Origines

il y a
2 min
17
lectures
3

Franchir les limites de l'imaginable et atteindre le sommet de cette montagne de la connaissance. Considérer la brebis noire et le bâtard, l'enfant rejeté et l'oiseau terrestre, car c'est dans la  [+]

Comment ne pas sombrer dans le déni de soi ? Comment être sur que nous sommes bien celui ou celle que nous avons toujours voulu être ?

Bien que cela puisse vous paraître narcissique ou égocentrique ou encore égoïste, je vais vous parler de moi (comment reprocher à quelqu’un de parler en son propre nom ? Ne seriez-vous pas plus énervés si je me permettais, à l’instar d’autres auteurs, de me prononcer à votre sujet et malgré vous ? Ne seriez vous pas humiliés de vous sentir si facilement cernables ? Comme je suis égocentrique et narcissique, je vais répondre à ma propre place, oui, je me sentirais humiliée que quelqu’un puisse avoir raison sur un aspect de ma personne alors qu’il ne me connaît pas. Ce serait remettre en question l’unité de l’Homme et de son moi le plus secret).

Nous... J’ai toujours traversé des périodes qui sont toutes différentes les unes des autres. Certaines étaient agréables, et dans ce cas précis je m’adorais, et ne peinais aucunement à dire devant la glace « je m’adore » comme le suggère tous les sites de confiance en soi, et d’autres, plus sombres me donnaient envie de me gifler, de me terrer chez moi afin que personne ne puisse souffrir de mon aura désastreux ou de mes défaites multiples.

Bien que mon histoire puisse vous paraître décousue, il faut savoir que toutes les pièces s’imbriquent parfaitement ensemble. J’ai tendance à penser que l’Homme vit dans le passé et pense dans le futur, le présent n’existant que pour être une transition entre ces deux phases essentielles de la vie. Ainsi les actes du passé sont les pensées du futur et nous ne pouvons donc pas vivre en pensant et en agissant en même temps. De ce fait, comment savoir si un acte, malheureux aux premiers abords, ne serait pas une merveilleuse expérience après réflexion ? Comment être sur que les bons moments ne seront pas des tristesses futures ?
J’ai tendance à penser, et il serait dur de penser différemment, que les bons moments entrainent FORCÉMENT de bons souvenirs. Quand je repense à ces pensées dans un futur encore plus éloigné, ces bons moments qui étaient de bons souvenir se transforment en nostalgie et en tristesse (sensations de perte, d’oubli, de devoir non accompli notamment quand on a perdu un lien fort avec un ami).

Les bons moments n’entraînent que de bons souvenirs ou de la nostalgie. Ils ne sont en aucun cas liés au futur. Les mauvais moments quant à eux se transforment en fierté, en histoire et en mérite. Comment ? Parce que la personne qui a été harcelée peut témoigner dignement de son expérience devant ses futurs auditeurs ébahis par tant de courage alors que celui qui n’a connu que de bons moments ne partage que ce qu’il a vécu et non pas ce qu’il en a tiré.




Voici le témoignage brut, démuni de toute préparation ou superflu, ou chaque information est conservée dans sa forme la plus pure : celle de notre pensée la plus profonde, celle qui est compromise par notre envie de toujours faire mieux.
3

Un petit mot pour l'auteur ? 2 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Nicckki
Nicckki · il y a
un peu de philo hihi
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
J'aime cette façon d'écrire, à la façon d'un dialogue intérieur.

Vous aimerez aussi !