3
min

Oh ! Le dupe !

Image de Alain Lonzela

Alain Lonzela

256 lectures

266

8h45
J’arrive à mon guichet. Je prépare mon petit coin de paradis pour travailler efficacement. Les tampons à portée de ma main droite, les différents formulaires sont rangées dans des cases colorées. Ma calculatrice Est opérationnelle. Un petit salut à ma collègue de droite, de gauche, je consulte ma montre : 9 heures pile, et, heureux, j’ouvre mon guichet.

J’adore mon job. Aucune surprise, tout est feutré, des horaires précis et des calculs rigoureux. Une vie réglée comme du papier à musique.

Mais peu avant midi, une cliente arrive, juste au moment où le vigile va pour fermer la porte. Quel sans-gêne.
Et, comble de malchance, mon guichet est libre. Je sens que ma vie va être bouleversée par cette furie, et qu’elle ne sortira qu’à midi cinq, gâchant ce qui aurait pu être une belle journée.
Résigné, car consciencieux, je lui demande ce que je peux faire pour elle.
-Donne moi ta caisse. Et vite, j’ai un pistolet pointé sur toi, et je n’hésiterai pas à tirer.
-Plait-il ?
Cette virago me tutoie. Quel manque d’éduca... Horreur ! C’est un vol ! Et il faut que ça tombe sur moi. Je vais sortir en retard.
-Allez, donne moi ta caisse.
Conformément à la procédure standard, j’actionne l’alarme silencieuse. Puis, de dessous mon comptoir, je saisis une liasse « piégée » que je joins aux autres. Je regarde par dessus mon guichet. Deux hommes cagoulés et armés se sont placés aux points stratégiques de la banque. La fille me sourit. Je réponds en prenant un air pincé. De plus, je fronce les sourcils pour montrer ma désapprobation en ce qui concerne ce vol qui est un mépris manifeste de l’intérêt général.
La fille me fait signe. J’ai peur de comprendre. Elle veut que je fasse le tour avec mon sac bourré d’argent mais piégé. Le système se déclenche dès que les portiques sont franchis. Non seulement, je suis en retard, mais mon costume du mercredi et sa cravate assortie vont être maculés. Je dois agir.
-Madame, vous allez commettre une incivilité.
Elle me regarde, les yeux écarquillés, preuve s’il en est que je l’ai impressionnée par ma détermination. Ce soir, en mangeant mon potage du mercredi, je raconterai tout à Mère, et elle tremblera en entendant ce récit ou je me comporte en héros. Mais je saurai rester modeste, sans vanité, et je ne lui dirai pas de quelle façon, j’ai terrorisé cette voleuse.
-Toi, le comique, tu viens avec nous, comme otage.
Je me retourne pour deviner à qui elle parle. Sans doute à Marcel. C’est Un marrant.
Un des complices se précipite et enveloppe le sac dans une sorte de treillis métallique. Pourtant nos sacs sont solides.
Finalement, je réalise que c’est à moi qu’elle s’adresse, mais tout se passe très vite, et nous sortons, étant personnellement contraint à le faire par cette folle furieuse.
C’est trop d’émotions pour une journée, et je m’évanouis.

Je me réveille dans un fourgon balloté de droite et de gauche. Moi qui marque facilement, je me demande ce que dira Mère de ce manque d’égards vis à vis d’un otage précieux.
La fille est assise en face de moi, et me sourit, un peu tristement. Elle me regarde droit dans les yeux, ce que je trouve inconvenant, car, je vous le rappelle, nous n’avons pas été présentés.

Finalement, notre véhicule s’arrête. Je suppose que l’on va me libérer. .
Un des malfrats ouvre la porte et nous descendons. Nous sommes devant une jolie bâtisse en pierres. Très stylée. Quelques menus travaux à faire, mais un cadre agréable et cossu. Je pourrai même leur faire une étude pour une offre de prêt à un taux avantageux.
L’autre complice se place en retrait. Le malfrat qui a ouvert la porte me dit d’un ton rogue
-Avance !
J’obtempère immédiatement pour bien montrer que j’obéis « si je veux ». Mais la femme s’interpose.
-Non ! Tu veux faire quoi ?
-Je vais le buter. Pas question de laisser un témoin derrière nous.
-On avait dit « pas de violence ».
-Écoute, Thérèse (quel joli prénom), je suis le chef et je décide. Et je décide qu’on va le buter.

Pour le coup, cette fois, c’est sûr, je serai en retard pour la soupe de ce soir. Et Mère va s’inquiéter. Déjà que lorsque j’ai un rhume, elle me conduit aux urgences, à l’hôpital. Et puis, on ne peut pas me tuer ce soir : demain j’ai mon entretien annuel d’évaluation avec mon chef. Si je n’y vais pas, je risque d’avoir un blâme. Ce serait ballot.

Mais Thérèse (quel joli prénom) me fait un rempart de son corps et lève son arme.
-Vous... ne le toucherez... pas ! (Ça me rappelle un film, mais lequel ?)
-Arrête Thérèse. C’est un pignouf. Des types comme lui y’en a des milliers. Un de plus ou de moins.
Je ne suis pas tout à fait d’accord avec cette dernière phrase, mais, par politesse, je ne m’immisce pas dans la conversation. J’affecte un air détaché et j’examine la façade.
-Ouais, mais celui-là, tu le touches pas. Faudra me buter moi, avant.
-S’il n’y a que ça pour te faire plaisir.
Il avance de deux pas et frappe d’un crochet au visage la jeune fille. Elle tombe à terre, sonnée, se relève sur un coude en massant sa mâchoire, l’autre lève son arme... et là, je ne sais pas ce qui s’est passé.

En criant « À l’abordage » (Dieu seul sait pourquoi), je me rue sur le quidam, surpris, et je le renverse. L’autre saisit son arme pour tirer mais a peur de toucher son ami. Heureusement, Thérèse (quel joli prénom) a récupéré son arme et tire. Un de moins. Pendant ce temps, j’affronte la brute épaisse. Je le laisse cogner mon visage pour qu’il s’épuise. Mais un uppercut déjoue mon plan ingénieux : je tombe ko.

Ce soir, je présente Thérèse (quel joli prénom) à Mère. Le repas est parfait : la soupe du vendredi est excellente. J’ai dit à la police que Thérèse (quel joli prénom) était otage comme moi et que les deux hommes se sont entretués pour le butin. Nous avons caché l’argent.

En partant, Thérèse (quel superbe prénom) me murmure à l’oreille :
-Demain mon petit pirate en sucre, j’achète un bateau, on se tire aux Antilles et on attaquera les bateaux des riches « clients » pour les rançonner. À l’abordage, mon canard !

PRIX

Image de 2018

Thèmes

Image de Très très court
266

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Sylvianni
Sylvianni · il y a
Rafraîchissant et désopilant personnage, une conclusion somme toute surprenante vu la personnalité de l'homme pris en otage. J'aime!
·
Image de Alain Lonzela
Alain Lonzela · il y a
Merci d'avoir aimé...
·
Image de Eliza
Eliza · il y a
Très bien croqué. C'est drôle et ça se lit avec bonheur.
·
Image de Alain Lonzela
Alain Lonzela · il y a
Heureux de vous avoir fait rire.
Merci beaucoup

·
Image de Guillaume Dalaudier
Guillaume Dalaudier · il y a
J’ai beaucoup aimé la psychologie du personnage, qui ne laisse rien deviner du revirement final!
·
Image de Alain Lonzela
Alain Lonzela · il y a
Oui, en fait, c'était un petit pirate en devenir... Il se dessale ;-)
Merci beaucoup

·
Image de Patrick Gibon
Patrick Gibon · il y a
un texte bourré d'humour et d'actions loufoques pour une chute en sabordage avec sainte Thérèse pas jésuite pour un sou!
·
Image de Alain Lonzela
Alain Lonzela · il y a
Lol merci
Mais j’ai fait mes exercices ignaciens et on n’y parle pas de Thérèse (quel joli prénom).
Mais parlez vous de Sainte Thérèse d’Avila ou de Ste Thérèse de l’Enfant Jésus aussi connue sous le nom de Thérèse de Lisieux ?
Auquel cas, pensez-vous qu’il y ait prééminence de l’une sur l’autre, auquel cas il faudrait se poser la question de savoir si la Grâce divine est unaniment répandue ou si elle peut varier. Auquel cas ... non, je blague ;-)
Mais, promis, j’arrete Les exercices ignaciens ;-)
Merci beaucoup d’avoir aimé

·
Image de Patrick Gibon
Patrick Gibon · il y a
"Ignace, Ignace" de lolo la, oui je "marche" en charme! ;) bel exercice de casuistique marrante que votre commentaire qui m'a fait gondoler!
·
Image de Alain Lonzela
Alain Lonzela · il y a
Merci beaucoup d'apprécier mon humour et merci pour ce dialogue.
·
Image de Gérard Aubry
Gérard Aubry · il y a
Au fait as-tu lu "Là-haut un oiseau chante" et "Lever de soleil sur les dunes" Merci! G.A.
·
Image de Alain Lonzela
Alain Lonzela · il y a
J’étais passé à côté, mais mon oubli est réparé ;-)
Les journées sont beaucoup trop courtes ;-)
Bonne chance pour la suite

·
Image de Gérard Aubry
Gérard Aubry · il y a
Et la morale là dedans? C'est comme ça qu'on devient un baron du crime? Bel exemple! Thérèse, moi qui la croyait sainte! Sainte nitouche, oui! Bien mené! G.A.
·
Image de Alain Lonzela
Alain Lonzela · il y a
Lol justement, il n’y a aucune morale ... et c’est bon pour le moral ... de deux tourtereaux ;-)
Une baronne pour Thérèse (quel joli prénom), je veux bien, mais tout juste un baronnet pour lui ;-)
Je dois reconnaître effectivement que ce n’est pas un bon exemple pour la jeunesse ;-) Mais peut être finiront ils à la grande vergue de la vedette des douanes ou de la gendarmerie maritime ;-)
Merci beaucoup pour de compliment

·
Image de Marsile Rincedalle
Marsile Rincedalle · il y a
Thérèse (quel joli prénom) me plait beaucoup ;-))) +5*****
·
Image de Alain Lonzela
Alain Lonzela · il y a
Je pense qu'il va revenir à la mode ;-)
Merci beaucoup, Marsile
Bonne chance

·
Image de Daniel Nallade
Daniel Nallade · il y a
Une horreur bien écrite!
·
Image de Alain Lonzela
Alain Lonzela · il y a
Et en plus, c’est totalement immoral ;-)
Le vice récompensé ;-)
Merci beaucoup

·
Image de Franfran
Franfran · il y a
Tout à fait amoral...mais bon pour le moral...
·
Image de Alain Lonzela
Alain Lonzela · il y a
Excellente définition ;-)
Merci beaucoup

·
Image de Polotol
Polotol · il y a
Dégoutant! A+
·
Image de Polotol
Image de Alain Lonzela
Alain Lonzela · il y a
Lol tout à fait d’accord avec vous.
Commettre deux meurtres, faire des faux témoignages et s’en tirer indemnes avec le butin, c’est ignoble. Mais n’oublions pas que ce sont de véritables pirates des temps modernes ;-) ils finiront haut et court à la grande vergue.
Hardi moussaillon ;-)
J’ai adoré le votre. Excellent ;-)
Merci beaucoup et bonne chance à vous pour la suite

·
Image de Polotol
Polotol · il y a
Merci du passage et commentaire. Les pirates ont encore de beaux jours devant eux! Dégoutant, c'était pour le canard. A+
·
Image de Alain Lonzela
Alain Lonzela · il y a
Pas de souci, j’ai adoré ;-)
Lol espérons qu’ils se fassent attraper et que la Justice passé ;-)
Lol. Au début, je voulais mettre « mon canard en sucre », mais ça faisait répétition ;-)
Merci beaucoup et bonne chance

·

Vous aimerez aussi !

Du même auteur