2
min

orage en noir et rouge

Image de Nicolaï Drassof

Nicolaï Drassof

60 lectures

13

Orage en noir et rouge


L’orage avait assombri le bâtiment si clair de la nouvelle médiathèque.
Tant pis, c’est éclairé, j’y vais quand même !
Sylvie, blottie dans un imper trop grand, affronte la lourde pluie sous un ciel apocalyptique. Vite, le hall éclairé où elle se sent soudain frêle et vulnérable en quittant la protection dégoulinante, à la lueur jaunâtre de l’orage. L’électricité sautille au gré de la foudre.
Au comptoir, elle échange quelques mots avec la bibliothécaire en rendant les livres lus. Elle apprend que le rayon des polars et des livres d’horreur, tout au fond, avant les documentaires et le coin des enfants, est mis en valeur suite au passage de cet auteur de littérature noire, jeudi soir. Curieuse, Sylvie veut y jeter un coup d’œil avant de faire son propre choix.
Quelques fauteuils y sont disposés, des affiches sanglantes, peu rassurantes, des livres exposés, noirs, rouges, avec des épées transperçant des corps blancs, l’œil noir des revolvers braqués... Et cet éclairage ! non seulement il fait ressortir les nuances de rouge présentes partout, mais il vacille sous les assauts de l’orage, qui ne s’éloigne pas. Le tonnerre gronde, la pluie martèle ce toit moderne, tendu, résonnant comme un tambour.
Sylvie, un peu troublée par cette ambiance, s’écroule sur une chauffeuse qui s’enfonce sous son poids si léger pourtant, l’enveloppe, l’étreint, la phagocyte... Il faut vite s’extraire de cette emprise de poulpe répugnant. Elle y parvient et d’un même mouvement, tombe au milieu d’une toile d’araignée géante qui fait partie du décor. Sylvie a oublié le décor. Elle est en plein cauchemar et pas loin de hurler. Mais en jetant des regards affolés autour d’elle, elle reprend ses esprits et se sent observée. N’importe quoi, elle ferait n’importe quoi pour calmer son cœur affolé et ne pas livrer en spectacle sa trop grande sensibilité. Elle empoigne ce livre qui, justement, la regarde avec insistance de ces deux grands yeux rouges attirants et menaçants, s’assoit sur une chaise bien dure qui n’a rien d’une pieuvre et ouvre le livre sagement, comme une lectrice captivée. Pourtant, seuls les battements désordonnés de son cœur toujours affolé, cette fichue lumière vacillante et le vacarme de l’orage au mieux de sa forme retiennent son attention.
Cette fois, c’est la bonne. L’électricité s’éteint dans un grand basculement de tous les objets. Rien ne bouge, mais la dernière impression avant le noir était qu’ils se précipitaient tous sur Sylvie . Elle est aux abois. Elle a entendu la rumeur et les exclamations des autres lecteurs, mais n’en est pas plus rassurée. Ils sont loin, ailleurs... elle est seule dans ce coin horrible, fantastique et sanglant, plongé dans une obscurité menaçante. Les éclairs fulgurent et font jaillir du néant tantôt l’un, tantôt l’autre des éléments de ce décor qu’on a voulu effrayant... Puis la lumière réapparaît. Une lumière faiblarde de circuit de secours alimenté par un générateur. Sylvie, toujours accrochée à l’ouvrage qu’elle avait pris pour se donner une contenance, veut quitter cet horrible lieu, revenir vers les autres. Alors, il se dégage d’elle et du livre resté béant comme une odeur de sang, de sang vivant, de sang frais. Ses mains poissent, Elle les regarde tenir le livre, comme loin d’elles.
Elle referme le livre.
Le livre saigne.
13

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Charieau
Charieau · il y a
prenant de bout en bout.
·
Image de Thara
Thara · il y a
Un texte qui ne serait pas de trop pour le concours "Court et Noir"...
Le décor, le suspense (tout y est) !

·
Image de Nicolaï Drassof
Nicolaï Drassof · il y a
l'idée est venue de là. J'ai concouru avec un autre texte, le rideau du mystère je crois. J'aime écrire et discuter, mais pas les compétitions etc.
·
Image de J.H. Keurk
J.H. Keurk · il y a
Un court noir efficace !
·
Image de Francine Lambert
Francine Lambert · il y a
Une atmosphère de plus en plus angoissante et une tension qui monte en puissance jusqu'à devenir insoutenable . . . peu à peu on glisse dans le fantastique, les objets s'animent et le livre prend vie . . . C'est très réussi Nicolaï !
·
Image de Nicolaï Drassof
Nicolaï Drassof · il y a
Merci, vraiment, de ce joli commentaire
·
Image de Margue
Margue · il y a
brr...super frousse, j'aime
·
Image de Nicolaï Drassof
Nicolaï Drassof · il y a
Merci, Margue. avez-vous lu Le rideau du mystère qui est en compet, lui. Atmosphère étrange garantie !
·
Image de michel jarrié
michel jarrié · il y a
Le rouge est mis !
·
Image de Nicolaï Drassof
Nicolaï Drassof · il y a
Merci. Je veux bien rougir si mon texte vous plaît!
·
Image de michel jarrié
michel jarrié · il y a
En vous souhaitant moult transfusions de voix .
·
Image de Nicolaï Drassof
Nicolaï Drassof · il y a
merci !
·
Image de Randolph
Randolph · il y a
Un récit bien mené, bravo !
·
Image de Nicolaï Drassof
Nicolaï Drassof · il y a
Merci, c'est gentil
·
Image de Patricia Burny-Deleau
Patricia Burny-Deleau · il y a
Rien de plus efficace qu'un livre pour terrifier !
·
Image de Vivian Roof
Vivian Roof · il y a
Un peu court mais électrifiant.
·
Image de Nicolaï Drassof
Nicolaï Drassof · il y a
Court ! court ! demandez lui si s'était court !!!
·
Image de Paul Thery
Paul Thery · il y a
La nuit remue et le livre saigne... Normal...
·
Image de Nicolaï Drassof
Nicolaï Drassof · il y a
Bien sûr, tout cela est très normal ! Merci d'être venu. Avec tous vos personnages ?
·
Image de Paul Thery
Paul Thery · il y a
Ernest débarque demain
·

Vous aimerez aussi !

Du même auteur

TRÈS TRÈS COURTS

C’est de bien loin que je vous raconte ceci, pour lever le rideau du mystère J’étais aux puces, à la recherche de mon costume de scène, devant l’éventaire du fripier....