4
min

Ombre macrophage

Image de Florent Valley

Florent Valley

83 lectures

71

Il était une fois dans un pays fort lointain, un monde semblable au nôtre. C’est-à-dire qu’il possède une atmosphère respirable, des plantes, des oiseaux qui volent et qui chantent, des forêts, des habitations, des voitures, des humains... tout ce qui peut faire qu’une terre est une terre habitée. Avec tout ce qui peut faire que l’on se sente bien dessus, avec ses deux soleils qui l’éclairent à chaque moment. Bien-sûr comme ici, les soleils jouent sur le climat. Parfois il fait beau et parfois il pleut. La température y varie aussi. Je vous dis c’est un monde semblable au notre. En tous les cas, dans son ensemble. Car qui y vit pendant plusieurs soleils, ah oui, là-bas il n’y a pas de lune, mais c’est un détail par rapport à ce que l’on peut y découvrir lorsque l’on y vit depuis longtemps et que l’on observe attentivement. Figurez-vous donc que dans cette terre lointaine, les ombres ne sont pas que des ombres. Elles ne font pas que ramper par terre derrière un objet pour le redessiner grâce aux soleils. Les ombres ne font pas que suivre les animaux et les hommes. Ou les devancer. Non là-bas, les ombres ont un rôle déterminant. Elles sont des finalités, des aboutissements.
Pour que vous compreniez bien, il faut savoir que là-bas, les ombres sont autonomes. Elles ont une vie bien à elles, distincte des objets et des humains. Elles sont de toutes sortes de formes et de toutes tailles. Grandes, petites, droites ou biscornues, rondes ou allongées. Il n’est pas rare de voir des ombres se promener toutes seules. Sans être rattachées à qui ou à quoi que ce soit. Elles vont, elles viennent, elles partent, elles disparaissent même de temps à autre malgré les deux soleils, avant de revenir, ou de partir ailleurs. Et puis un jour, elles se fixent. Elles se rattachent à leur objet ou à leur humain. Elles sont la touche finale, l’accomplissement de « l’œuvre ». Ainsi le tableau est complet et enfin chaque chose est à sa place. L’objet ou l’homme est sous les soleils et derrière l’un ou l’autre se trouve l’Ombre, son ombre. L’ombre qui convient. Ainsi l’objet est terminé et l’homme est abouti.
Je vais vous narrer un ou deux exemples pour me faire un peu mieux comprendre. Par exemple, lorsque qu’un enfant construit un château de sable, tant que celui-ci n’est pas fini, il n’a pas d’ombre. L’enfant construit et construit encore. Il s’amuse. Il ne voit pas le temps passer. Parfois il défait une tour, la déplace ou la détruit simplement. Fait des ouvertures dans les murs, creuse un peu plus les douves. Autour de lui passent parfois des ombres, seule ou en groupe. Mais tant que le château est en construction, aucune ne s’accroche. Puis l’enfant prend du recul, observe, retravaille les meurtrières et les créneaux, surmonte un peu plus le donjon et... et une ombre vient se coller au château. L’enfant recule. Observe puis opine du chef. Son château est bel et bien achevé. Il est parfait. Il n’y retouche plus.
J’ai pu observer une ou deux autres fois où en pleine construction, en plein jeu, une ombre vient se coller au château. J’ai alors vu la stupéfaction de l’enfant alors qu’il avait encore un seau de sable dans les mains prêt à être retourné. Tout étonné encore de voir son château inachevé, terminé ; il lui semble être appelé. Il détourne la tête vers sa mère. Elle est debout et l’appelle en lui faisant de grands signes pour qu’il vienne dans l’instant. Il pose alors son seau tout en acquiesçant de la tête ; son château est bel et bien terminé. L’Ombre est intervenue au bon moment. Quant à savoir comment elle fait. Ça personne ne le sait. D’ailleurs c’est une question que personne ne se pose là-bas. C’est une question hérétique. Il n’y a pas de question à se poser. L’ombre sait quand elle doit intervenir. Quand les choses sont finies, une ombre se fixe. Il n’y a rien à rajouter.
Mais pour les humains me direz-vous, l’ombre se fixe quand un homme doit mourir ? Et bien non ! Pour les humains, l’ombre ne se fixe pas quand les humains vont mourir, mais quand les humains sont « aboutis ». Quand ils ont fini leur évolution, leur propre maturité. Quand ils sont à leur propre zénith.
Un bébé ou un enfant ne connait pas les ombres. Et leur ombre encore moins. À moins qu’il ne soit gravement malade et que cette maladie ne les stoppe dans leur développement. Sinon les ombres commencent à apparaître vers le début de l’âge adulte pour un premier quart, vers l’âge de trente ou cinquante ans pour la plus grande majorité et pour les restants, leur ombre n’intervient qu’avec la mort. L’Ombre définie ainsi l’accomplissement d’une vie. Il n’y a pas à se chercher pendant toute une vie, à se poser tant et tant de questions, à ressasser toujours et toujours les mêmes interrogations, les mêmes questions existentielles ; que vais-je faire ? Que vais-je devenir ? l’Ombre arrive à point nommé. Lorsque l’humain ne pourra pas être meilleur, lorsqu’il est au faîte de son actualité. Parfois c’est au cours d’une grossesse, pour la mère ou le père que l’Ombre arrive. Parfois après un diplôme. Parfois lors d’un premier emploi ou du douzième. Lors d’une rencontre affective ou lors d’un célibat. L’Ombre se fixe et l’homme sait qu’il est arrivé. Qu’il a en main sa vie désormais. Le jeu est distribué, la partie peut commencer. Sa vie sera telle quelle est à ce moment précis.
Bien évidemment il y a des déçus. Des réfractaires. Des « mais moi je ne veux pas de cette vie là !! ». Alors une lutte souterraine commence entre l’homme et lui-même. Il ne peut pas se battre contre l’Ombre directement. Il est rattaché à la sienne et ne peut pas l’enlever. Alors il vit sans se préoccuper de son ombre, et comme il l’entend. En ne tenant pas compte du présent mais comme il voudrait que le futur soit. Et l’ombre le suit, le surveille. Et elle accepte les progrès. Mais quand vient la régression, quand les progrès se font attendre...
Est-ce que je vous ai raconté la suite de la vie des objets une fois que l’ombre s’y est attachée ?
Non ? c’est bizarre, il me semblait l’avoir fait. Mais je vais réparer mon oubli. Ainsi vous comprendrez peut-être mieux ce qui peut arriver aux Humains qui régressent alors qu’ils font tout pour s’améliorer. Alors qu’ils sont déjà « ombrés », qu’ils sont déjà marqués. Reprenons l’exemple du château de sable. Lorsque celui¬-ci ce voit rattraper par une ombre, l’enfant joue encore avec mais ne le complète plus. Et ce autant que le château reste debout. Mais lorsque le château ressemble plus à un tas de sable qu’à un univers de jeux, l’ombre profite d’un moment de solitude pour envahir complétement les ruines du château pour le lisser, l’éparpiller, et faire table rase de son existence même. J’ai pris l’exemple du château de sable, mais j’aurai pu prendre comme exemple une maison. L’explication aurait été plus longue mais la finalité aurait été la même. L’Ombre l’aurait envahie, l’espace d’un détournement d’attention de chacun et... ouste, envolée la belle demeure qui commençait à être en ruine. Tout comme... ouste, envolée la maison si son architecte continu de « l’embellir », alors qu’elle est déjà « ombrée » et que les travaux la dénature plus qu’ils ne la rendent plus fonctionnelle. Bien évidemment l’appréciation d’embellissement reste entièrement dévolue à l’Ombre. Si l’embellissement semble convenir, la maison restera debout.
Tout comme l’humain qui veut s’améliorer malgré son attachement. Il peut rester avec ses soi-disant progrès, s’ils sont avérés. Sinon comme la maison a disparu le temps d’un détournement général des regards, l’humain est complètement envahi par l’ombre. Puis...ouste, plus rien, disparu. S’il était entouré, il deviendra peut-être un exemple de ce qu’il ne faut pas faire lorsque l’Ombre vient s’attacher à vous. Sinon il sera oublié comme les autres, tous les autres.
Mais ne restons pas focalisés par ce détail. Je vous assure sinon que cette terre est semblable à la nôtre ; forêts, océans, montagnes, soleils, animaux...

PRIX

Image de 2018

Thème

Image de Très très courts
71

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Frédéric Petit
Frédéric Petit · il y a
Un conte inédit,
Bravo et merci d'être passé dans mon pays du soleil levant !!!

·
Image de Joëlle Brethes
Joëlle Brethes · il y a
Trop tard… Désolée !
·
Image de Sophie
Sophie · il y a
Un texte bien original ! Je suis bien contente de vivre dans un monde où le libre-arbitre existe et où l'existence n'est pas conditionnée par cette entité qui me suis à la trace... :)
Bravo !

·
Image de Topscher Nelly
Topscher Nelly · il y a
Un étonnant conte très efficace. Mes voix.
Mon "Don" vous plaira peut-être?

·
Image de Patrick Gibon
Patrick Gibon · il y a
un texte d'une grande originalité, un clair-obscur "abouti" et une grande profondeur philosophique avec une chute parfaitement adéquate! bel ouvrage.
en ce qui concerne ma petite boutique: https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/sombre-clarte-3

·
Image de Florent Valley
Florent Valley · il y a
Merci pour votre lecture et merci, merci, merci et d'autres encore pour votre commentaire.
·
Image de Keith Simmonds
Keith Simmonds · il y a
Un grand bravo pour l'originalité et la densité de cette œuvre ! Mes voix ! Une invitation
à venir découvrir “Sombraville” qui est également en lice pour le Prix Imaginarius 2018.
Merci d’avance et bonne journée!
https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/sombraville

·
Image de Florent Valley
Florent Valley · il y a
Merci Keith, et comme à l'accoutumée, félicitations pour votre short.
·
Image de Chantal Noel
Chantal Noel · il y a
Un texte dense, l'idée est originale
·
Image de Florent Valley
Florent Valley · il y a
Merci Chantal
·
Image de Virgo34
Virgo34 · il y a
Un conte intéressant par son originalité.
·
Image de Florent Valley
Florent Valley · il y a
Merci Virgo34
·
Image de Virgo34
Virgo34 · il y a
Merci à vous.
·
Image de Amelia Pacifico
Amelia Pacifico · il y a
Un conte étonnant qui mériterait d'être approfondi
·
Image de Florent Valley
Florent Valley · il y a
Merci beaucoup Amelia
·
Image de Ginette Vijaya
Ginette Vijaya · il y a
Une explication pleine d'intensité . Je suis restée captivée par votre démonstration quasi mathématique !
Une invitation à découvrir mon texte" la fontaine aux bulles "également en lice . Merci beaucoup .

·
Image de Florent Valley
Florent Valley · il y a
Merci Ginette pour votre lecture et votre commentaire
·