Image de Sandra Dullin

Sandra Dullin

800 lectures

581

LAURÉAT
Sélection Jury

Recommandé
Nzálé, c’est comme ça qu’on le nomme. Buffle, en lingala. C’est l’homme qui l’a choisi, le géant, le chef. Son vrai prénom, celui d’avant, il ne s’en souvient pas.
Ils sont plus d’une trentaine comme lui, allongés à même le sol sur des nattes tressées.
Premières lueurs du jour. Une ligne rougeoyante se dessine. Fil tendu qui sépare terre et ciel, grossit, enfle et déchire la pénombre. Le géant hurle. Tous quittent leur lit de fortune et se chaussent à la hâte.

Assis sur des caisses de bois, ils mangent en silence le chikwangue* et les madesu*. Puis, le géant distribue le « brown-brown », ce mélange de cocaïne et de poudre à canon qui rend invulnérable, détruit la peur, efface les souvenirs.

Au signal, dans leur treillis trop grand, kalachnikov en mains, ils s’alignent face au chef. L’homme hurle et brandit son arme vers le ciel tel un trophée. Ils miment le geste et scandent les mots appris, de plus en plus vite, de plus en plus fort. Nzálé s’applique, le bras engourdi par le poids de son arme démesurément grande pour sa paume d’enfant. Comme les autres, il s’est entraîné sans relâche pour faire corps avec elle.

Visages d’ombre sans sourire aux pupilles dilatées. Entassés dans le camion, la kalachnikov coincée entre les genoux, une ceinture à munitions autour du cou tel un grigri, fébriles, ils attendent la mission, leur cerveau gangrené par la drogue. « Être fort, avoir le cœur dur ; vous êtes des guerriers », leur a dit le chef.

Le camion s’arrête aux abords d’un village. Ils sautent à terre, écoutent les ordres. Marcher droit devant, l’arme au poing, le doigt sur la gâchette. Tirer sur l’ennemi. Hommes, femmes, enfants, qu’importe. Nzálé suit les autres garçons. Nzálé ne voit pas les visages. Juste des formes, des ombres, qui tombent les unes après les autres au milieu des sifflements des balles et des cris.

Derrière eux, le chaos. Nul chant d’oiseaux n’accompagne le vent. Seuls demeurent le silence, la poussière et le sang.

Certaines nuits, Nzálé se réveille en sueur sans savoir qui il est. Sans l’effet du « brown-brown », il n’est plus Nzálé le guerrier sanguinaire qui n’a peur de rien. Juste un enfant sans nom, sans passé, terrorisé par les images qui habitent son âme et qu’il voudrait chasser. Il serre les mâchoires. Ne pas gémir, ne pas pleurer, ne pas faillir, de peur des représailles. Il s’enroule dans la mince couverture rêche, cherche un réconfort dans le ciel. Mais dans son ciel, les étoiles ressemblent à des démons qui l’épient et le traquent. Alors il ferme les yeux, les maintient scellés, espère refaire son rêve, toujours le même.
Une voix de femme douce comme une caresse. Elle chante l’histoire des bonobos, des crocodiles et du Moabi, l’arbre de vie. Elle raconte l’histoire de la terre, des lacs, des forêts peuplées d’oiseaux aux couleurs féeriques. Il y a aussi cet homme à la peau noire comme de l’ébène. Ses mains immenses le soulèvent vers le ciel. Nzálé ne voit pas son visage, mais il sait qu’il sourit.

Parfois, il imagine qu’il s’échappe, se faufile dans l’ombre. Courir sans s’arrêter, sans se retourner, fuir la terreur et la haine. Un rêve éveillé avant que le « brown-brown » ne reprenne le pouvoir. Car d’ici, on ne s’enfuit pas. Nzálé sait que sa vie appartient au géant, le voleur d’âme, celui qui transforme les enfants en bourreaux.

* Chikwangue : (appelé aussi Kwanga) pain à base de manioc.
* Madesu : haricots.

PRIX

Image de Automne 2017
581

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Cétacé
Cétacé · il y a
Belle découverte au fil de mes lecture ... et terrible constat. Une seule sortie possible pour ces enfants soldats. Mon vote tardif. Cé.
·
Image de Sandra Dullin
Sandra Dullin · il y a
Merci Cétacé pour votre lecture.
·
Image de Ginette Vijaya
Ginette Vijaya · il y a
Quand on vole l'âme d'un enfant , il n'y a plus rien . Le texte est écrit avec une terrible lucidité .
·
Image de Sandra Dullin
Sandra Dullin · il y a
Merci Ginette ! Au plaisir de se lire.
·
Image de Lélie de Lancey
Lélie de Lancey · il y a
Beaucoup de force et de réalisme dans vos mots, pour dénoncer l'asservissement de Nzálé... Il se dresse devant nous, tour à tour fragile, puis tortionnaire, et enfin lucide... C'est terriblement beau !
·
Image de Sandra Dullin
Sandra Dullin · il y a
Merci beaucoup Lélie !
·
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
Bravo! Superbe!
·
Image de Sandra Dullin
Sandra Dullin · il y a
Merci !
·
Image de Damien Paisant
Damien Paisant · il y a
une poétique sauvage avec une personnalité, bravo, c'est mérité :)

Vous invite à découvrir mon poème ici http://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/tresor-3?utm_source=notifications&utm_medium=mail&utm_campaign=Template+77&all-comments=true&update_notif=1511520608#fos_comment_2223165

Au plaisir de vous lire :)

·
Image de Sandra Dullin
Sandra Dullin · il y a
Merci d'avoir aimé.
·
Image de Fabienne BF
Fabienne BF · il y a
J'ai laissé le moteur de recherche m'amener à vous. J'ai saisi "instant de vie" dans la case "que souhaitez-vous lire"... et là je suis scotchée, abasourdie devant mon écrit. Votre écriture ciselée, minutieuse et précise a fait apparaître le visage de Nzalé avec tant de perfection. Un travail d'orfèvre et d'émotion. Merci
·
Image de Sandra Dullin
Sandra Dullin · il y a
Merci Fabienne. Très touchée par votre commentaire et heureuse que le hasard vous ait conduit ici.
·
Image de Nadine Gazonneau
Nadine Gazonneau · il y a
Excellent TTC qui mérite amplement sa place sur le podium. Le détour par votre page valait vraiment le coup. Je vous invite à découvrir *le grand noir du Berry*en finale du prix haïkus.
http://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/grand-noir-du-berry

·
Image de Sandra Dullin
Sandra Dullin · il y a
Merci Nadine pour votre visite.
·
Image de Amy Bres
Amy Bres · il y a
Très beau texte pour un sujet difficile et distinction méritée.
·
Image de Sandra Dullin
Sandra Dullin · il y a
Merci beaucoup Amy. Heureuse que vous ayez aimé.
·
Image de Lammari Hafida
Lammari Hafida · il y a
Bravo Sandra !
·
Image de Sandra Dullin
Sandra Dullin · il y a
Merci Lammari.
·
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
Terribles ces enfants soldats à qui l'ont volent tout. Très beau texte.
·
Image de Sandra Dullin
Sandra Dullin · il y a
Merci Lise d'avoir aimé.
·

Vous aimerez aussi !

Du même auteur

NOUVELLES

Elle marche à petits pas, piétine presque. Le trajet lui semble long, aujourd’hui. Ce matin, au réveil, elle a cru qu’elle ne parviendrait pas à se lever. Des fourmillements aux doigts de pied...

Du même thème