Nouveau départ 3 et fin

il y a
2 min
39
lectures
9

Cela fait trente ans que je suis comptable. Trente ans que je compte. Je me suis dit qu'à cinquante ans il était temps de me mettre à écrire. J'attends vos réactions avec impatience et  [+]

Elle est restée enfermée dans son appartement pendant de longs mois. A ne plus pouvoir sortir. Par honte, par peur. On lui dit qu'elle est victime, mais sous le regard des gens, elle se sent responsable. Et la rue est devenue un lieu où tout peut arriver, le pire surtout, un endroit qui ne protège pas, un espace où les prédateurs sont tapis, en attente d'une proie. Elle a peur des hommes. Elle s'est senti si bien avec eux, que désormais elle ne peut plus supporter leur présence.

Elle est en arrêt-maladie. Enfermée chez elle, le nez collé à la fenêtre, elle regarde le monde derrière ses vitres. Elle regarde la vie mais elle est déjà emmurée dans un ailleurs qui n'est plus la vie et pas encore la mort.

Elle a du mal à sortir de son lit. Elle dort mal. Elle est épuisée. Chaque bruit la fait sursauter. Elle navigue de crise d'angoisse en crise d'angoisse. Les larmes débordent souvent de ses yeux, sans aucune raison et la ramène toujours à cette cage d'escalier, à cet immeuble, à ce soir de fin d'hiver.

Une psychologue vient chez elle, une fois par semaine. Elle la fait parler, revivre ce moment, elle fait ressortir toute la peur emmagasinée depuis ce moment là. Mais la peur revient. C'est un éternel recommencement.

C'est un jour comme un autre. Elle s'est levée tôt, a pris un café, a mangé ses trois biscottes. Elle n'a pas faim. Elle ne prend plus de plaisir à manger mais c'est pour sa santé. Elle s'est postée derrière sa fenêtre, a regardé les autres partir au travail, elle les a vu sourire, bailler, rire, des ombres auxquelles elle se rattache. Elle, avant.

Ensuite, elle s'est traînée. Elle n'arrive plus à lire, plus à regarder la télévision. Elle a fait une petite sieste cet après-midi et puis s'est réveillée, a pris un café. En fin de journée, elle s'est remise à la fenêtre pour regarder les autres rentrer chez eux.

Une ombre a retenu son attention. Là, en contrebas sur le parking. Un corps penché sur une voiture. Une main qui enserre sa gorge. Elle sent la peur, elle sent la honte, la crise d'angoisse qui l'étreint, qui lui donne envie de hurler. Un goût de mouchoir dans sa bouche.

Elle regarde partout autour d'elle mais il n'y a qu'elle. Cette femme en bas. Elle ne peut pas rester sans rien faire. Elle ne réfléchit plus. Elle prend un couteau. Son rouleau à pâtisserie. Elle descend l'escalier, sans faire de bruit. Elle n'a même pas l'idée de toquer chez les voisins . Cette femme, là sur le parking, c'est elle un soir d'hiver. Il faut qu'elle réagisse, qu'elle ne reste pas passive comme elle l'a fait ce jour là.

Elle lève son rouleau et assomme le violeur. Une fraction de seconde sans même avoir peur. Sans avoir honte. Suffisamment pour le neutraliser. Pour prendre son portable dans sa poche. Pour appeler la police. Pour aller vers la victime qui pleure et la prendre dans ses bras. Elle ne sait plus ce qu'elle lui dit mais elle lui parle de honte et de peur, de ne pas se sentir coupable, elle pleure aussi, elle raconte sa propre mort ce soir là.

Quand la police arrive, on l'entoure, on lui pose des questions. Soudain, elle prend conscience de ce qu'elle a fait. Ce soir là, on a toqué à sa porte. Un homme. Les yeux mouillés. Le mari de la femme. Il revient de l'hôpital. Il voulait juste lui dire merci. Il la serre dans ses bras. Elle n'a pas peur. Elle lui sourit, lui dit que sa femme aura besoin de lui, quand elle sortira de l'hôpital. Qu'il faudra être vigilant, ne pas la laisser s'enfermer dans la peur.

Demain, elle ira travailler, demain elle ira à son cours de self-défense. Demain, peut-être même qu'elle prendra l'avion. Demain, c'est sûr, elle reprend sa vie en main.

Depuis, elle est devenue l'héroïne du quartier. .
9

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,