4
min

Mythologies

Image de Sylvie Talant

Sylvie Talant

266 lectures

208

- Salut ma couz.

- Bonjour... cousine, marmonna une forme alanguie sur un canapé vert. Les bras exsangues ne se tendirent pas. Le visage émacié reflétait une indicible tristesse sous la broussaille de cheveux qu’aucun peigne n’avait osé diviser depuis des jours, et les grandes prunelles aux reflets encore enfantins erraient vers d’invisibles horizons. La prescience de la mort se devinait chez la jeune fille.

Elle relevait d’une longue maladie qui avait ébranlé sa frêle constitution, avait expliqué la mère, et l’école était à proscrire pour l’instant. "Foutaises", commentait la tante, "elle n’est quand même pas en sucre filé, leur fille ! Et la mienne qui réclame tout le temps après sa cousine, je me demande si j’ai raison de la laisser y aller. Vous verrez qu’un jour elle nous reviendra aussi cinglée que cette mijaurée ! «  La petite, sept ans au plus , tresses blondes et tablier propret, détaillait un tableau situé au-dessus du canapé. La signature était toute passée, L.C., un peintre seurrois, lui avait-on dit. Des roseaux s’ agitaient dans l’air brumeux d’un soir mauve encore assombri par la grisaille de la pièce, mais quand on allumait – elle pressa le commutateur – tout s’éclairait, le brouillard se dissipait et le ciel peint s’embrasait. - Elle éteignit -soir. Elle ralluma -soleil couchant. Soir. Sol...

- Dis-moi, c’est tout ce que tu as trouvé comme occupation ? Ignores-tu qu’en troublant la pénombre tu disperses les esprits qui s’y abreuvaient tranquillement ? Tu n’as guère d’imagination, cousine.

- Non, ce n’est pas tout ce que j’ai trouvé, répliqua la blondinette piquée à vif. Je suis venue te chercher pour t’emmener autour de la Saône, et je vais t’annoncer quelque chose que tu ne sais pas : c’est plein d’eau débordée partout. Tu viens ?

- Cela ne me dit rien.

- Pourquoi ? Il y a sûrement des poissons et des herbes flottantes et des noyés...On fera croire qu’il y a des noyés, corrigea-t-elle, et puis on pourra jouer aux sirènes.

- Pas question. D’abord, maman m’a fait promettre de ne point sortir ; mais ce n’est pas la seule raison, en fait...j’ ai de graves problèmes à résoudre...J’ai besoin de rester seule en moi-même afin de réfléchir. De toutes façon je perds mon temps à essayer de t'expliquer  : tu ne possèdes pas mon intelligence, forcément.

- Et pourquoi je ne comprendrais pas, Mademoiselle ?

- Parce que tu es trop bébé.

La réplique avait fusé comme une gifle. Le silence retomba, enveloppa la penseuse et la petite se tut , maussade. Elle l’admirait, pourtant, cette cousine si savante, cette aînée qui l’écrasait de toute la supériorité de ses quatorze ans et qui contait, malgré tout, de si belles histoires. Il y avait eu la Mythologie : Zeus, Io et la déesse Satina, personnages qui avaient tant fasciné la petite, mais aujourd’hui, cette méchante...

Il y avait eu encore, avant la maladie, ce jeu passionnant des lombrics.

- Un ver de terre !

- Cette fois, c’est moi le docteur, mon nom est Esculape, avait déclaré l’aînée. Il faut dispenser des suppositoires à notre patient...Cours me chercher des cailloux menus, tout menus.
Oh-oh, je diagnostique une occlusion intestinale. C’est grave, opérons d’urgence...anesthésie ...Attention, maintenant je tranche !

Deux segments de vers se tortillaient...

-Dis, tu viens ? On pourra jouer au docteur des vers de terre, comme avant.

- Quelle horreur ! Non, je reste, c’est décidé. Vas-y seule autour de ta Saône et laisse moi me reposer.

................

Par-delà les toits moussus, par delà les fenils et les hangars à bois s’étendait la grève asphyxiée. Il avait plu sur la région seurroise et la Saône, échappée de son lit, humidifiait le sable, léchait les galets . Une fillette aux nattes blondes et au tablier taché de boue comptait les flaques et voilà qu’un petit poisson au ventre étincelant flottait dans l’une d’elles. Non loin de là, émergeant de la brume, était juché sur un tabouret un homme aux tempes argentées.

- Bonjour, Monsieur, dit poliment la fillette, vous surveillez la rivière ?

- «  A question stupide, stupide engeance " , répondit l’homme aquatique d’une voix caverneuse. " Elles passent leur temps à m’emm...J’appâte et je ferre comme tout le monde, mais c’est qu’elles s’accrochent, les saletés ! Même celles chez qui y avait rien à jeter finissent par me débecqueter."

Il parlait de dames poissons, sûrement, mais ce n’était pas un pêcheur comme les autres parce qu’il disait rejeter ses prises et, fait extraordinaire, paraissait comprendre leur langage. Peut-être s’agissait-il de sirènes ? Le roi des poissons et des sirènes...Comment s’appelait-il, déjà ?

-Je vous connais, vous êtes... ( Elle cherchait en vain dans ses souvenirs ).

- Petite fille, continua-t-il car il n’avait jamais cessé de parler, je vais pas te dire que toi tu me plais mais j’en pense pas moins. D’abord t’as une jolie peau fraîche et tu sens pas la vieille bique. J’ai envie de te cajoler parce que tu es si mignonne... C’en est une comme toi qu’il me faudrait... Une petite qui voudrait bien...J’ai essayé quatre ou cinq fois mais elles ont pris peur et ça n’a pas marché.

Le dieu posa sur elle des yeux brillant d’espoir.

- Je sais ! Vous êtes Posédon, s’écria-t-elle, heureuse de son savoir tout neuf.

- Je me trompais, dit doucement le dieu, tu es encore trop petite et ça finirait comme avec les autres : tes cris rameuteraient le populo.

Elle ne comprenait pas ; le dieu parlait comme sa cousine, en code secret. Il aurait mieux fait de lui montrer des sirènes.

- Un ver de terre ! s’écria-t-elle, vous allez l’opérer ?

Il ne répondit pas mais saisit le lombric entre le pouce et l’index et le broya lentement.

- Vous ressemblez à ma cousine qui a bientôt quinze ans, elle fait presque pareil. Mais en ce moment elle est pas drôle du tout, elle veut plus s’amuser. Qu’est-ce-qu’elle doit s’ennuyer toute seule dans la grande maison ! Avant, ma cousine, elle me racontait de belles histoires et elle me parlait souvent de vous, Monsieur.

- Où sont donc ses parents, à cette demoiselle ?

- ‘ Sais pas. Ils travaillent en ville.

-Ah, tu m’en diras tant ! Et elle en profite pour faire la java avec ses petits copains ?

La fillette tapa du pied.

-Puisque je vous dis qu’elle est toute seule ! Elle va pas en classe et elle a pas de voisins ! Elle habite une maison en plein milieu des prés.

- Bon, on y va ?

-Suivez-moi, Monsieur Posédon.

...............

Dans le brouillard qui s’épaississait, ils passèrent devant les fenils, les toits moussus et l’église. Le dieu racla ses pieds empreints de limon sur le paillasson et pénétra dans la pièce. Il caressa avec insistance une statuette de marbre. La petite s’inquiéta : et si elle s’était trompée de dieu ? N’était-ce pas plutôt Ermesse, le vandale dont on lui avait dit tant de mal ? Et voilà qu’il volait vers sa cousine endormie. D’un bond il fut près d’elle, sur le canapé ; elle respirait du souffle léger des bienheureux. Le dieu s’immobilisa et se passa une main sur le front pour en chasser la sueur, comme l’aurait fait cet Efastos qui travaillait dans les forges. Les yeux étincelants, il desserra son col. Alors ? Posédon ? Ermesse ? Efastos ? Qui était-il ? Et soudain le jour se fit en elle tandis que sa cousine s’éveillait lentement et souriait aux nues, les prunelles encore embuées de rêves. Il n’était aucun de ces dieux, elle s’était trompée, mais il avait su prendre l’apparence de chacun d’eux car il était leur maître à tous : Zeus ! Et elle se souvient avec effroi qu’il avait aussi le pouvoir de détruire ceux qui avaient l’audace de le regarder. Vite ! qu’elle parte avant qu’il ne se décide à l’anéantir ! Vite,elle tourna les talons et prestement se glissa hors de la maison sans oublier de refermer posément la porte derrière elle.

PRIX

Image de 2017

Thèmes

Image de Très Très Court
208

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de Patrick Gibon
Patrick Gibon · il y a
évanescent, et dur comme la diamant qui va inéluctablement se charbonner, écriture musicale, syncopée avec changement de tonalité et de rythme, fantastique et mythologique mais aussi logique mitée et trop réel, un chemin empli de chausse-trappes et sentiers retords sous les envolées musquées des phrases chant des sirènes et syrinx du dieu Pan le priapique, mais féériques...,
bref du grand art. mon vote, dommage j'arrive trop tard -tout nouveau sur short, une semaine!- et re dommage que vous n'en ayez pas en compét pour l'automne je mettais le plein de voix! peut-être pour l'hiver?
dès que possible j'en lis d'autres de vous, bonne route même escarpée vous avez le talent de "base", l'essentiel...
si vous voulez, et sans vouloir vendre ma vénéneuse soupe de sorcière aromatisé à l'amanite tue-mouches, alcaloïde bien connu des chamans, j'ai des textes , notamment deux en ttcourts, "le jardin des délices" et "la plage". ils pourraient vous charmer, sans être présomptueux ni venimeux, je le croix d’abois, crois de fer d'enfer...!

·
Image de Sylvie Talant
Sylvie Talant · il y a
Merci beaucoup, Patrick pour ce très beau commentaire. Je me suis mise tardivement dans la saison ( lol ) mais méthodiquement à la lecture des textes en compétition pour cet automne puisqu'en ce début juillet. J'ai commencé par les BDs, puis là je commence à peine la lecture des poèmes et ensuite je compte lire les TTC, probablement début août où les qualifications battront encore leur plein. Je vous retrouve donc dans 3 semaines maximum à lire vos deux TTC. Déjà les titres m'inspirent.
·
Image de Patrick Gibon
Patrick Gibon · il y a
en poème ne loupez pas Daniel Nallade, un des mes meilleurs, c'est mon pote il est vrai mais c'est quand même un des meilleurs!!! (dernier concours le top, 1287 voix pour un poème dantesque, mais ... m'euh! ... finaliste internautes mais rien du jury, pas pigé!!!).
sinon en bd, vous avez vu des géants, Bertrand, Marcile rincedalle, kinos, pagos... du très fort - je ne les connais pas eux-

bon bref!, "j'dis ça, j'dis rien" vous verrez bien vous même, j'suis "bête"!

·
Image de Patrick Gibon
Patrick Gibon · il y a
merci, à bientôt!
·
Image de Richard Laurence
Richard Laurence · il y a
Encore un grand bravo pour ce texte !

Il y a, dans cette finale, des textes de moins bonne qualité, mais le système de votes est ce qu'il est et cela fait partie du jeu... Ce système est un bon système parce qu'il récompense les gens qui votent et font des commentaires sur les textes mais il a aussi un effet pervers : il ne reflète pas réellement les goûts du public.

Je vous invite donc à venir prolonger le plaisir en participant à la "sélection du public" du Festival Off, sur le forum : http://short-edition.com/fr/forum/la-fabrique/imaginarius-2017-le-festival-off

Que la fête continue et longue vie au prix Imaginarius !

·
Image de Sylvie Talant
Sylvie Talant · il y a
Merci Richard Laurence. En fait J' obtiens fatalement les scores de votes que me valent mes 300 abonnés et qui permettent de se classer entre la 30e et la 60e place. C'est déjà mieux qu' à mon arrivée sur Short et sans doute moins bien que dans deux ans où l'on peut espérer que mon nombre d'abonnés et par conséquent de voix aura doublé. Il faut dire aussi que mon texte Mythologies qui raconte en fait une histoire épouvantable n'a pas toujours été compris : plusieurs lecteurs ont mis instinctivement un cache sur le sens véritable et s' sont perdus, ce qui n' a pas aidé pour les voix.
·
Image de El bathoul
El bathoul · il y a
Au delà du style et de l'écriture , cette histoire entre les Couz' m'a ramené quelques 40 ans en arrière. Entre Cousines et Lombrics :).
Merci !

·
Image de Sylvie Talant
Sylvie Talant · il y a
Merci El Bathoul, quels souvenirs a t elle évoqué s ? Des cousines ou des lom bric s ? Les vers de terre sont un bon point de départ pour qui veut se lancer dans le médical, sauf que si l on coupe qq en deux il se régénère rarement. :-)
·
Image de El bathoul
El bathoul · il y a
Ce canapé vert, qui recevait une gamine maigrichonne et aux nattes enrubannees de blanc, sa cousine de 4 ans son aînée et qui lui apprenait tant de choses.
Les jours de pluie ou elles s'amusaient à ramasser les lombrics, les mettre en ligne pour quils fassent la course, puis le perdant etait coupé en deux...
C'est cruel des gamines, aussi cruel qu'un pêcheur...
Bravo Sylvie pour votre texte riche en image et au sens si dramatique.

·
Image de Afa
Afa · il y a
De belles descriptions, un style soutenu, une intrigue captivante et bien articulée, mon vote.
·
Image de Sylvie Talant
Sylvie Talant · il y a
Merci, Afa.
·
Image de Maour
Maour · il y a
Mais c'est une tragédie grecque! Les dieux prennent possession du corps des humains et leur colère s'abat sur Terre! Effrayant tour ce qui peut sortir de votre brouillard Sylvie... et surprenant car ça partait d'une histoire de cousins! En somme: un conte moderne plaisant à lire.
·
Image de Sylvie Talant
Sylvie Talant · il y a
Le hasard m'aura donné à lire une centaine d'écrits baignant dans les brumes d'Imaginarius. Ces brumes auront véhiculé d'étranges entités. Merci beaucoup pour les votes et le commentaire, Maour.
·
Image de Brocéliande
Brocéliande · il y a
Je me suis perdue dans les brumes du concours,il y tant à lire et là, je découvre votre récit et il m'a emportée vers un monde en demi-teintes où l'enfance vertige avec de drôles de dieux ..j'ai aimé me perdre ..c'est insolite et joliment raconté ...juste Bravo
·
Image de Sylvie Talant
Sylvie Talant · il y a
Des dieux incongrus en effet et fort peu rassurants. Merci beaucoup pour les votes et le commentaire, Brocéliande.
·
Image de Yasmina Sénane
Yasmina Sénane · il y a
Quel imaginaire ! Bravo !
Apprécierez-vous "Un scoop" sur la lande bretonne embrumée ?

·
Image de Sylvie Talant
Sylvie Talant · il y a
Merci, Yasmina. Je vais m'y rendre.
·
Image de Françoise Grand'Homme
Françoise Grand'Homme · il y a
L'innocence baignée de mythes à la sauce enfantine.
Un texte original.

·
Image de Sylvie Talant
Sylvie Talant · il y a
Merci Gouelan. Je viens de voir la photo et je l'imaginerais bien ainsi, cette petite fille qui a su s'abriter. http://short-edition.com/fr/oeuvre/strips/le-secret-20
·
Image de Françoise Grand'Homme
Françoise Grand'Homme · il y a
Moi aussi.
·
Image de Elena Hristova
Elena Hristova · il y a
je me suis régalée avec vos mythologies enjouées qui ne manquent pas d'humour ni de vers de terre, tous mes votes enchantés..
·
Image de Sylvie Talant
Sylvie Talant · il y a
Merci Elena pour les fidèles lectures ; les trois éléments vrais de cette fantaisie sont les brumes un peu maléfiques de la région seurroise, subtilement rendues dans certains tableaux du peintre Carbonel ( un peintre qui ne vendait pas mais donnait généreusement ses œuvres ) et le cruel jeu des lombrics ( qui transforme l'une des protagonistes en Esculape, qui, selon la mythologie, fut tué par Zeus pour avoir fait renaître des morts ) . Le pêcheur vicieux et les deux gamines vulnérables ont été à peu près inventés mais parfois la réalité dépasse la fiction dans ce domaine.
·
Image de J. H. Keurk
J. H. Keurk · il y a
Une belle imagination.
·
Image de Sylvie Talant
Sylvie Talant · il y a
Merci LBC
·