2
min

NAIF

Image de Paul Marie

Paul Marie

33 lectures

5

La jeune fille est assise sur le sable, au bord de la mer. C’est l’automne, un automne froid et pluvieux qui ne donne pas envie de rêvasser au bord de l’eau. Le temps est vraiment maussade, de gros nuages menaçants flottent dans le ciel et il y a du vent, un vent du nord qui transperce les vêtements et peut vous glacer jusqu’à l’âme.
De dos, la jeune fille vêtue d’un imperméable noir semble menue et fragile. Ses cheveux bruns flottent sur ses épaules. De loin, un homme l’observe. Il est vêtu d’une tenue de sport sans âge, aux couleurs délavées. La capuche du survêtement est rabattue sur sa tête et il sourit légèrement, de façon ironique. Soudain, il se met en mouvement et avance sur la plage en direction de la jeune fille. Il s’arrête à un mètre derrière elle et elle ne semble pas s’être aperçu de sa présence. Il lui lance un bonjour un peu hésitant et elle se retourne. Elle scrute son visage quelques secondes et lui lance un sourire timide et plein de tristesse.
L’homme semble alors prendre son courage à deux mains et lui dit qu’elle a l’air frigorifiée et un peu perdue sur cette plage. Comme il habite une maison de bord de mer à deux pas de là, il l’invite à venir boire quelque chose de chaud. Elle n’hésite pas beaucoup avant d’accepter, se lève et le suit.
Arrivés chez lui, il l’invite à s’asseoir et à se mettre à l’aise avant de lui annoncer qu’il va se changer. Malgré tout, la jeune femme reste debout au milieu du salon et examine les lieux, les mains dans les poches de son imper.
L’homme revient. Il est en peignoir et insiste pour qu’elle se mette à l’aise, lui proposant même de prendre une douche si elle le désire. Il s’approche d’elle en affichant un sourire conquérant. Il est maintenant tout prés d’elle et tend les mains vers la ceinture de l’imper pour la défaire.
Alors la jeune fille sort la main gauche de sa poche. Elle tient un couteau et le plante dans le flanc de l’homme. Il a les yeux exorbités sous l’effet de la douleur et de la surprise. Il reste un instant tétanisé puis s’écroule, le foie transpercé.
La jeune femme se penche sur le corps de l’homme et retire le couteau de la plaie. Peu de sang s’en échappe mais elle sait qu’il sera bientôt mort. Elle va dans la cuisine rincer son couteau dans l’évier. Ensuite, elle fait le tour de la maison, trouve le portefeuille de l’homme et se sert. En repassant devant le corps elle se baisse et lui enlève sa chaine et sa gourmette. C’est peut-être de l’or après tout.
Après un dernier regard vers l’homme qui agonise, elle sort de la maison, un sourire satisfait sur les lèvres.
Les hommes sont si naïfs, ils ne pensent jamais pouvoir être considérés comme des proies. Il fait froid, elle relève son col.

Thèmes

Image de Très très courts
5

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de Alraune Tenbrinken
Alraune Tenbrinken · il y a
Quand le prédateur devient la victime, c'est toujours réjouissant. On est humains après tout !
·
Image de Yasmina Sénane
Yasmina Sénane · il y a
Fulgurant retournement !
Apprécierez-vous "Un scoop" pour le Prix Imaginarius ?
Je vous rassure tout de suite, ça se passe au bord de l'océan, mais mon héroïne n'est pas dangereuse ...

·
Image de Paul Marie
Paul Marie · il y a
merci yasmina, j'arrive
·
Image de Tranquillou974
Tranquillou974 · il y a
Bonjour Polo03,
Vous avez vraiment l'art de nous emmener avec vous dans votre univers si particulier !
La grande classe. Bravo.
Bien à vous et au plaisir,
Tranquillou974

·
Image de Paul Marie
Paul Marie · il y a
merci beaucoup
·
Image de Tranquillou974
Tranquillou974 · il y a
Un commentaire plus que mérité, Polo03 !
Bonnes fêtes de fin d'année et à bientôt,
Tranquillou974

·
Image de Marie Claire Suarez
Marie Claire Suarez · il y a
Je confirme. Fin surprenante. L habit ne fait pas le moine comme le prouve votre texte. Une reflexion jusqu'au boutisme autour de la cupidité.
·
Image de Elena Hristova
Elena Hristova · il y a
une chute surprenante, je ne m'attendais point à une telle proie,
·
Image de Paul Marie
Paul Marie · il y a
merci elena
·