5
min

Nękana

821 lectures

217

Vendredi 22 septembre – 23 h 00

— Entre, pas besoin de toquer, j’ai enfilé un pyjama. Je suis vêtue !

Personne ne réagit et on continue à marteler le bois. Je me lève pour aller ouvrir et...
Mais c’est vrai, il n’y a pas de porte mais juste une tenture.

Le rideau rouge vibre de-ci, de-là comme du linge mis à sécher dehors.
Je me gratte machinalement le cou tout en cherchant la logique.
L’étoffe s’agite toujours, d’un mouvement régulier, comme le balancement d’un pendule.

Je continue à observer le frémissement tout en me frottant les yeux.
Je suis à moitié réveillée ou semi endormie, ça revient au même.
Je reste encore dans le gaz. Pourtant, je prends tout doucement conscience : je me tiens en présence d’un truc pas net du tout.

Mon cerveau, qui fonctionnait encore au radar il y a quelques minutes, m’envoie les premiers signaux de stress.
Dans la pénombre, je reste figée, momifiée, comme anesthésiée.
Le couloir se révèle vide de toute vie humaine ou animale. Une sorte de courant d’air, une brume se faufile entre mes jambes, un souffle discret, mais bien présent.
Ça me fait une sensation bizarre.

Mon cœur bat de plus en plus fort, à une vitesse exponentielle.
Ma poitrine me fait mal, me serre comme un étau.
Je transpire de partout. Je me passe la main sur le front : il brûle et semble humide.
Ma bouche devient sèche, j’ai soif. Ce n’est pas le moment d’aller me chercher un verre d’eau.
De toute façon, je n’en ai ni la force ni le courage.
Mes jambes ne me tiendraient pas.
Je tremble de partout et je respire péniblement. Je suis prise de vertiges et je commence vraiment à tourner de l’œil.

J’arrive juste à balbutier :
— Hé ho, là-dedans, y-a-t-il quelqu’un ?

Je me sens complètement stupide de monologuer, de parler ainsi toute seule. Mais comment agir logiquement dans des situations aussi absurdes ?
Je regarde à droite, à gauche, sans broncher, en tirant sur mes yeux, pour ne rien rater.
Après quelques minutes, j’arrête, car je commence à avoir mal aux sourcils.
Mon crâne va exploser, La tension monte, je n’arrive pas à la gérer.
Je ravale ma salive à plusieurs reprises, ma bouche devient encore plus pâteuse.
Mes oreilles bourdonnent, mes doigts s’engourdissent.

Je lance, une dernière fois, une interrogation dans le vide :
— Si vous vous cachez là, pitié, montrez-vous ! Apparaissez ! Ne me laissez pas ainsi, avec mes angoisses, mes frissons...

Et au moment où je regagne le living, dépitée de n’avoir obtenu aucune réaction, j’entends comme un murmure, un bruissement sourd.
— Nękana, je m’appelle Nękana...

Quelques minutes après, une brume passe au-dessus de ma tête !
Elle atteint mon épaule et glisse le long de mon bras gauche.
Mes poils se hérissent : je ressemble à une dinde qu’on vient de plumer.
Comparaison certes risible sauf que moi, je ne rigole pas.

Nękana... C’est qui, celle-là ? Je ne connais pas de Nękana, moi. Et qui me dit d’ailleurs qu’une Nękana se trouve bien dans cette pièce ?
Je ne bois pas, ne fume et ne me drogue pas non plus. Et puis, j’ai juste quinze ans.

— Nękana, révèle-toi ? Dis-moi autre chose ? Ou montre-toi... Mais ne me laisse pas comme ça, je veux savoir, moi !

Ça y est, je parle toute seule. Je cause à qui ? À quoi ? À mon imagination ? À ma peur ?

J’ai envie d’éclater de rire nerveusement. Je cherche du regard la « caméra cachée ». Les blagues les plus courtes restent les meilleures.

— Allez, montrez-vous. Il est tard, je voudrais aller me coucher. Ce n’est pas drôle.

Mais personne ne répond. Je ne perçois aucun ricanement étouffé. Juste le silence et cet énoncé qui revient :
— Nękana, je m’appelle Nękana...

Je viens d’entendre à nouveau ces quelques mots, aussi nettement que la première fois.
Elle pourrait changer de disque ou alors, peut-être elle ne sait dire que cette courte phrase.
Que c’est la seule de son répertoire, si elle en possède un !
Car, avec son « Nękana, je m’appelle Nękana », je ne suis pas très avancée ni très rassurée.

J’écoute mon cœur battre très vite, trop vite, comme après une course folle.
Je stresse, je panique. La « Nękana » a-t-elle un cœur qui bat ; existe-t-elle tout simplement ?

La tenture s’immobilise. Plus aucun mouvement. Pas le moindre bruit et encore moins de toc-toc.
Quant à la « Nękana », aucune réaction.
Mon imagination m’a-t-elle joué un sale tour ? Impossible à vérifier et je monte me coucher.

Arrivée dans ma chambre, je me glisse sous la couette, encore perturbée par les évènements.
Je vais devoir trouver le sommeil, mais ce n’est pas gagné.
Je saisis fermement mon nounours, lui intimant mentalement de me rassurer durant les heures qui vont suivre.
Mon cœur bat toujours aussi vite.

Je triture ma peluche à m’en faire mal aux doigts.
Le sommeil ne vient pas, et j’attends, dans la pénombre, les yeux ouverts que le matin arrive.
Je me retourne dans un sens, puis dans l’autre. Je repousse ma couverture, je la replace. J’ai trop chaud ou trop froid, je l’ignore.
Impossible de m’endormir !
Je m’assieds, du coup, au bord du lit pour mieux réfléchir.
Ce n’est pas encore la bonne position. Je voudrais lâcher prise, mais cette phrase, ces mots m’obsèdent.
La voix aussi. Une boule me creuse toujours le ventre ; je ne tiens pas en place.

Je dois redescendre une dernière fois. Mes mains moites s’agrippent sur la rampe des escaliers, mes jambes chancelantes me portent à peine.

Minuit approche, aucun chahut dans la maison, mes parents dorment.

Une ombre se forme progressivement.
Cela commence par une espèce de forme neigeuse, une brume un peu diaphane et tout doucement une silhouette se dégage, de plus en plus nette.
Une jeune fille d’une bonne quinzaine d’années apparaît clairement.
Sa longue tignasse lui tombe dans le bas des reins, mais elle est trop filasse à mon goût, moi qui prends tant soin de ma chevelure.

Elle m’observe, figée, sans bouger, sans émettre un seul son.
Elle me regarde tout bonnement, encore et encore.
Elle a l’air triste, les yeux brouillés comme si elle venait de pleurer peu de temps avant.

— Nękana ?
—...
— Nękana ? Moi, c’est Mirane !
— Oui, je sais.
— Tu sais ?
— Je te connais même si toi, tu ne m’as jamais rencontrée. Je te contemple depuis quelques années.
— Et ?
— Au début, je ne comprenais pas pourquoi j’étais là à t’observer : tu étais une petite fille de quatre ans quand j’ai débarqué dans cette maison
— Tu vis ici depuis tout ce temps ?
— Oui, je suis arrivée en même temps que toi et je venais de...

Et Nękana se met à sangloter, repoussant ses larmes du rebord de son poignet. Je me précipite un mouchoir en papier et je le lui tends. Puis, je recule par réflexe : donner un kleenex à un fantôme, ça le fait ou pas ?
Mais à mon plus grand étonnement, elle le saisit et éponge son visage, puis se mouche un bon coup dedans.

— Ça va mieux ?
— Oui, tracasse. Je repensais à tous les médicaments que j’avais ingérés pour en finir, pour oublier l’école qui me détruisait, les élèves qui me harcelaient, mon amie qui me négligeait et ma solitude mortelle. Tout ça qui m’a conduite à tuer la vie que je n’arrivais plus à gérer.
— Tu t’es... Tu t’es suicidée ? Non, tu n’as pas osé ? On peut se sentir malheureux dans l’existence, mais, pas au point de tout quitter.

Nękana doit être bloquée ici pour m’aider, comme un ange gardien, car curieusement, je me retrouve en elle, dans son vécu, dans son isolement, dans son mal-être.
Mais moi, j’aime trop la vie, si terne, si injuste soit-elle, pour dire stop, c’est fini, j’arrête tout.

Elle se tient là pour me guider et moi, je ne songe qu’à une chose : la serrer tout contre moi pour tenter de la consoler.
Je ne vais pas lui trouver des excuses, sous-estimer son acte fatal.
Je préfère me taire : je pense qu’elle a suffisamment de peine pour en rajouter une couche.

Je m’approche délicatement et je la prends dans mes bras, comme une amie l’étreindrait.
Et nous restons ainsi pendant de longues minutes, en silence, comme si on se comprenait, si on était complices depuis toujours.

PRIX

Image de 2017

Thèmes

Image de Très Très Court
217

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Skimo
Skimo · il y a
Une véritable séance de psychanalyse. Retrouver dans l'inconscient de la fiction des tourments de la réalité, c'est réussi.
·
Image de Brocéliande
Brocéliande · il y a
j'ai adoré ...
·
Image de Christine Śmiejkowski
Christine Śmiejkowski · il y a
merci pour ton passage et tu comprendras un peu mieux ma fille cadette
·
Image de Brocéliande
Brocéliande · il y a
je crois sentir ...
·
Image de Gladys
Gladys · il y a
J'aime bien ton écriture, la forme et le fond mais elle n'est pas très orthodoxe, ce qui doit déplaire à certains conformistes mais emballer certains autres dont je suis. Donc, je te suis et t'encourage...vas-y Christine, tu as tout pour réussir...enfin je ne sais quoi !
·
Image de Sapho des landes
Sapho des landes · il y a
Peut etre quelques longueurs dans la description du sentiment d'angoisse mais une écriture fluide qui sait rendre compte des sensations éprouvées et un sujet d'actualité finement abordé
·
Image de Gina Bernier
Gina Bernier · il y a
une belle et triste histoire, et le mal de vivre qui conduise parfois à une issue fatale. J'arrive trop tard pour vous lire.
·
Image de Christine Śmiejkowski
Christine Śmiejkowski · il y a
Il n'est jamais trop tard pour lire - les votes, c'est purement accessoire
·
Image de Richard Laurence
Richard Laurence · il y a
Un grand bravo pour ce texte !

Il y a, dans cette finale, des textes de moins bonne qualité, mais le système de votes est ce qu'il est et cela fait partie du jeu... Ce système est un bon système parce qu'il récompense les gens qui votent et font des commentaires sur les textes mais il a aussi un effet pervers : il ne reflète pas réellement les goûts du public.

Je vous invite donc à venir prolonger le plaisir en participant à la "sélection du public" du Festival Off, sur le forum : http://short-edition.com/fr/forum/la-fabrique/imaginarius-2017-le-festival-off

Que la fête continue et longue vie au prix Imaginarius !

·
Image de Jfjs
Jfjs · il y a
Il aurait dû aller en finale !
·
Image de Christine Śmiejkowski
Christine Śmiejkowski · il y a
Merci, c'est gentil mais il ira plus loin que ça !
·
Image de Soseki
Soseki · il y a
texte original qui nous interesse jusqu'au bout !
·
Image de Thara
Thara · il y a
Une rencontre sous le signe de la brume qui laisse un petit frisson.
L'idée est intéressante.
Voici, des petites imperfections dans votre texte.
Dans la pénombre, je reste figée, momifiée, comme anesthésiée.
Une petite incohérence dans cette phrase (figée, momifiée, anesthésiée).
Un seul mot semble suffisant
Pour cette phrase, vous dites deux fois la même chose.
Je me sens complètement stupide de monologuer, de parler ainsi toute seule. Mais comment agir logiquement dans des situations aussi absurdes ?
Je me sens complètement stupide de monologuer, ainsi. Comment agir logiquement dans des situations aussi absurdes ?

Meilleurs voeux - Bonne année 2018
+ 4 voix !

·
Image de Christine Śmiejkowski
Christine Śmiejkowski · il y a
C'est ma façon d'écrire et ce ne sont pas des imperfections mais des termes voulus !
Quitte à mettre deux ou trois fois le même sens, je le fais pour accentuer le ressenti, l'ambiance...
Je vais aller lire votre texte et je ne laisserai rien passer !!!

Meilleurs vœux et bonne année année 2018 aussi.

·
Image de Thara
Thara · il y a
Merci infiniment, pour toutes ces explications, ainsi que pour le temps que vous m'avez accordé !
·
Image de Christine Śmiejkowski
Christine Śmiejkowski · il y a
Pour ça, tu ne pourras pas dire que je n'ai pas lu ton texte !
Allez sans rancune !
Bonne journée à toi et rendez-vous qui sait en finale ...

·
Image de Juliane
Juliane · il y a
J'aime la chute qui laisse libre cours à l'imagination
·
Image de Pat
Pat · il y a
Mes 5 voix pour ce texte bien trouvé et cette inconnue qui va peut-être protégée Mirane, du moins je l'espère. Je vous invite à venir lire,"Contemplation" dans un registre plus optimiste.
·
Image de Christine Śmiejkowski
Christine Śmiejkowski · il y a
Oui elle va y arriver mais ça ne sera pas évident , sinon il n'y aurait pas de livre !!!
·
Image de Christine Śmiejkowski
Christine Śmiejkowski · il y a
Je suis allée lire Contemplation le 6 janvier à 2h34 du matin ! (et voter)
·
Image de Vaucey
Vaucey · il y a
Merci pour ce bon moment de lecture :)
·
Image de Christiane Tuffery
Christiane Tuffery · il y a
elle n'est pas venue là par hasard cette Nekana. Forcément on se dit que ce n'est qu'un début...
·
Image de Christine Śmiejkowski
Christine Śmiejkowski · il y a
C'est un peu l'ange gardien de Mirane et tant que Mirane n'aura pas définitivement récupéré son moral (phobie scolaire, harcèlement, sentiment d'être différente), elle va s'efforcer de l'en sortir.
La fin est peu banale... mais je ne dis rien !

·
Image de Christiane Tuffery
Christiane Tuffery · il y a
c'est donc un "épisode" que vous nous offrez pour nous ouvrir l'appétit :))
·
Image de Christine Śmiejkowski
Image de Eric Chomienne
Eric Chomienne · il y a
Passionnant! le style, le scenario et une chute ouverte tout cela donne envie de relire l'ensemble. Mon soutien intégral
·
Image de Christine Śmiejkowski
Christine Śmiejkowski · il y a
La version intégrale sortira normalement fin de cette année et encore beaucoup d'émotion à prévoir ...
Merci de ton passage et mes meilleurs vœux pour 2018.

·
Image de Leméditant
Leméditant · il y a
Un début de récit entre réel et irréel, du " pur" fantastique .Toutes les sensations sont très bien décrites, dans le style de notre cher Théophile Gautier...Une rencontre inattendue humaine-fantôme qui donne bien envie de continuer l'histoire... mais vous étiez prisonnière du nombre de caractères !!!
·
Image de Christine Śmiejkowski
Christine Śmiejkowski · il y a
Pour votre récit, il sort son crayon de sa poche et ... ah ah la surprise : des tas de votes ...
·
Image de Leméditant
Leméditant · il y a
Et les votes... en physique quantique s'évanouissent dans un univers parallèle !!! C'est d'ailleurs normal car c' est ce qui arrive généralement à mes petits paniers de votes. Merci à vous d'être passée me lire.
·
Image de Christine Śmiejkowski
Christine Śmiejkowski · il y a
La version longue fait en effet quasi onze fois plus donc impossible de tout mettre dans 8000 caractères ...
·
Image de Patricia Burny-Deleau
Patricia Burny-Deleau · il y a
Une amitié vraiment originale !
·
Image de Francine Lambert
Francine Lambert · il y a
Jolie découverte que cette histoire de fantôme écrite avec beaucoup de fraîcheur et de spontanéité ! Je reste cependant un peu sur ma faim car j'aurais bien aimé en savoir plus sur cette jeune fille, pourquoi est-elle apparue à Miraje et quels liens existent entre elles ? Réponses dans une suite, peut-être ? A bientôt Christine !
·
Image de Christine Śmiejkowski
Christine Śmiejkowski · il y a
Dans une suite, je ne sais pas mais dans un roman certainement...
Sinon, curieuse, je suis allée découvrir votre arc-en-ciel : superbe !

·
Image de Francine Lambert
Francine Lambert · il y a
C'est tres gentil, merci Christine !
·
Image de Yasmina Sénane
Yasmina Sénane · il y a
Texte original et prenant !
Apprécierez-vous "Un scoop" sur la lande bretonne embrumée ?

·
Image de Christine Śmiejkowski
Christine Śmiejkowski · il y a
je suis passée le lire et je n'ai pas été déçue ...
·
Image de Christian Pluche
Christian Pluche · il y a
Traitement original du thème! Je vote pour un retour réussi!
·
Image de Solange Grognard
Image de Chantane
Chantane · il y a
instant particulier ,étonnant , que d'imagination , belle plume!
·
Image de Zouzou
Zouzou · il y a
...une âme entre deux mondes , perdue dans la brume ! mes voix
si vous n'êtes pas passée , moi j'ai mon " Ensuquée " , autour de la mort...

·
Image de Christine Śmiejkowski
Christine Śmiejkowski · il y a
merci mais je suis passée hier matin ^^
·
Image de Marie
Marie · il y a
Un texte prenant et bien écrit. J’attends la suite.
·
Image de Christine Śmiejkowski
Christine Śmiejkowski · il y a
Merci et je suis passée également chez vous et j'ai laissé un commentaire assez long - même très long - sur celui de Fred...
et j'y ai abandonné aussi tous mes votes...

·
Image de Odilon
Odilon · il y a
Le début est haletant et la fin palpitante. Bravo
·
Image de JACB
JACB · il y a
Est-ce un dédoublement de personnalité, une introspection salvatrice ? En tout cas c'est tendre et palpitant. Un joli moment de lecture, bonne chance Christine. Je vous invite dans mes brumes de rhum, allez je vous emmène ?
·
Image de Christine Śmiejkowski
Christine Śmiejkowski · il y a
un peu ivre, j'ai tout de même lâché mes voix ...
·
Image de Muirgheal James
Muirgheal James · il y a
pas de confusion ! welcome back +5
·
Image de Silvie
Silvie · il y a
Je compatis pour cette âme en peine, j'ai envie qu'elle s'échappe vers la lumière. Mais d'où vient ce curieux prénom de Nekana? A-t-il un sens?
·
Image de Christine Śmiejkowski
Christine Śmiejkowski · il y a
Oui bien sûr qu'il a un sens : petite recherche en google traduction ( langue polonais)
·
Image de Meryma Haelströme
Meryma Haelströme · il y a
Oooh c'est trop court ! On veut en savoir plus ! Une voix pour vous :) Si le coeur vous en dit, mon texte se tient ici : http://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/retour-au-pays-2
·
Image de Christine Śmiejkowski
Christine Śmiejkowski · il y a
j'y ai lâché mes voix sous la brume verte
·
Image de Meryma Haelströme
Image de Jarrié
Jarrié · il y a
Texte délicieux qui donne envie de vous découvrir encore plus.
·
Image de Adonis
Adonis · il y a
J'aime beaucoup !
·
Image de Victoria Michel
Victoria Michel · il y a
J'ai vraiment envie de connaître la suite.
·
Image de Christine Śmiejkowski
Christine Śmiejkowski · il y a
Quand le livre sera publié - normalement fin de cette année - je t'avertirai
Merci de ton passage

·
Image de Huppefasciée
Huppefasciée · il y a
L'intrigue est très bien menée. J'aime votre style d'écriture et le thème de la rencontre de ces deux âmes me plait beaucoup. De plus, la fin est très émouvante. "Imaginarius" a permis que l'on fasse connaissance et j'en suis ravie.
·
Image de Christine Śmiejkowski
Christine Śmiejkowski · il y a
Et moi de même
Je dirai que ma prose est aussi légère que ma poésie est plus structurée
Et j'ignore pourquoi

·
Image de Violette
Violette · il y a
Intriguant, mystérieux, parfaitement dans le thème !
·
Image de Marie Lacroix-Pesce
Marie Lacroix-Pesce · il y a
Il existe de nombreuses Nekana, hélas!
·
Image de Christine Śmiejkowski
Christine Śmiejkowski · il y a
Hélas oui et les réseaux sociaux n'arrangent rien dans le mal être de la jeunesse actuelle.
·
Image de Duje
Duje · il y a
quelle littérature bien ciselée . Je ne participe à ce challenge , heureux d'être venu néanmoins .
·
Image de Christine Śmiejkowski
Christine Śmiejkowski · il y a
Je te remercie et si tu aimes ce style, je te renvoie sur "Pudu à disparu " Texte de la matinale en cavale d'il y a trois ans.
·
Image de Didier Poussin
Didier Poussin · il y a
Le noir et le blanc
·
Image de Evadailleurs
Evadailleurs · il y a
Un double qui rassure ...
·
Image de Gourmandine
Gourmandine · il y a
Une ambiance fantomatique très agréable à lire. Je me suis régalée. Bravo.
·
Image de Christine Śmiejkowski
Christine Śmiejkowski · il y a
Merci Gourmandine et dire que je n'étais plus venue ici depuis 3 ans ...
·
Image de Stéphane Sogsine
Stéphane Sogsine · il y a
j'aime le thème que vous effleurez là, mais surtout sa construction par petits plans qui se succèdent et que marquent des paragraphes très courts et de fréquents passages à la ligne. Je me suis laissé séduire par ce style très particulier mais très adapté aussi au déroulement lent de votre argument.
Bravo

·
Image de Jfjs
Jfjs · il y a
Mais oui "Pudu a disparu" ça me revient et j'en ai profité pour relire cette matinale en cavale qui n'était pas dans la brume;-). ça va être super que ce Nekana en livre. Je ne sais pas pourquoi je voulais lire Anaken qui a dérivé sur Haneke et son dernier film "happy end" on sent l'influence de la fin de ton texte. Laissons les complices... Et bravo
·
Image de Christine Śmiejkowski
Image de Jean Calbrix
Jean Calbrix · il y a
Deux âmes en dérive qui se trouvent et s'étreignent. C'est très émouvant ! Bravo, Christine, pour ce TTC bien construit et qui après une séquence de thriller intense débouche sur un petit bonheur. Vous avez mes cinq votes.
J'ai un sonnet tragique que je vous invite à lire si vous avez le temps : http://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/Mumba

·
Image de Christine Śmiejkowski
Christine Śmiejkowski · il y a
Je suis allée voir et je n'ai pas regretté : je comprends ta première place !
·
Image de Jean Calbrix
Jean Calbrix · il y a
Un grand merci à toi, Christine !
·
Image de Vol-au-vent
Vol-au-vent · il y a
Style fluide qui décompose bien le suspense. Je vote !
·
Image de Alizée Villemin
Alizée Villemin · il y a
Bravo pour cette nouvelle mélancolique, vous avez ma voix :) Je participe également à ce prix, n'hésitez pas à passer voir ma nouvelle http://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/le-prix-a-payer ;) Bonne continuation !
·
Image de Christine Śmiejkowski
Christine Śmiejkowski · il y a
je vais aller vous lire
·
Image de Carole Darcourt
Carole Darcourt · il y a
Envie de connaître la suite, très bien écrit félicitations
·
Image de Christine Śmiejkowski
Christine Śmiejkowski · il y a
J'espère voir ce livre sortir fin 2018 sous le même titre
·
Image de Pascal Depresle
Pascal Depresle · il y a
Précision important que la votre, car on réclame forcément une suite en fin de lecture. Mes voix. Peut-être aimerez vous "L'héroïne", " Le Grandpé " ou "Tata Marcelle".
·
Image de Christine Śmiejkowski
Christine Śmiejkowski · il y a
je suis passée sur les 3 ^^
·
Image de Pascal Depresle
Image de Florence Harvengt
Florence Harvengt · il y a
intrigue superbe, j'ai bien envie de connaître la suite
·
Image de Christine Śmiejkowski
Christine Śmiejkowski · il y a
Je ne vais pas spoiler évidemment mais ça se termine plus ou moins bien car Mirane retrouve, grâce à Nekana, sa joie de vivre mais du coup, Nekana va repartir, ayant rempli sa mission.
·
Image de Christine Śmiejkowski
Christine Śmiejkowski · il y a
Bonjour à tous ceux qui passeront sur ces quelques lignes ...

Je voulais vous dire que comme avec Pudu a disparu (La Matinale en cavale Hiver 15), ce récit est un condensé des premiers chapitres d'un livre qui devrait être publié fin 2018 (selon mon éditrice, dernier trimestre 2018).

Donc il peut paraître un peu décousu car forcément il y a un avant, un après et aussi des détails qui ont été gommés pour rentrer dans le canevas des 8000 signes.

Voilà pour la petite explication que je vous devais...

Bonne journée, bonne lecture, bon vote (si ça vous dit mais ce n'est pas une obligation de voter: je préfère qu'on lise mais qu'on ne se sente pas obligé de voter)

D'ailleurs, si j'ai si peu de votes par rapport au nombre de lectures, c'est que j'ai fait passer ce message : lisez, prenez du bon temps, découvrez ma passion d'écrire mais jamais ne vous vous sentez pas obligés de voter, de devoir vous inscrire pour le faire !

Encore mes meilleurs voeux pour 2018

Christine (Smicky)

·
Image de Keith Simmonds
Keith Simmonds · il y a
Une belle histoire bien écrite et pleine de mystère, Christine ! Mes votes ! Je vous invite à partir en “Croisière” si vous ne craignez pas la brume en mer ! Merci d’avance et bonne année !
http://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/croisiere-2

·
Image de Christine Śmiejkowski
Christine Śmiejkowski · il y a
J'avais déjà lu : curieuse comme je suis, je vais souvent lire les récits et je commence par le premier du classement
Je viens donc de voter mais vous êtes tellement loin devant les autres que votre qualification est acquise.
Merci toutefois d'être passé lire le mien ( http://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/nekana )
Je vous relirai en finale évidemment !

·
Image de Fred Panassac
Fred Panassac · il y a
Bonjour Christine, je suis vraiment ravie de te retrouver ici, te souviens-tu que nous avions bien sympathisé lors d’un concours Short il y a deux ans ? Dès que j’ai vu ton nom dans un commentaire — car je ne regarde pas la liste des textes assez souvent — je suis venue te lire.
Juste pour résumer mes impressions : ton écriture en deux ans s’est encore affirmée et les traits principaux, la surprise et l’émotion, ne se sont pas démentis. J’ai été happée par le mystère de la rencontre et alors là, quelle chute, c’est littéralement poignant et écrit si justement que je défie quiconque de ne pas être ému en lisant la fin ! Ce n’est pas une minuscule voix que je t’offre mais toutes celles dont je dispose — et pas de chichis entre nous, bien sûr je t’invite à lire mon texte, il est bien placé pour être finaliste, aussi ce n’est pas tant pour gagner des voix au classement (c’est illusoire de vouloir gagner aux voix ici avec la concurrence qu’il y a) mais pour avoir tes impressions sincères, que je t’invite.
Oups j’ai oublié de mettre le lien de mon texte :
http://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/la-camanchaca

·
Image de Christine Śmiejkowski
Christine Śmiejkowski · il y a
Bien sûr que je me souviens de toi ! Et mon Pudu finalement sera publié - pas de suite mais il le sera et à compte d'éditeur !!!
Mon éditrice, qui va d'abord publier Nekana (la version intégrale) fin de cette année, m'a dit que celui qui suivra sera mon fameux Pudu (qui a changé de nom entre-temps mais c'est le Pudu de la matinale en cavale)
Je file voir ton récit - on ne se perd plus de vue hein !
Gros bisous
Ps : et merci pour ton commentaire, ça m'a tellement touchée que j'ai senti mes yeux picoter et briller ...

·
Image de Gini Meryem
Gini Meryem · il y a
impatiente de le lire dans son intégralité!!! Félicitation
·
Image de Christine Śmiejkowski
Christine Śmiejkowski · il y a
Tu me diras quoi car tu dois être la seule, à part mon éditrice, à avoir le texte intégral
·
Image de Coraline Parmentier
Coraline Parmentier · il y a
Joli écrit , vous avez mes voix !
Si mon royaume embrumé vous intéresse pour continuer votre voyage, c'est par ici...
http://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/le-royaume-dans-la-brume

·
Image de Christine Śmiejkowski
Christine Śmiejkowski · il y a
Très joli récit mythologique qui mérite bien sa position dans le classement (j'aime beaucoup l'Egypte en plus)
... et merci d'être passée lire le mien http://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/nekana

·
Image de Yann Olivier
Image de Christine Śmiejkowski
Christine Śmiejkowski · il y a
Merci pour le point et je suis passée également t'en accorder un
·
Image de Didier Caille
Image de Christine Śmiejkowski
Christine Śmiejkowski · il y a
Merci et c'est fait !
Mais étant 8ème avec 443 voix, et un récit posté il y a 16 jours, vous n'avez pas de soucis à vous faire !

·
Image de Patrick Peronne
Patrick Peronne · il y a
Je lis à l'occasion de chaque Prix le maximum d'œuvres en lice (j'ai du temps). Donc, je viens de lire attentivement votre ttc, dont l'intrigue est prenante, bien menée et correctement écrite (certes j'ai tiqué sur des "monologuer toute seule"). Beaucoup plus de qualités que de faiblesses et le thème me touche personnellement. Mes encouragements et mes vœux pour 2018.
·
Image de Christine Śmiejkowski
Christine Śmiejkowski · il y a
Elle a quinze ans la narratrice, donc on peut lui excuser ce pléonasme !
(l'écrivain en a 57 et a moins d'excuses)
Merci d'être passé et mes meilleurs voeux pour 2018.

ps: j'avais déjà une coquille - j'ai demandé la rectification pour celle-là aussi
(merci de me l'avoir signalé)

·
Image de Joëlle Brethes
Image de Christine Śmiejkowski
Image de Christine Śmiejkowski
Image de Christine Śmiejkowski
Christine Śmiejkowski · il y a
Voilà je suis 320ème avec 0 votes donc apparemment aucune chance d'être qualifiée.
Mais lisez au moins mon récit par plaisir !
Merci d'avance et mes meilleurs voeux pour 2018

·

Vous aimerez aussi !

Du même auteur