Muhizi, une vie de mirages

il y a
2 min
409
lectures
118
Qualifié
Suis-je dans le noir ou ai-je les yeux fermés ? Peut être les deux. Son départ constitue pour moi une plaie impansable. A chaque sommeil, je plonge dans ces souvenirs.

C'était pendant la saison sèche. Le soleil brillait. Les villageois étaient fiers de leur récolte. Notre mère exultait de joie car elle venait de recevoir son fils Muhizi. Muhizi est le fils aîné de notre famille. Moi je suis le deuxième enfant. Nos parents étaient contents de nous voir réunis. Ils avaient préparé une ruche de bière de sorgho en l'honneur de cette visite rare de notre aîné. La bière préparée par ma mère manquait beaucoup à Muhizi. Celui-ci ne cachait sa joie d'être encore une fois parmi le cercle familial.
Soudain, un inconnu arriva. Une joie perturbée ! Il vient d'interrompre le séjour de Muhizi. Le roi Mwezi Gisabo. Il ne pouvait pas faire tournée dans son royaume sans Muhizi.
Muhizi est un homme aux qualités extraordinaires.Il est le plus aimé de la garde royale. Muhizi nous a dit au revoir et il est parti. Allait-il au combat ? Nous entendions que des royaumes de très très loin étaient attaqués par des êtres bizarres. Un silence s'ensuivit. Nous avons multiplié les rites qu'on faisait à notre Imana. Beaucoup d'offrandes étaient offertes à Dieu pour qu'il protège notre Muhizi.

De temps en temps, le roi aimait causer avec Muhizi.
-Tu es un garçon charmant. N'as-tu pas encore trouvé une créature qui réponde à tes goûts ? Je te donnerai une chefferie quand tu auras grandi.

Il utilisait le terme " grandi "pour
signifier " quand il sera marié ".

-Je vous en parlerai quand les choses seront au clair mon roi.

Le roi ne savait pas encore que Muhizi était tombé amoureux de Muhorakeye . Ils s'étaient rencontrés lors de la tournée pour le passage en revue. Muhorakeye est une fille charmante. Tous les hommes du village rivalisaient pour la prendre en mariage. Malheureusement, personne ne satisfaisait ses goûts. Seul Muhizi pouvait être la paix de son âme. Buhizi et Muhorakeye s'aimèrent.

Le roi Mwezi Gisabo devait continuer son périple. Que la séparation est douloureuse ! Une douleur, celle de se séparer de sa dulcinée, le rongait le cœur. Il devait toujours accompagner son roi. Ils se quittèrent après s'être donné rendez-vous de rencontre.

Trois mois plus tard, Muhizi décida de retourner chez Muhorakeye accompagné des parents et un notable. Ils revinrent après avoir décidé le jour de mariage. Buhizi en parla au roi. Celui-ci lui promit une centaine de vaches et une chefferie à administrer. Muhizi, toujours loyal restait calme sans tomber dans l'orgueil.
-A son Altesse Royale, je viens vous dire qu'une bande d'êtres bizarres ont attaqué notre région. Dépêche tes soldats et tes tireurs d'élite.

Un envoyé de la région venait de l'avertir d'une attaque.

-Muhizi, tu es fort et j'ai en toi toute la confiance. Vas et protège notre royaume contre ces êtres barbares.
Muhizi partit à la tête d'une troupe pour aller combattre les envahisseurs. Ils avaient des armes inhabituelles. Ils avaient une peau plus claire que celle de Muhorakeye. Quand Muhizi les vit, une image de Muhorakeye passait devant ses yeux. Son cœur se déchira. Faut-il tuer ces êtres qui rappellent l'amour qu'il a envers Muhorakeye ? La décision fut attroce. Il organisa ses troupes. Il leur donna des ordres de protéger le royaume. Quand il voulut tirer une flèche avec son arc, une image de Muhorakeye lui revint encore. A cet instant, il sentit quelque chose lui percer le cœur. Un monde inconnu l'envahissait. Il ne savait pas ce qui lui arrivait. C'était la mort, la double mort. La mort de tout perdre : Muhorakeye, la famille, la chefferie, la mort de perdre sa vie. Une balle venait de le transperser le cœur. Heureusement que sa bravoure inspira le reste des troupes. Celles-ci vainquirent et apportèrent la triste nouvelle au roi et aux familles. Muhorakeye en entendant cela, elle ne parvint pas à revenir ses larmes et se suicida.
118

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,