Okonji

il y a
1 min
2
lectures
0

“La poésie se fait dans un lit comme l'amour. Ses draps défaits sont l'aurore des choses.” André Breton  [+]

Le présentateur, le sourire crispé, fixait de ses mille yeux la scène finale...

Un vieil homme à la peau semblable à de la terre séchée se tenait debout au milieu d’un amas de cendres en chantonnant, à mezza-voce, un air conditionné sous-verre. Émilien Okonji, un acteur de quatre vingt trois ans, un quart mendiant et trois quarts fantôme, s’apprêtait à ouvrir son cadeau de fin de contrat: Une boîte de noix de caresses accompagnée d’une authentique bouteille d’eau-de-mort...

« C’est l’infâme industrie du mensonge qui attire les êtres lumineux toujours plus loin vers le néant!!! » Cria-t-il, les yeux en pleurs.

Toutes les caméras étaient à présent braquées sur les larmes du vieil homme...
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,