Onirie/Oniria

il y a
1 min
22
lectures
1

Je suis une auteure bilingue de Fictions Courtes. Découvre brièvement mes histoires ici et jette un coup d'œil à ma bio sur https://www.sylviacamelo.com/ Soy una autora bilingüe de  [+]

FRANçAIS

Hier soir, tu as eu des murs dans les cheveux, des maisons dans les jambes, des bus dans les mains,
Tu as eu des enfants dans les pieds, des adultes dans les yeux, des jeunes dans les doigts,
Tu as eu des feux de circulation dans les coudes, des rues dans les sourcils, des parcs dans le coup.

Hier soir, tu t'es transformée : en une femme-ville avec des millions d’habitants.
Tu t'es remplie d’hommes et de femmes, de voix et de pas, de rendez-vous et de retards.

Hier soir, sur ta place centrale, tu as assisté à la commémoration de tes 500 ans, tu as senti les pas du défilé militaire sur ton avenue principale et tu as observé les feux d’artifice dans ton ciel brûlant.

Et, ce matin, en te réveillant, un arrêt cardiaque t’a exigé de continuer de dormir.



ESPAñOL

Anoche te salieron muros en el pelo, casas en las piernas, buses en las manos,
Te salieron niños en los pies, adultos en los ojos, jóvenes en los dedos,
Te salieron semáforos en los codos, calles en las cejas, parques en el cuello.

Anoche te transformaste : en una ciudad-mujer con millones de habitantes.
Te llenaste de hombres y mujeres, de voces y pasos, de citas y retrasos.

Anoche, en tu plaza central, asististe a la conmemoración de tus 500 años, sentiste los pasos del desfile militar por tu avenida principal y observaste los fuegos artificiales en tu cielo ardiente.

Y, esta mañana, al despertar, un paro cardíaco te exigió que siguieras durmiendo.
1

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !

Très très courts

Joindre les Debouts

Maia Acklins

Il faut joindre les debouts, avait-elle écrit. Les deux bouts, l'avait-on corrigée. Il faut joindre les deux bouts. Survivre, payer les factures, tenir bon. Non, non, avait-elle souri. Il faut faire... [+]

Très très courts

Ma vie de basket

Soizig

Née en RPC, République populaire de Chine, j’ai très vite quitté l’usine qui tournait à plein régime pour un voyage en bateau à faire froid dans le dos. Dans mon caisson métallique... [+]