Niveau Zéro

il y a
2 min
8
lectures
0
Destinataire :
Mademoiselle PARKER Christelle
Établissement scolaire
Quartier du pont
Edenie


Base de La Vallée, le 13 octobre de l'an 2032,

Chère Christelle,

Je viens de recevoir ta dernière lettre. Elle a subi les aléas de la route mais chaque mot est resté lisible, Dieu soit loué. J'avais les larmes aux yeux et le sourire aux lèvres tout du long de ma lecture. Tu écris toujours aussi bien. Je n'ai pas autant de vocabulaire que toi pour décrire mes émotions, mais saches que de te revoir est la seule chose qui occupe mes pensées. Il me tarde de humer ton odeur et de caresser ta peau à nouveau. La mèche de cheveux dorés que tu m'as donnée quand je suis parti m'accompagne partout ou je vais. Chaque soir, pendant que mes frères d'armes jouent à des jeux à boire, je la contemple en me remémorant tous les moments passés ensemble. J'espère que tout se passe bien pour toi à Edenie car même si tes lettres me rassurent, je ne peux m'empêcher de m'inquiéter. Je connais les hommes et je ne connais que très bien ce monde au bord de la folie. Tant de dangers nous guettent et pour certains, ta bonté d'âme et ta gentillesse sont un appel aux mauvais comportements. Fais attention à toi quand tu marches dans ces rues immondes.

A l'heure ou je t'écris cette lettre, mon unité se prépare à partir en mission, et pour tout te dire, j'ai peur. Il y a une semaine un petit détachement est parti récupérer du matériel en sous-sol, mais le contact à été perdu et ils ne sont jamais revenus. Demain nous allons les chercher...
Ces sous-sols, nos gradés les appellent le Réseau, mais entre nous on parle du Niveau Zéro. Sous la poussière sur laquelle nous marchons, se dresse les restes de l'ancien Monde. Tels des icebergs, les vieux édifices qui pointent leurs nez à la surface s'enfoncent profondément dans le sol, créant des galeries obscures où le soleil n'est plus le bienvenu. La stabilité de ces structures laisse à désirer, mais ce qui inquiète les gars, ce sont ceux qui y vivent. Les mutants sont une réalité. J'en ai vu un, mort sur le bord d'une vieille route, non loin d'un accès au monde du dessous. Ils sont humains d'apparence, mais leur peau est boursoufflée, suintante et parsemée de nécroses. Mes supérieurs en parlent souvent, pas devant les hommes évidemment, mais j'ai surpris une de leur conversation une fois. Ils disaient qu'ils étaient là, en bas, à se réunir, à attendre quelque chose. Un Lieutenant pense même qu'ils préparent un insurrection contre la surface, contre nous...

Je ne devrai pas t'écrire tout ça, tout ce temps j'ai tenu à t'épargner l'énumération des dangers qui me guettent dans les terres mortes. Je ne voulais pas que tu te fasses de souci. Mais cette fois c'est différent, tu sais comment est l'armée, ils taisent bon nombre de choses. Si jamais il m'arrive malheur tu pourrais rester des mois voire plus sans en être au courant et je ne veux pas que tu demeures dans l'ignorance totale. J'ai donné ton adresse à un ami de grande confiance, si je ne reviens pas, il te le dira. Je confie cette lettre aux marchands itinérants car si je passe par la voie militaire, elle sera lue par les grassouillets du service vaguemestre qui s'empresseront, par médisance et non professionnalisme, de me dénoncer aux gradés...
Je me battrai comme un lion pour te retrouver, je t'aime de tout mon cœur, prends soin de toi mon amour.

CAPORAL HALE Emmanuel
Quatrième Unité
Escouade de soutien
Division du GENERAL CAPELLI
0
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,