Obsolescence programmée

il y a
3 min
375
lectures
35
En compétition
Image de Été 2020

— Allez-y José, n’attendez plus. Tout est en ordre et fonctionne parfaitement.
C’est ainsi que la technicienne informatique Amanda Rhyne s’adressa à son collègue le professeur José Leffair lequel s’apprêtait à commencer une opération chirurgicale complexe sur Charles Hathan. Ce dernier, illustre personne, ingénieur de son état et président-directeur général du groupe « Medical robot incorporation », était connu dans le monde entier pour avoir créé et mis en place les fameux robots-chirurgiens qui commençaient à équiper la plupart des grands hôpitaux du monde entier. Hathan venait d’avoir un ABC (Accident de Ballonnement Cervical sur lequel certains ironisaient en le surnommant la Grosse Tête). Il fallait absolument le sauver, noblesse oblige. Aussi incroyable que cela puisse paraître, le seul des trois personnages susnommés de cette histoire physiquement présent dans le bloc était le patient à opérer, impérativement accompagné d’internes et d’infirmiers anonymes qui assistaient au bon déroulement de l’opération. Amanda se trouvait dans une salle de contrôle et José, quant à lui, venait de terminer de s’équiper dans la salle de manipulation. De cet endroit, José pouvait tout diriger avec l’aide de Frédérika, une jeune et jolie interne qu’il manipulait également de temps en temps, laquelle essayait d’observer ce qui se passait dans la salle d’opération en même temps que le bon déroulement du séchage du vernis de ses ongles.

Cela faisait plus de cinq ans que le professeur José Leffair réalisait certaines opérations chirurgicales délicates et complexes à l’aide d’un robot. Il clamait à tout vent que ça simplifiait beaucoup le travail, que c’était l’avenir. Pendant deux ans, il l’avait expérimenté sur des animaux et des dépouilles puis avait concrétisé son savoir-faire sur les humains. Il en était aujourd’hui à la soixante-dix-huitième véritable chirurgie après soixante-dix-sept autres parfaitement abouties sans aucun problème à signaler. Malgré la forte tension qui l’habitait, il était entièrement certain de réussir celle-ci également. Elle n’avait pas beaucoup plus de difficulté que les précédentes. C’était surtout la qualité du personnage opéré qui différait un peu. De la réussite ou pas dépendait son avenir de chirurgien.

L’opération durait maintenant depuis près de trois heures. Leffair, hyper concentré, le front en sueur que Frédérika épongeait régulièrement, avait demandé l’aide du chirurgien-assistant qu’il formait à l’utilisation du robot. Ses doigts commençaient à s’engourdir un peu et ses mains ne devaient pas trembler mais il n’était surtout pas question d’arrêter l’intervention en ce moment avec le crâne ouvert du patient.
Alors qu’il allait passer la main, ou plutôt les faire doubler avec les autres commandes, un tout petit « tac » suivi d’un grand silence le paralysa. Le robot n’obéissait plus aux ordres. En fait il n’obéissait plus à rien du tout puisqu’il s’était totalement immobilisé. Dans toutes les salles d’observation et de contrôle, c’était la panique. Dans le bloc opératoire lui-même, un chirurgien observateur essaya de débrancher les outils chirurgicaux du robot pour avoir une possibilité de les utiliser lui-même. Rien ne se passa comme prévu et trente-huit minutes plus tard, le célèbre Charles Hathan fut officiellement déclaré mort.

Ce tragique décès fit grand bruit et fut bien évidemment suivi d’une enquête très médiatisée sur les causes possibles de cette panne et particulièrement sur le ou les responsables. Comme il fallait trouver un coupable à tout prix, le professeur José Leffair fut bien entendu le premier sur cette liste. Au procès qui allait suivre, il n’avait pas beaucoup de défenseurs, bien au contraire.
Pendant que les journaux étalaient à la une toutes sortes d’inepties et d’âneries plus délirantes les unes que les autres, une dizaine de techniciens s’occupait à vérifier le robot et cherchait à découvrir ce qui aurait pu provoquer cette panne fatale en dehors d’une mauvaise manipulation du chirurgien.
Un mois exactement après ce funeste incident, un des ingénieurs électroniciens chargés de vérifier le matériel en cause découvrit un défaut de fabrication dans un des éléments de commande. Un défaut à vrai dire artificiel. En fait, cette pièce, petite mais importante, avait été programmée pour tomber en panne après un certain nombre d’utilisations. Inévitablement, après cette incroyable trouvaille, l’ensemble des robots-chirurgiens en service dans le monde entier fut vérifié. Le résultat fut consternant. Tous avaient plus ou moins le même défaut, si on peut appeler cela un défaut.

Suite à cette révélation, les médias de toute la planète publièrent des articles dénonçant l’industriel Charles Hathan comme l’homme ayant trafiqué ses propres robots afin de gagner beaucoup plus d’argent. Ils avaient oublié qu’il était avant tout un formidable ingénieur, ignoble mais génial. Un seul quotidien, ironiquement, imprima en première page : « L’ingénieur Charles Hathan aurait-il pu imaginer qu’il avait programmé sa propre mort ? ».

35
35

Un petit mot pour l'auteur ? 35 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de maguie
maguie · il y a
je ne sais pas écrire mais j'adore lire et votre histoire m'a beaucoup plu.
Image de cendrine borragini-durant
cendrine borragini-durant · il y a
Une histoire d'arroseur arrosé... Juste retour de bâton! On ne joue pas impunément avec la vie des autres... ;-)
Image de Norsk
Norsk · il y a
Le petit détail essentiel qui bouleverse l'ordre établi !
Image de dud59
dud59 · il y a
c'est toujours un grain de sable qui bloque la machine
Image de Daniel Glacis
Daniel Glacis · il y a
Très intéressant texte, DUD, qui nous invite à réfléchir sur les robots médicaux qui vont envahir les hôpitaux avec les risques qu'ils pourraient provoquer dans un proche avenir, alors que l'obsolescence programmée existe depuis plus d'un demi-siècle ! Daniel.
Image de Lea Prinnseth
Lea Prinnseth · il y a
Haha, c'est le comble !
Image de KARIMOU Inas
KARIMOU Inas · il y a
J'adore l'humour 😅
Bravo, c'est impeccable.
Félicitations et j'aimerais bien vous voir sur ma page. Bisous 😘😘

Image de Paul Marie
Paul Marie · il y a
tres bon humour, j'aime beaucoup
Image de Pierre PLATON
Pierre PLATON · il y a
Mort aux programmes, vivent les imprévus... !
Image de RAC
RAC · il y a
Une lecture agréable. Seul le robot tique quand il lit votre texte !
Image de dud59
dud59 · il y a
si le robot tique c'est qu'il a peur d'être obsolète!
Image de Long John Loodmer
Long John Loodmer · il y a
On ne peut gagner sur tous les tableaux

Vous aimerez aussi !