Oh ! Les beaux lendemains !

il y a
2 min
567
lectures
315
Qualifié

Un distributeur d'histoires, comme un distributeur de friandises! J'adore l'idée. Dans ce temps clos de l'attente, pétri d'impatience, d'angoisse parfois, le réconfort d'un petit papier doux  [+]

Image de Printemps 2019

Cécile Lamblois était la reine de l’ajournement, la championne du sursis, la magicienne des lendemains. Incapable de se plier à la moindre exigence immédiate : elle verrait ça bientôt. Une heure viendrait après celle-ci. Il ferait beau demain... Le futur proche était son lieu de projection permanent tandis qu’elle savourait son présent. C’était une adolescente un peu dolente, aux joues d’enfance. Elle survolait son année scolaire, gironde et auréolée des embellies de ses lendemains, sans stress ni angoisse. Ses livres restaient clos, ses cahiers entrebâillés. Cécile avait tout son temps ! Elle s’y mettrait demain : demain lui appartenait d’un bord à l’autre de la journée. Et la traversée de chacune était immense. « Mademoiselle Lamblois, ne croyez-vous pas qu’il serait temps de vous mettre au travail ? » « Pas de souci, Madame, c’est prévu ; j’ai encore toute ma gran-an-ande soirée du samedi et toute ma gran-an-ande journée du dimanche ! » Et elle dessinait des petits cœurs dans la marge de ses copies « Cécile, t’en es où dans tes révisions, toi ? » « Je vais me faire un petit planning, mais zen. J’ai tou-ou-outes mes gran-an-andes journées du week-end, tou-ou-oute ma grande soirée du dimanche, puis tou-ou-oute ma grande matinée du lundi...»
Naturellement, ces grandes journées finissaient toujours par être englouties et le travail par rester en plan ! Pourtant, Cécile charmait toutes ses amies par cette façon qu’elle avait de déployer le temps comme une grande coupole aérienne au-dessus d’elle. Et pour toutes les filles de la classe, c’était devenu une sorte de repère apaisant. Un rituel rassurant. On interrogeait Cécile. Quand on était stressé par l’approche des contrôles, qu’on était là, à traquer le temps, à en grignoter les moindres miettes, on en appelait à Cécile et ça ne ratait jamais, sa célèbre formule, ses grandes heures illusoires mais réconfortantes éloignaient l’angoisse ! C’étaient des bulles irisées et fragiles dont Cécile payait cher le prix, mais dont nous autres savourions la légèreté !

Lassé par cette inconséquence, il arriva que notre professeur de philosophie lui en fît un jour le reproche. « Mademoiselle Lamblois, il conviendrait pour optimiser vos chances de réussite de cesser de vous complaire dans cette infructueuse procrastination. » À quoi, Cécile leva haut un sourcil offusqué, puis une main révoltée, avant de baisser l’un puis l’autre et de se diriger sur l’ordre implicite du professeur vers la table du fond. Là, trônaient les sept volumes du dictionnaire Robert que nous étions invitées à consulter chaque fois que nécessaire. Le cours se poursuivit tout le temps que dura la recherche de notre camarade. Puis on l’entendit soupirer et même rire. Elle finit enfin par dire : « D’accord pour l’art de la procrastination, Monsieur. Si le mot est laid, la chose est bien jolie ».

Comme il s’avéra qu’aucune d’entre nous ne connaissait le sens de ce mot, effectivement peu avenant, Cécile fut invitée à nous en lire la définition. Elle nous révéla qu’il venait du latin : « crastinus » qui signifiait : « du lendemain ». Il s’agissait d’une tendance à ajourner, à temporiser... Mots autrement plus gracieux, on le lui concéderait bien. Elle referma le volume avec un certain plaisir en ajoutant que le dictionnaire citait Marcel Proust et sa tendance à la procrastination. En bref, elle avait devant elle, un illustre prédécesseur et si on considérait la somme écrasante des pages qu’il avait remplies, on ne pouvait que se féliciter qu’il fût atteint de cette... fantaisie. Elle prit cela pour une caution, voire même un encouragement. Elle ne voyait rien de plus beau que les lendemains, ajouta-t-elle. Le professeur de philosophie pirouetta sur sa chaise et se tourna vers le tableau pour masquer le fou-rire qui l’avait saisi. Je crois qu’il avait une certaine tendresse pour cette grande fille que rien ne venait alarmer et qui jonglait si bien avec le temps. Il toussota et poursuivit son cours, tandis que Cécile poursuivit son art de déployer les heures, comme des petits pliages japonais.

De grande journée, en grande étude, puis en grande récréation, Cécile est allée jusqu’au bac, remettant son travail jusqu’à l’échec ! Personne n’a eu le cœur de lui dire que cette fois, c’était toute sa grande année de redoublement qu’elle avait devant elle !

315

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !

Très très courts

Matin vertigineux

Mome de Meuse

C’est pour aujourd’hui. C’est lui qui l’a décidé. Pour fêter ses douze ans, Aodren va faire avec son père la descente en rappel des Dalles Grises dans les gorges du Verdon. Cent... [+]