2
min

Ice and fire

Image de Edouard Latour

Edouard Latour

93 lectures

66

Son visage inexpressif évoquait un glacier sans prise. Lentement, il desserra ses mains sèches du cou de sa victime et le corps s’effondra. Tout à coup, son téléphone retentit et la glace se mit à fondre. L’angoisse l’envahit.

-          Tu es encore au travail ? Je ne te dérange pas ?

-          Je... je viens de terminer, j’allais partir. Je serai à la maison dans une demi-heure.

-          Ça s’est bien passé ton premier jour ?

-          Oui, oui. Mais pourquoi tu me téléphones, maman, puisqu’on se voit tout à l’heure ?

-          Ah, tant mieux. Je n’ai entendu dire que du bien de cette boîte d’intérim. Et il paraît qu’ils paient très bien en plus.

-          J’ai pas à me plaindre. Je vais arriver au métro, il faut que je te laisse.

-          Tu leur as demandé pour demain ?

Cette intrusion du réel dans sa vie l’avait rapidement désseché. Inquiet, il s’arrêta à l’entrée de la station. Quelques Parisiens le bousculèrent, lui faisant comprendre qu’il obstruait le passage. Les éclairs de leurs yeux allumèrent en lui un foyer. Une forte bouffée de chaleur le submergea. Penaud, il se déplaça de l’autre côté de la bouche.

Une petite vieille s’adressa alors à lui en levant sa canne.

-          Allez téléphoner ailleurs jeune homme, vous cachez le plan du quartier !

Terrorisé, il sentit ses mains devenir moites et se réfugia au pied d’une colonne Morris, devant une pub pour le dernier parfum de Jean-Paul Gaultier. Il commençait à avoir du mal à respirer

-          Allo ? Tu es toujours là ?

L’idée même de devoir affronter tous ces inconnus le révulsait. Il transpirait maintenant, la sueur perlait de son front. Il réussit tout de même à répondre d’une faible voix.

-          Oui maman. Je ne travaille pas demain. Ils m’ont dit que c’était une très bonne idée d’aller à la campagne.

-          Ah, tu vois, je te disais que ce sont des gens bien...

L’asphyxie semblait maintenant toute proche. Prenant son courage à deux mains, il tenta une rébellion, presque en hurlant.

-          On est vraiment obligé d’y aller !?

-          Je t’ai raconté mille fois, c’est du côté de ton père. Moi non plus je ne les vois presque jamais et c’est une occasion que je ne veux pas rater. Tu ne vas quand même pas laisser ta vieille mère y aller en stop ? J’ai réservé un gîte pour demain. J’ai pris deux chambres au nom de monsieur et madame Lombre, je t’ai appelé Albert. Albert Lombre, c’est drôle, non ?

Il eut envie de pleurer et raccrocha.

En s’engouffrant dans la bouche de métro, il eut le sentiment que sa peau se détachait de son corps. Toutefois, les profondeurs de la station « Denfert Rochereau » lui apportèrent un peu de fraicheur.

PRIX

Image de 2019

Thème

Image de Très très court
66

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Odile
Odile · il y a
Celui-ci m'avait échappé ou alors, je n'ai pas accroché car je n'ai pas bien compris, sans doute me manquait-il la clef principale ? Dommage car l'écriture reste très belle!
Image de Chateaubriante
Chateaubriante · il y a
profession : assassin ?
victime d'une mère abusivement protectrice ?
je n'ai pas compris non plus pourquoi elle s'amuse à l'appeler "Albert Lombre" (rien à voir avec Albert Londres ?)
l'idée de se rafraîchir à Denfert est amusante
mon soutien mais expliquez-moi un peu si vous avez le temps
merci par avance

Image de Edouard Latour
Edouard Latour · il y a
Pour en savoir plus sur ce personnage, vous pouvez aller voir "entre les ombres" sur mon profil.
Image de Edouard Latour
Edouard Latour · il y a
C'est un texte écrit à l'origine dans un autre contexte. Albert l'ombre est une scorie du texte original.
Image de Fred Panassac
Fred Panassac · il y a
L’enfer à l’essai, l’intérim avant le C.D.I. ?
Mystérieuse plongée, bien écrite !

Image de Flip
Flip · il y a
Le chaud et froid, de quoi enrhumer les mots. Une belle angoisse comme on les aime...
Image de Edouard Latour
Edouard Latour · il y a
Merci Flip, sympa d'avoir de tes nouvelles
Image de Flip
Flip · il y a
Moi aussi, content de t'avoir revu... euh relu...
A+

Image de Paul Thery
Paul Thery · il y a
Chercher un peu de fraicheur à Denfert, c'est paradoxal !
Image de michel jarrié
michel jarrié · il y a
Inquiétant et fascinant à la fois. Ah les fils à maman !
Image de Patrick Peronne
Patrick Peronne · il y a
Alerte et rythmé : un très bon ttc.
Image de Edouard Latour
Edouard Latour · il y a
Merci
Image de Keith Simmonds
Keith Simmonds · il y a
Un bon titre pour ce récit à la fois glaçant et brûlant, Charles ! Une invitation à venir vous imbiber de lumière dans “Gouttes de Rosée” qui est en lice pour le Grand Prix Automne 2019. Merci d’avance et bonne journée! https://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/gouttes-de-rosee-1
Image de Christian de Lary
Christian de Lary · il y a
Rafraichissant
Image de Virgo34
Virgo34 · il y a
Je vote pour le suspense.