors que les corps caressaient du bout des doigts,
Que les peaux et les... [+]

Très très courts

Horizontal

Sebastien Ayreault

Il pensait, c’t’andouille, que le sexe des filles était à l’horizontal, et que nos couilles,
Tombaient là-dessus comme un couché de soleil.
Je lui ai dit suis-moi.
La petite Nat’... [+]