3
min

Naufrage, courage et perroquet

Image de Mary Benoist

Mary Benoist

187 lectures

235

FINALISTE
Sélection Jury

Cette fois il fallait qu'il réussisse. Il mit toute son énergie et parvint à rester agrippé au rocher pendant que la vague se retirait.

Il vit Léa repartir en arrière, une fois de plus. Il comprit qu'elle luttait de moins en moins, qu'elle était sur le point d'abandonner. Il fallait absolument qu'elle arrive à s'accrocher quand le ressac la projetterait de nouveau contre la falaise. Il chercha une position qui lui permette de libérer son bras gauche tout en restant bien d'aplomb sur le rocher. Quand la vague revint frapper il parvint à attraper Léa .

Ils étaient sauvés, enfin presque, il fallait maintenant qu'elle trouve une prise et se dépêche de grimper avant que la mer ne risque de l'emporter à nouveau.

Elle n'avait plus de force. Pourtant elle parvint à s'accrocher et à se hisser de quelques dizaines de centimètres. Hugo lâcha son bras. Il fallait qu'elle se débrouille maintenant seule. Il se sentait instable et risquait de l'entraîner en tombant.

Pour l'instant ils étaient hors d'atteinte des vagues mais la marée montait encore et ils devaient trouver un moyen d'escalader la falaise avant que la mer ne les rattrape. C'était leur seule chance de s'en sortir. Arriver en haut et trouver du secours.

Il s'en voulait. C'était lui qui avait eu cette idée de promenade en voilier alors que le mauvais temps menaçait. Ils avaient chaviré à proximité des falaises. Le courant les y avait naturellement projetés. La mer était forte. Par miracle il n'avaient pas été blessés mais étaient tous deux épuisés.

— Laisse moi, dit Léa,

— Non, jamais.

— Mais je ne peux pas monter là-haut dit-elle, des sanglots dans la voix.

— Léa tu es une battante, bien sûr que tu peux.

— J'ai froid, je vais mourir Hugo. Laisse-moi.

Il se demanda un instant si ce n'était pas la solution : grimper le plus vite possible et trouver du secours. Mais un regard vers Léa le dissuada. Elle ne tiendrait pas. Après une longue minute de silence, il lui dit :

— C'est vrai alors ce que dit Alice ? Que tu n'es pas très courageuse ?

— Qui ? Quoi ?

Léa s'était redressée, elle avait trouvé une prise un peu plus haut et s'était élevée avec effort de quelques centimètres.

— Alice, ta cousine, elle disait l'autre jour que tu étais une trouillarde doublée d'une feignasse dit Hugo en se hissant lui aussi un peu plus haut. Excuse-moi mais ce sont ses propres mots.

Il vit que le regard de Léa avait changé. Ses yeux n'étaient plus noyés de larmes mais avaient retrouvé leur éclat.

— Alice ? Je peux pas le croire. Mais quelle chipie ! dit Léa.

— Bah, n'y pense plus. Comme tu dis, c'est une chipie elle n'arrête pas de dire des méchancetés sur toi.

Il constata que Léa avait agrippé avec détermination un solide rocher. D'un geste souple elle s'était redressée sur un pied pendant qu'elle cherchait et trouvait un point d'appui pour son autre pied. Il se hissa lui aussi. Il se sentait mieux. Le moral revenait.

— Alice ! C'est la meilleure ! reprit Léa. Je n'en reviens pas. Elle qui n'a jamais rien fait d'autre que de rester les fesses dans un fauteuil devant son ordinateur à écrire des inepties.

Elle avait sorti cette tirade d'une seule traite. Elle a encore du souffle se dit Hugo.

— Hier soir, ajouta Hugo, pendant que tu avais le dos tourné, elle a dit aussi que ta tarte aux abricots était un vrai étouffe-chrétien.

Il prit son élan et s'éleva d'un bon mètre d'un seul coup.

— Non mais...attends...Elle en a repris trois fois ! Elle m'a fait plein de compliments ... mais quelle hypocrite ! J'y crois pas siffla Léa en arrivant à sa hauteur.

Hugo fit une pause. Avant de reprendre son ascension, il ajouta :

— Et il faut l'entendre quand elle parle de ta façon de t'habiller.

— Et qu'est-ce qu'elle dit sur ma façon de m'habiller ?

Léa était furieuse. Elle rassembla toutes ses forces et dépassa Hugo.

— Bof, ce n'est pas très important. C'est à propos de la robe que tu portais. Elle a parlé de perroquet, dit Hugo en la dépassant.

— De perroquet ?

— Oui, c'était à propos des couleurs, elle les trouvait criardes.

— Mais tout le monde n'est pas obligé de s'habiller en haillons avec des trous partout dans ses jeans comme elle rétorqua Léa. Tu peux croire qu'elle va m'entendre. Ça ne se passera pas comme ça.

Ils grimpèrent un moment en silence. Léa bouillait de colère. Elle grimpait de plus en plus vite. Hugo avait du mal à la suivre.

— Oui, reprit-elle alors qu' Hugo la dépassait à nouveau. Attends voir qu'on soit là-haut...

— Nous sommes là-haut dit Hugo tranquillement en lui tendant la main pour lui permettre de se hisser jusqu'au pré qui surplombait la falaise.

Léa regarda autour d'elle. Des vaches broutaient un peu plus loin. Sauvés, ils étaient sauvés. Elle se jeta dans les bras d'Hugo. Ils s'embrassèrent puis Léa, reprit le cours de ses idées  :

— Bon, maintenant, direction la maison, j'en connais une qui va en prendre pour son grade.

— Laisse tomber, dit Hugo

— Que je laisse tomber ? Et pourquoi ?

— Je n'ai trouvé que ça pour te donner un peu d'énergie. J'ai tout inventé.

D'abord interloquée, Léa fondit en larmes. C'était trop d'émotions. Elle ne savait plus où elle en était. Elle regrettait les méchancetés qu'elle avait dites sur Alice. Sans compter que si Hugo avait trouvé ce moyen-là c'était bien la preuve qu'elle avait mauvais caractère. Et puis quelque chose la tracassait :

— Mais alors... ma robe... tu trouves que j'ai l'air d'un perroquet avec ?

— Pas du tout dit Hugo, mais ta tarte aux abricots, en revanche...

PRIX

Image de 2018

Thème

Image de Très très court
235

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Emsie
Emsie · il y a
Quel plaisir d'avoir découvert vos nouvelles ! C'est tout ce que j'aime... Je poursuis ma promenade :-)
·
Image de Hervé Mazoyer
Hervé Mazoyer · il y a
Mes voix à nouveau
·
Image de Mary Benoist
Mary Benoist · il y a
Merci ! Tout le monde n'y pense pas.
·
Image de Catherine Perrin
Catherine Perrin · il y a
J'aime beaucoup cette histoire. Bravo
·
Image de Mikaso
Mikaso · il y a
Très belle histoire pleine d'humour et bien écrite, merci j'ai passé un merveilleux moment. Bonne finale
·
Image de Ginette Vijaya
Ginette Vijaya · il y a
Bravo pour votre finale . Mes votes renouvelés .
Je me permets de vous redemander d' encourager mes deux textes en compétition pour le grand prix automne . Merci beaucoup .

·
Image de Claire Bouchet
Claire Bouchet · il y a
Une très belle chute vraiment !
·
Image de Barbara Reibel
Barbara Reibel · il y a
J'ai voté ! Une invitation à découvrir mon histoire dans la catégorie très très courts ici : https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/l-inconnu-du-starbucks - Bonne chance à vous !
·
Image de Dominique Alias Suna Descors
Dominique Alias Suna Descors · il y a
Une ascension qui aura le mérite de donner confiance à Léa dans la colère tout d'abord puis de comprendre en finale pourqu'il lui avoue que sa tarte aux abricots apparemment n'est pas fameuse.
Aprés le naufrage, l'ascension de la montagne. A son sommet, une vérité. Jolie finale.

·
Image de Zouzou
Zouzou · il y a
mon soutien à +5 !
en lice avec ' Des rêves d'Iran ' si vous aimez

·
Image de Joëlle Brethes
Joëlle Brethes · il y a
La fin justifie les moyens… ;-)
·

Vous aimerez aussi !

Du même auteur