2
min

Omnivores, ou presque

Image de Olivier Darcourt

Olivier Darcourt

297 lectures

158 voix

En compétition

L’ouragan « Donald » fut officiellement le plus grand jamais enregistré par les satellites météorologiques. Sa superficie était presque aussi importante que celle de la Russie. Ce bon Donald fit le tour complet de l’hémisphère nord, son esprit de conquête l’encourageant même à laisser quelques nuages franchir la frontière de l’équateur. Sur l’itinéraire suivit par le vortex, spirale infernale au milieu de laquelle s’étaient déchaînés les éléments, on ne trouvait plus que des ruines.
Les habitants de l’hémisphère sud, de leur côté du globe, auraient volontiers apporté leur aide aux sinistrés du dessus, mais ils furent absorbés par leur propre lutte (d’ailleurs assez vaine) contre le super-typhon « Daisy ». Les climatologues, dans l’urgence, n’avaient rien trouvé de mieux pour baptiser le successeur de Donald.

Au cours de ces cataclysmes, les cheminées de refroidissement des centrales nucléaires s’écroulèrent sur leurs locaux de commande, de violentes bourrasques déracinèrent la plupart des éoliennes, et les panneaux solaires des particuliers (dommage pour les abattements fiscaux) furent dispersés aux quatre vents. Peu avant la coupure de courant définitive, les derniers journaux télévisés de l’histoire de l’humanité avaient tous titré : « C’est la cata : une tornade emporte les éminents diplomates de l’ONU pendant leur traditionnel dîner de gala du jeudi soir. »

La maigre population terrestre qui avait réussi à survivre termina les aliments décongelés avant qu’ils ne moisissent, se rabattit sur les conserves pendant quelques mois, et les fonctionnaires ne furent boulottés qu’en dernier, par respect pour le service public. Puis la famine et les épidémies se chargèrent de mettre un ultime coup de pied aux fesses de la démographie.

Après quoi, dame nature reprit ses droits.
Des arbustes percèrent le bitume des autoroutes désertées, des fougères et autres bosquets envahirent peu à peu les terrains agricoles, et diverses plantes grimpantes s’élevèrent dans les carcasses des buildings chancelants.

Un pan d’iceberg qui venait de se détacher au large de l’Alaska produisit une vague monumentale qui roula jusqu’aux rives de Barrow (qui se prononce Utqiagvik dans cette région, je le précise surtout pour ceux qui lisent à voix haute) et le raz-de-marée permit à un vieux baleinier échoué de reprendre la mer.
Par le plus grand des hasards, deux ours polaires se trouvaient à bord au moment où le rafiot partit à la dérive, amis de longue date qui refaisaient joyeusement le monde en s’empiffrant de graisse de cachalot incrustée dans les fonds de cales.

Modérément chahuté par la houle, le navire fut entraîné vers le détroit de Bering, s’y glissa, contourna l’île Saint-Laurent et traversa sans anicroche le chapelet des îles Andreanof, pour finir perdu en plein Pacifique nord. Le destin voulut que le bateau vienne se coucher sur le sable délicat d’une plage de Pismo Beach, petite ville paumée au bord de la Californie.

Réveillés par le boucan de l’accostage et tourmentés par une pénurie de lard de cétacés, nos deux ours blancs se résolurent à visiter la bourgade. Un certain sens pratique les poussa à entrer dans le premier supermarché qui se présenta. Les mammifères ne furent pas incommodés par l’odeur de pourriture qui régnait dans la grande surface, ils ne prêtèrent aucune attention à la famille de ratons laveurs qui gueuletonnait au rayon des fruits secs et filèrent droit vers les présentoirs à bidoche.

Ils croisèrent alors dans une allée un étrange bipède, les bras chargés de piles alcalines, qui se pétrifia en les apercevant. Il s’agissait de Willy Martinez, le dernier homme sur Terre, qu’un coup de patte dans la poire raya instantanément du monde des vivants.
Les ours se déchirèrent plusieurs bouchées de Willy qu’ils mastiquèrent avec énergie, s’interrompirent brusquement, et s’adressèrent une série de mugissements dont voici une traduction fidèle :
- Alors c’est ça, un vegan ?
- Mouais.
- C’est fade, ça a comme un goût d’algue. J’vais nous chercher du raton laveur.

PRIX

Image de Printemps 2019

En compétition

158 VOIX

CLASSEMENT Très très courts

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Keith Simmonds
Keith Simmonds · il y a
Intéressante, cette nouvelle façon de voir l'Apocalypse ! Mes voix !
Une invitation à assister au “Sommet des Animaux” qui est également
en lice pour le Prix Short Paysages 2019 ! Merci d’avance et bonne journée!
https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/le-sommet-des-animaux

·
Image de Olivier Darcourt
Olivier Darcourt · il y a
Merci beaucoup Keith ! Je m'élève vers votre sommet dans la journée ;-)
·
Image de Christopher GIL
Christopher GIL · il y a
j'aime bien l'esprit de l'histoire, drôle et décalé! mes voix pour vous!

Si vous avez le temps venez me lire :)

·
Image de Olivier Darcourt
Olivier Darcourt · il y a
Merci bien, Christopher ! Je passe vous lire entre deux plaques de chocolat ;-)
·
Image de Christopher GIL
Christopher GIL · il y a
D'accord a bientot alors et bonne dégustation ;)
·
Image de Hervé Mazoyer
Hervé Mazoyer · il y a
Une forme d humour cynique comme je les adore...Un sens de l absurde très drôle et cette façon de tourner les choses en dérision qui m a régalé.. Bon pas autant que vos ours se repaissant du dernier d entre nous..c est top je vote pour vous.

Si vous le désirez vous pouvez venir lire mes deux textes en lice et SI ET SEULEMENT SI ils vous plaisent les soutenir dans le grand prix.
https://short-edition.com/fr/oeuvre/nouvelles/le-cadeau-d-une-vie
https://short-edition.com/fr/oeuvre/nouvelles/le-loup-et-les-agneaux-1
Amicalement.

·
Image de Olivier Darcourt
Olivier Darcourt · il y a
Merci beaucoup Hervé ! Je lis votre "Loup et les agneaux" dans la journée de demain (Si le monde ne prend pas fin dans la nuit) ;-)
·
Image de Pierrotdu84
Pierrotdu84 · il y a
Une post-apocalypse joyeuse, ça change un peu.... !
·
Image de Olivier Darcourt
Olivier Darcourt · il y a
Merci d'être passé, Pierrot !! Et merci d'avoir survécu à la lecture ;-)
·
Image de Proton40
Proton40 · il y a
Agréable moment de lecture ! Si le chaos doit avoir cette forme, autant qu'on se marre un peu au terminus (surtout car je ne suis pas végan...!), mes voix
·
Image de Olivier Darcourt
Olivier Darcourt · il y a
Merci Proton40 pour cette charge positive ! ;-))
·
Image de Proton40
Proton40 · il y a
Je capte votre remarque qui n'est pas neutre...
·
Image de RAC
RAC · il y a
Sympa, surtout la fin !
·
Image de Olivier Darcourt
Olivier Darcourt · il y a
Merci RAC ! J'avoue, je n'ai écrit le début que pour meubler en attendant la fin ! ;-))
·
Image de RAC
RAC · il y a
Et de l'humour en plus ? J'adore ! Soyez le bienvenu chez moi si les tit'z'histoires pour sourire vous tentent ! A+
·
Image de Yvonne Bobonne
Yvonne Bobonne · il y a
L'apocalypse vue comme cela, j'aime beaucoup. Tant que nous sommes encore là pour en parler...
·
Image de Olivier Darcourt
Olivier Darcourt · il y a
Et tant qu'il reste des gens à l'ONU pour faire en sorte que le monde tourne rond ! Merci Yvonne !! ;-)
·
Image de De margotin
De margotin · il y a
😀😀succès
·
Image de Olivier Darcourt
Olivier Darcourt · il y a
Merci beaucoup De margotin, vous avez le record du commentaire le plus court posté ici, bravo à vous ! ;-)
·
Image de Haïtam
Haïtam · il y a
Beaucoup d'humour dans cette apocalypse ! Un agréable moment de lecture.
Si vous avez un instant pour vous laisser dériver Au fil de l'eau, bienvenue !
Un bon weekend à vous 🌴🌴🌴

·
Image de Olivier Darcourt
Olivier Darcourt · il y a
Merci Haïtam, je vous lis dans la soirée ! Au-dessous on évoquait Apocalypse now, dériver au fil de l'eau serait donc parfaitement raccord ! ;-)
·
Image de Haïtam
Haïtam · il y a
Oui, après la banquise, merci !
·
Image de Miraje
Miraje · il y a
Apocalypse now ... ! Savoureusement drôle entre plie (alcaline) et poils ...
·
Image de Olivier Darcourt
Olivier Darcourt · il y a
Merci beaucoup Miraje ! Il est vrai que Brando avait un côté ours dans ce film ;-)
·