Ne restez pas simple spectateur

il y a
1 min
258
lectures
18
Finaliste
Jury

Lycéenne de 16 ans, je suis -comme la plupart des auteurs du site- passionnée par l'écriture, la poésie en particulier. Inspirée par tous les arts, j'essaie de me livrer dans ce que j'écris et  [+]

Chaque fois qu'Alice passe la porte du cinéma de son quartier, le même sentiment de plaisir intense et de curiosité artistique se mélange au creux de son ventre pour s'étendre peu à peu à son corps tout entier. L'habitude n'altère rien : une pleine euphorie s'empare d'elle, elle se sent capable de tout ressentir. Seule, elle va acheter auprès d'une dame âgée le ticket qui, quelques heures plus tard, rejoindra sa collection de souvenirs cinématographiques entreposés. Seule, parce qu'elle veut s'assurer de se livrer telle qu'elle est à l'écran, de ne pas se retenir de rire ou de pleurer par gêne ou convention. Dans les petites salles comme celles-ci, rares sont les affluences dépassant une dizaine de cinéphiles : elle vit le film comme s'il s'offrait tout entier à elle. Au guichet, le nom de l'œuvre choisie semble déjà familier et encore étranger, comme le nom d'un vin qu'on s'apprête à goûter et dont la provenance a créé certaines attentes. Le sourire complice de la dame âgée lui suffit à comprendre que ce film sera plus qu'un film. Ce sera du grand art. Apaisée, elle arrive quelques minutes avant le début de la séance dans les escaliers tapissés de moquette rouge qu'il faut gravir pour atteindre la salle. La pénombre s'installe, Alice pénètre de manière progressive dans cet univers. Lorsqu'elle arrive, elle choisit un siège en haut, un peu sur la droite, son siège, mais teste d'autres places avant, au cas où. Elle sait pertinemment qu'elle ira s'asseoir au même endroit, mais, comme les enfants vérifient l'absence de monstres sous leur lit, elle exécute ce petit rituel. Puis, lorsque les lumières s'éteignent, elle s'enfonce dans son siège, ouvre grand ses yeux et ses oreilles, vide son esprit, et sourit, simplement, car l'atmosphère s'installe et l'attente prend fin. La projection commence. La magie opère. Elle vit le film instantanément. Elle ne reste pas simple spectatrice.

Un jour cependant, en arrivant dans la salle, elle est prise d'un choc. La place est prise. Sa place est prise. Désemparée, elle progresse lentement vers le coupable pour lui faire face. Cette situation est exceptionnelle. L'homme, lui, n'a rien d'extra-ordinaire. C'est un brun banal aux yeux gris qui la fixe maintenant. Il lui sourit. Elle aimerait protester. Elle lui sourit aussi. Elle s'installe à côté de lui, sans attendre ni réfléchir. Les lumières s'éteignent, le film commence. Son regard se détourne de l'écran. Il lui sourit à nouveau. Elle n'est plus spectatrice.

La magie opère.

18

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,