Naître d'en haut

il y a
3 min
240
lectures
166
Qualifié
Image de 2021
Image de Très très courts
René venait de quitter le cimetière qui jouxtait l’église de La Chaise Dieu et rentrait chez lui d’un pas mal assuré. Comme à son habitude, il ne cessait de jurer à chaque fois que son pied heurtait une pierre. Il faut dire que le chemin n’était guère entretenu et qu’à son âge, soulever un pied, puis l’autre, devenait ardu. Pourtant il aurait pu le parcourir les yeux fermés ce chemin, tant il en avait fait des allers-retours. Qu’il pleuve ou qu’il vente il n’aurait renoncé à ce rituel.

J’avais pris ma retraite depuis peu et venais de m’installer au village. Chaque jour je voyais René passer devant mon portail. Aux beaux jours, lorsque que j’étais dans mon jardin, je pouvais même l’entendre siffloter ou parler aux oiseaux. Du moins à l’aller, parce qu’au retour, c’étaient plutôt les jurons.

Un jour que je taillais la haie, la curiosité l’emporta et je proposai à René d’entrer prendre un rafraîchissement. Puis c’était devenu une habitude, chaque jour René s’arrêtait un instant. C’est ainsi que, peu à peu, j’ai découvert l’histoire de Jean et René.

René tout le monde le connaissait. Il était celui qui avait gardé une âme d’enfant pour ne pas dire qu’il était simplet. C’était le ravi de notre village. On l’aimait bien le René, toujours souriant et prêt à rendre service. Il était sacristain aussi. Mais depuis que le curé était mort et n’avait pas été remplacé, René errait comme une âme en peine.

-Alors, René, belle journée aujourd’hui, tu es allé au cimetière ?
-Oui, j’ai été voir Jean.

Jean était le curé tant aimé des villageois mais celui-ci les avait quittés un jour de Pâques.
Jean était né à la Chaise Dieu où la menuiserie familiale avait valu son nom au village.
De génération en génération l’amour du bois se transmettait de père en fils chez les Espère.
Mais Jean, le fils ainé, avait pris un chemin différent le jour où, au catéchisme, il avait entendu cette phrase qu’un autre fils de charpentier avait adressé à Nicodème : " A moins de naître d’en haut, on ne peut voir le Royaume de Dieu". Ce jour-là il avait trouvé sa voie. Il n’aura de cesse de naître d’en haut.
Après quelques années de séminaire passées en dehors du village, il y revint comme curé. C’était encore l’époque où les églises étaient pleines et l’abbé Espère, qui portait si bien son nom, ne décevait pas ses ouailles. Ses sermons étaient empreints de cette espérance qui l’habitait et avec foi il prêchait qu’il était possible de renaître dès ici-bas.

René en était convaincu, lui dont la route avait aussi déviée le jour où sa famille de gitans l’avait oublié en quittant La Chaise Dieu après y avoir séjourné un hiver.
Jean avait découvert René encore enfant sur les marches de l’église. Le sourire béat, il répétait sans vraiment la comprendre la phrase qu’il venait d’entendre : " Laissez les enfants venir à moi, et ne les empêchez pas, car le royaume de Dieu est à ceux qui leur ressemblent".
Jean comprit vite que René n’avait pas été oublié et il le confia à la brave Ernestine qui faisait office de bonne du curé et de sacristine. Le temps passant et la famille ne revenant pas le chercher, Ernestine Trinjour adopta René qui, en prenant son nom, eut l’impression de renaître. Ce furent alors des années de bonheur simple et authentique.
Les années passèrent, Ernestine mourut et René devint tout naturellement le sacristain de la Chaise Dieu.
Le temps continuait à s’écouler. Jean et René, chacun à leur manière, témoignaient de la renaissance qui, un jour, s’était opérée en eux. Étonnamment les villageois y puisaient leur force de vivre.

Puis ce fut au tour du curé de les quitter et tout le monde se souvint de la phrase qui l’accompagna dans sa dernière demeure : "Si le grain de blé tombé en terre ne meurt pas, il reste seul ; mais s’il meurt, il porte beaucoup de fruit".

Depuis l'enterrement, René allait chaque jour au cimetière s’entretenir avec Jean. René avait pris de l’âge lui aussi et s’arrêter quelques instants chez moi s’avérait une halte bienfaisante.
Mais un jour René ne passa pas, le suivant non plus. Je m’en étonnai auprès du facteur qui me dit qu’il était parti renaître là-haut.
Avant de mourir, René avait demandé à être enterré avec le curé et que son nom puisse figurer à côté de celui de Jean. Dans un dernier souffle il avait ajouté : ”C’est pour finir la phrase”. On ne comprit pas.

Depuis, je passe chaque jour me recueillir sur la tombe commune où, comme tous les villageois, nous pouvons lire l’ultime message délivré par les noms gravés dans la pierre : Jean Espère René Trinjour
Oui comme Jean, comme René, j’espère renaître un jour, mais en attendant, chaque matin est une renaissance, le commencement d’un jour nouveau.
166

Un petit mot pour l'auteur ? 65 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Blackmamba Delabas
Blackmamba Delabas · il y a
Mon soutien sœur Ama...
Image de Arsene Eloga
Arsene Eloga · il y a
Très beau texte
Image de wigens dupiche
wigens dupiche · il y a
Un très beau texte.Il m'a beaucoup appris. Je n'ai pas de mots pour dire comment je me sens ravi d'être sur ce site rempli de personnes qui savent comme bâtir des mondes tout bonnement avec des mots. Toutes félicitations !
Je vous invite à lire et a voter mon histoire sur ce lien :https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/rose-cassy-4

Image de Ozias Eleke
Ozias Eleke · il y a
Une originalité sans pareille. J'ai adoré chaque mot de ce magnifique récit. Bravo !
Je vous prie de lire https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/les-prieres-de-madou

Image de Pascal Y. Bossman
Pascal Y. Bossman · il y a
Derrière cette petite histoire, comme une famille recomposée. Une famille assez drôle. Des paroles de l'évangile que j'avais oubliées, mais qui méritent qu'on s'y penche. Naître d'en haut ! Une expression à méditer.
Image de Ama R
Ama R · il y a
Merci pour ces mots. Puisse votre méditation vous éclairer.
Image de Clémence Caulier
Clémence Caulier · il y a
Quand la mort rime avec l’humour, et quand René Espère renaître...
J’ai beaucoup apprécié votre récit qui nous percute avec le sourire.
Je vous laisse mes 5 voix et vous soutiens totalement.
Au plaisir de se recroiser (peut être) sous l’une de mes œuvres! :-)

Image de Ama R
Ama R · il y a
Merci d'avoir apprécié. Jean et René vous adressent un merci éternel ! 😉😇
Image de Sié Didier BARO
Sié Didier BARO · il y a
Image de Eva Dayer
Eva Dayer · il y a
Ah! naître deux fois pour faire de meilleurs choix ...
Image de Ama R
Ama R · il y a
...ou vivre autrement pour naître à une vie plus vraie .
Image de Felix Culpa
Felix Culpa · il y a
Je vois que vous aimez les jeux de mots, et votre histoire et très touchante et bien écrite ! Je vote mes 5 voix pour vous !
Image de Ama R
Ama R · il y a
Nos René se sont retrouvés... Merci Felix pour vos mots et votre soutien.
Image de Frédéric Gérard
Frédéric Gérard · il y a
Un surprenant jeu de mot clôture cette belle histoire. Mon soutien
Image de Ama R
Ama R · il y a
Merci Frédéric.