Image de domi

domi

850 lectures

117

Qualifié

Voici trois jours que mon avion s'est écrasé, ou plus exactement, s'est planté le nez dans le sable, mais au moins je suis vivant. Je me demande quand même s'il n'aurait pas mieux valu en finir tout de suite, cela m'aurait évité bien des souffrances.
Je note sur ce carnet de voyage, ce qui sera certainement le récit de mes derniers jours sur cette terre. Tout le monde doit savoir ce qui s'est passé ici.
Une panne de carburant. Et pourtant le plein avait été fait avant mon départ. Tout avait soi-disant été vérifié.Tout était au point. Et voilà, je me retrouve coincé ici au milieu de nulle part à cause d'une fuite dans le réservoir ! Si toutefois je m'en sors, le mécano entendra parler de moi, je me le jure !
Ma radio et ma balise GPS ont été endommagées par le sable. Plus rien ne fonctionne à bord, si bien que je ne peux plus communiquer et qu'il est impossible pour ceux qui me rechercheront, de me localiser. Je n'existe pour ainsi dire plus.
J'ai tout de suite jeté un coup d’œil à ma cargaison, espérant y trouver un peu de nourriture ou un objet d'une quelconque utilité. Des jouets, des écrans plats géants, des téléphones portables, des ordinateurs... Et dire qu'il n'y a même pas de réseau dans ce fichu désert ! De rage, j'ai tout jeté hors de l'avion. J'en ferai peut-être un grand feu cette nuit quand les températures redescendront ?
Bon, règle numéro un : ne jamais s'éloigner de l'appareil.
Du sable et des pierres, des pierres et du sable, encore et toujours du sable ! Pas la moindre trace de verdure à l'horizon !
J'ai rassemblé une grande quantité de ces cailloux pour tracer un immense SOS sur le sol. Si un avion passe, il ne peut pas le rater. Oui, mais voilà, les seuls que je vois, ce sont des longs courriers, et à cette altitude, je suis encore plus petit qu'une crotte de mouche sur leur pare-brise.
Dans la journée, la carlingue est une véritable étuve et je suis obligé de me mettre sous l'avion pour bénéficier d'une ombre et d'une « fraîcheur » toute relative.
Hier, alors que je m'étais assoupi, j'ai entendu une sorte de sifflement. Je me suis levé d'un bond : un long serpent gros comme mon bras approchait ! Je lui ai balancé tout ce que je pouvais et j'ai réussi à l'estourbir. D'un coup de mon couteau, qui Dieu merci, ne me quitte jamais, je lui ai tranché la tête. J'étais à bout de souffle après le tour de force que je venais d'accomplir dans cette fournaise.
Après m'être remis de mes émotions, je me réjouis de cette source de protéines inattendue. Surmontant ma répugnance, j'en coupai un morceau et mordis dedans, ce qui me provoqua une terrible nausée. Alors, une idée me vint, je le débitai en tronçons et les déposai sur le fuselage chauffé à blanc. Pas terrible mon barbecue improvisé, mais en fermant les yeux, c'était mieux que rien. Je vais me serrer la ceinture et en mettre quelques tranches de côté. Je ne pense pas qu'une telle aubaine se reproduise de sitôt.
Mais mon problème majeur, bien sûr, c'est l'eau. Mes réserves sont nettement insuffisantes. Je n'avais pas exactement prévu de camper dans le désert pendant une durée indéterminée...
Ma situation n'est vraiment pas brillante.
La nuit tombe, maintenant, les chacals vont arriver ! Je hais ces bestioles ! Je me réfugie dans le cockpit pour essayer de dormir un peu et pour me protéger de leurs crocs.
Quatrième matin.
Toute la nuit, les chacals ont poussé de longs hurlements perçants, Je les entendais grogner, japper, glapir autour de la carcasse de l'avion. Ces sales bêtes deviennent de plus en plus audacieuses. J'en avais des sueurs froides.
Je ne peux plus attendre ici. Il faut que je parte. Si je me suis bien repéré sur ma carte, je suis à environ cent kilomètres du premier village. Je sais, je tiendrai difficilement jusque là, mais, avec un peu de chance, je tomberai peut-être sur un campement nomade... Tout plutôt que de rester là sans rien faire à attendre. Je deviens fou. Et tant pis pour la règle numéro un !
Je pars. Il est très tôt et le soleil ne tape pas encore trop dur. Je prends ma dernière bouteille d'eau dans mon sac, ce qui me sert de nourriture, ainsi que mon précieux carnet. J'ai abandonné tout le reste, cela ne me sera plus utile.
Pour me protéger de la morsure des rayons du soleil, j'emporte un grand carton d'emballage déplié, il pourra me faire un peu d'ombre. Oh, je sais, c'est bien dérisoire, mais l'espoir fait vivre. Espoir, voilà un mot qui sonne bizarrement dans cette immensité éblouissante et torride.
Bien, le soleil se lève à l'est. Je marche, dans la direction que je crois être la bonne, droit devant moi, vers l'ouest. Je vais y arriver.
Des heures que je marche. Rien en vue. Soleil très haut. Presque plus d'eau. Abandonné mon carton. Aucune utilité. Trop fatigué pour le traîner. Même plus la force d'écrire. J'abandonne.
Mais... je vois quelque chose au loin, je vois une forme blanche. C'est une jeune femme, elle me fait signe de venir, elle m'appelle. Sa voix est si douce...
Je vais la rejoindre. Je suis sauvé. Malgré mon épuisement, je vais vers elle aussi vite que mes jambes me le permettent. Je suis sauvé ! Sauvé ! Mais que fait-elle ? Plus j'avance et plus elle s'éloigne. Non, non, ne partez pas ! Attendez-moi ! Attendez-moi, je vous en prie ! Ne me laissez pas...
Je veux crier, mais aucun son ne sort de ma bouche.
Je n'en peux plus, je suis harassé, ma gorge est en feu, tout mon corps n'est qu'une immense brûlure. Ce serait donc ça l'enfer ?
Je tombe sur le sable brûlant qui pourtant paraît si doux à mon corps perclus de fatigue.
Non, je ne me relèverai pas, inutile. Le chemin s'arrête là. Cette nuit, les chacals feront un festin...

« – Monsieur, monsieur ? Vous m'entendez ?
– ....
– Je suis votre infirmière. Vous vous souvenez, monsieur, vous avez eu un accident de voiture... Vous êtes resté quatre jours dans le coma. Ne vous inquiétez pas, tout va bien maintenant, vous êtes hors de danger. Je vais chercher le médecin. »

PRIX

Image de Printemps 2019
117

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de jean louis
jean louis · il y a
Superbe histoire å suspense qui me fait penser à Saint-Ex.
J'aime beaucoup.

·
Image de domi
domi · il y a
Il ne manque que le Petit Prince...😊
·
Image de Lucile Sempere
Lucile Sempere · il y a
Ah les cauchemars que notre inconscient nous offre lors de moment difficile...
J’aime beaucoup cette fin, je n’en pouvais plus de savoir s’il allait allait survivre ^^

·
Image de domi
domi · il y a
Oui, c'est une fin heureuse malgré tout ! Merci pour votre appréciation Lucile !
·
Image de Ginette Vijaya
Ginette Vijaya · il y a
Un cauchemar où l'on est soi-même happé ,
·
Image de domi
domi · il y a
Un grand merci à vous...
·
Image de Pherton Casimir
Pherton Casimir · il y a
Très belle écriture... Bonne chance à vous ! Toutes mes 5 voix. Je vous invite à lire et à supporter mon texte. https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/la-beaute-dun-reve
Merci !

·
Image de domi
domi · il y a
Merci beaucoup Pherton Casimir.
·
Image de Patrick Gibon
Patrick Gibon · il y a
idée originale ce cauchemar traumatique après un vrai accident sur le plancher des vaches!
·
Image de domi
domi · il y a
Merci Patrick, je suis heureuse que cette idée vous plaise, car elle n'a pas fait l'unanimité... 😊
·
Image de Jean Calbrix
Jean Calbrix · il y a
Une chute inattendue très bien amenée ! Bravo Domi ! +5
·
Image de domi
domi · il y a
Merci Jean, bonne soirée !
·
Image de Jean Calbrix
Jean Calbrix · il y a
Bonjour Domi. Je voulais vous parler de mon sonnet Spectacle nocturne mais je m'aperçois que je l'ai fait sous un autre commentaire ! Bonne soirée aussi à vous.
·
Image de domi
domi · il y a
J'ai lu, et j'ai beaucoup aimé, bravo Jean !
·
Image de Jean Calbrix
Jean Calbrix · il y a
Un grand merci à vous, domi !
·
Image de Gabriel Epixem
Gabriel Epixem · il y a
Original et agréable à lire. Mon vote.
Je vous invite à me lire aussi :)

·
Image de Samia.mbodong
Samia.mbodong · il y a
Heureuse la fin.
Les chacals n’auront rien.
Bravo et merci je soutiens.

·
Image de domi
domi · il y a
Merci pour votre soutien Samia !
·
Image de DUCIMETIERE
DUCIMETIERE · il y a
Une traversée du désert pour un accidenté de la route. Bien vu ! Je vote. Si le cœur vous en dit, donnez-moi votre avis sur mon texte " Léo ".
·
Image de Véro Des Cairns
Véro Des Cairns · il y a
Quand l'esprit décide de partir à l'aventure, rien ne l'arrête... Texte prenant, comme dans un film les images défilent. Bravo. Mes voix sont à vous. Je serais ravie de vous retrouver sur ma page, avec à l'honneur AUGURE ROYALE.
·
Image de domi
domi · il y a
Merci pour votre commentaire Véro et pour vos voix , je vais lire votre oeuvre...
·

Vous aimerez aussi !

Du même thème

Du même thème

TRÈS TRÈS COURTS

Par-dessus l'épaule j'ai jeté le casque, le mec, la maison, la famille. Petite brise, grand soleil, je roule vers le sud, par les petites routes. C'est vallonné, merci le moteur. Les jeunes ...