On ne bouge plus

il y a
2 min
2118
lectures
49
En compétition
Image de Printemps 2021
Dans un village isolé, un photographe aigri trouvait que la vie était trop éphémère et tentait de capturer chaque instant vécu en photo pour les conserver à jamais, mais les images sur papier se détérioraient inévitablement. Un matin, il trouva devant sa porte une boîte poussiéreuse dont les coins commençaient à prendre une teinte verdâtre. Il interrogea alors son voisin à propos de l’énigmatique colis. Le voisin qui, étant une vraie commère, se vantait habituellement de tout savoir au village, répondit avec intérêt qu’il n’avait aucune idée de ce qu’il y avait à l’intérieur. Le photographe s’éloigna hâtivement avant que le curieux n’eût le temps de poser plus de questions.

De retour chez lui, le photographe ouvrit la boîte et trouva un étrange appareil photo. C’était un polaroïd dont la partie censée développer les photos avait été si mal rafistolée que l’on ne pouvait plus imprimer de photos. Le photographe, par intérêt professionnel, décida d’essayer l’engin. La première chose qu’il vit fut son chat plus gris que la poussière qui, émacié par la vieillesse, dormait paisiblement. Soupirant tristement car sachant que son ami félin n’avait plus beaucoup de temps à vivre, le photographe, appareil en main, prit un cliché de son animal de compagnie. Le lendemain au petit matin, le photographe trouva son chat qui n’avait pas bougé d’un poil depuis la veille, mort dans son panier.

Quelques semaines plus tard, le photographe convia à manger les rares amis qui lui restaient. Un de ses invités avait remarqué l’étrange appareil photo et questionna le photographe qui, ne sachant point quoi répondre, proposa au curieux de le prendre en photo. L’ami du photographe prit alors la pose et le professionnel de la photo captura la scène. Le photographe s’approcha de son ami, mais s’aperçut que celui-ci semblait figé. Le reste de ses amis s’était approché et l’un d’eux étant médecin tâta le pouls de l’homme constatant avec effroi qu’il était mort. Tous les convives accusèrent le photographe. Celui-ci, sans comprendre pourquoi, prit par réflexe une photo de l’attroupement qui commençait à le calomnier. Flash... Un lourd silence tomba. L’assemblée était pétrifiée telle une statue immuable. Le photographe comprit alors que l’appareil pétrifiait les scènes qu’il photographiait.

Alors, l’homme depuis longtemps obsédé par l’idée de conserver les instants de la vie, pensa que s’il photographiait son village, celui-ci resterait tel quel pour l’éternité. Il sortit donc de chez lui, courra jusqu’à la colline qui surplombait son village, puis pétrifia le village en sombrant dans la folie. C'est à cet instant qu'il se souvint d'un lac avoisinant le village où il avait l'habitude d’aller quand il était plus jeune. La végétation du plan d’eau était si luxuriante qu’il y avait des fleurs à l'année, offrant ainsi un paysage splendide. Cela serait dommage que ce lieu finisse par changer, pensa le photographe. Il décida de se rendre au lac. Arrivé sur les lieux, le photographe choisit méticuleusement sous quel angle il allait prendre son cliché. Il décida de mettre en valeur la surface lisse du lac. Il se positionna, puis, entre deux respirations, appuya sur le déclencheur. Soudain, ses membres, puis tout son corps s’engourdirent. Lors de son dernier instant de conscience, en échappant son tout dernier soupir, il se rendit compte que le lac, tel un immense miroir, reflétait sa silhouette. Le condamnant lui aussi à demeurer une statue pour l'éternité...
49

Un petit mot pour l'auteur ? 24 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de De margotin
De margotin · il y a
Mon soutien
Image de Atoutva
Atoutva · il y a
Belle imagination. Une histoire qui fait frémir et qu'on lit avec plaisir.
(un détail qui peut être corrigé par les correcteurs de SE : "... courra jusqu’à la colline" Ce serait mieux avec "courut")

Image de Lina Hussain
Lina Hussain · il y a
Bravo Madeleine !
Image de Marie JACQ
Marie JACQ · il y a
Pour un premier texte, bravo Madeleine !
Image de Michel Jacq
Michel Jacq · il y a
Belle histoire, continue comme ça,
Image de Valerie Borde
Valerie Borde · il y a
Tellement bravo Madelaine, tu es très douée!
Image de Anne Bédard
Anne Bédard · il y a
Bravo!
Image de Émilie Destruel
Émilie Destruel · il y a
Félicitations pour ton texte Madeleine! 👏
L’histoire est très bien tournée. Bravo pour ta créativité et ton style. Tu as du talent 👍

Image de Mo Girou
Mo Girou · il y a
J'aime beaucoup cette histoire ! A trop vouloir figer les choses, on se fige soi-même.. Bravo pour votre imagination! Un coeur frissonnant !
Image de Annie PINCEMIN
Annie PINCEMIN · il y a
Bravo Madeleine !

Vous aimerez aussi !

Très très courts

Les enfants du mur

W.B

C’est une ville vieille comme le monde. On s’y entretue pour un même dieu et pour des livres sacrés qui racontent la même histoire. La haine y est pérenne ; si bien qu’elle a engendré au... [+]

Très très courts

Crash Test

Nicolas Juliam

Le mois dernier, Emma est partie. Sans moi. Un mois sans elle, c'est comme tomber dans le vide. En attendant le choc. Hier, j'ai voulu renouer un peu le contact. J'ai tenté le texto « si tu... [+]