3
min

Mortelle Saint Valentin

Image de Sekai

Sekai

164 lectures

67

Un rancard le jour de la Saint Valentin, ça a de quoi être romantique ! En particulier lorsque vous avez longuement échangé sur internet auparavant et que vous avez, comme toute innocente jeune femme, eu le temps de fantasmer sur la première rencontre. C'était le cas de Lise, une splendide blonde en robe rouge, qui attendait Alexis dans ce pub chic du coin de la rue Sainte Catherine, impatiente de le découvrir pour de vrai, s'imaginant les mille-et-unes manières dont pourraient se dérouler la soirée. Ces trois dernières semaines de chat et de tendres mails avaient suffi à enflammer son petit cœur d'artichaud. Il fallait dire qu'elle était encore fragile, Lise, après s'être faite larguée le jour de son trentième anniversaire par celui qu'elle pensait épouser l'été suivant. Il avait suffi qu'Alexis la complimente une ou deux fois sur sa photo de profil et sur sa conversation pour qu'elle chavire. Sur internet, l'on n'était, malgré la distance et l'impersonnalité de la communication, pas à l'abri d'un coup de cœur.

21h30. Alexis avait maintenant une demie-heure de retard. Lise avait tenté de le joindre, en vain. Le numéro qu'il lui avait laissé sonnait dans le vide. Elle avait fini par commander un verre de vin qu'elle avait siroté en regardant d'un œil l'écran de télévision situé au-dessus du comptoir, branché sur une chaîne d'informations. Les employés ayant coupé le son pour ne pas déranger la clientèle ni perturber le fond de musique jazzy, Lise s'était divertie avec les images, toujours aussi déprimantes, des derniers faits d'actualité. Mécontentements du peuple vis à vis du gouvernement. Délocalisation d'entreprise. Enlèvement d'enfant. Le nouveau crime du « tueur de l'aube ». Météo catastrophique de l'hiver. Nouvelles façons de cultiver ses patates... De quoi passer le temps en espérant qu'Alexis ne l'oublie pas...

« Puis-je vous offrir un verre ? » Cela faisait une heure que Lise attendait son rendez-vous, lorsqu'un bel inconnu – du genre beau brun ténébreux – se présenta à sa table, sourire aux lèvres et regard brillant. La jeune femme tomba immédiatement sous son charme. Elle tenta de n'en rien faire paraître, prenant le temps de dévisager l'étranger et lui donner sa réponse. Mais la gêne empourpra sa frimousse et trahit ses pensées. « C'est que... j'attendais quelqu'un... » balbutia-t-elle. « Alors je vous promets de m'en aller, si d'aventure cette personne venait à retrouver le chemin de votre table. » L'homme était éloquent. Il savait parfaitement comment faire chavirer un cœur sensible. Lise accepta finalement sa proposition, et tous deux se retrouvèrent alors face à face, yeux dans les yeux.

À l'extérieur, la nuit avait envahi la ville et prit possession du ciel. Seuls les lampadaires et quelques astres luttaient encore pour sauvegarder un semblant de clarté dans la rue. Au fur et à mesure que la soirée avança, et que les verres se vidèrent, la jeune femme se détendit et finit par apprécier ses échanges avec son interlocuteur, présenté sous le nom de Maxime. Il était d'une incroyable intelligence et sa conversation d'un grand intérêt. Il sembla à la demoiselle n'avoir jamais rencontré quelqu'un de sa trempe. Bientôt, le jeu de la séduction s'opéra. Nos deux jeunes gens, comme éblouis l'un par l'autre, se perdirent en risettes et tendres paroles. Lise se félicitait que la vie ait mené Maxime jusqu'à elle, et Maxime se réjouissait d'avoir accosté Lise, ravi de la tournure que prenaient les événements.

Ils convinrent enfin de rentrer ensemble, le bel éclairé se proposant de raccompagner sa dame. Tout en échangeant de douces galanteries, ils firent quelques pas, bras dessus, bras dessous, à la clarté des lumières artificielles, et parvinrent au domicile de Lise. Aucun ne souhaitait que cette soirée se termine avant l'aube. Alors, au moment de se dire adieu, ils échangèrent un langoureux baiser. Puis, la jeune femme invita son compagnon à entrer. Ils firent l'amour toute la nuit, d'abord timidement, tendrement, et ensuite plus fébrilement, farouchement, pour finir enlacés sous la couette, enveloppés d'une agréable chaleur corporelle. Lise songea qu'elle ne désirerait rien de plus au monde que de se réveiller au matin dans les bras de son amant, pour partager un bon petit déjeuner en amoureux...

Lorsque le soleil éclaira la chambre de ses premiers rayons, Maxime, alias le « tueur de l'aube », lui trancha la gorge, en sectionnant nettement la carotide. La jeune femme s'étouffa en quelques secondes dans son propre sang, ayant à peine le temps de réaliser ce qui lui arrivait. Illuminé par le lever de l'astre, encore assis sur le corps secoué de spasmes de sa dulcinée d'un soir, Maxime regarda le sang s'écouler doucement le long du cou délicat et imbiber les draps d'un rouge passion. À chaque fois qu'il tuait, il était fasciné par cette vision, comme obnubilé par l'éclatante couleur, à laquelle se mêlaient les lueurs de l'aube. C'était comme si la mort et la vie s'entremêlaient, l'espace d'un instant, créant une sorte de renouveau. Le réveil silencieux et majestueux du soleil accompagnait la montée d'un nouvel ange au royaume éternel. Maxime n'avait jamais procédé autrement, avec une activité décuplée le jour de la Saint Valentin. Il repérait une âme brisée durant la soirée, lui offrait la plus belle nuit d'amour dont elle puisse rêver et la délivrait de ses souffrances mortelles au petit jour. Le « tueur de l'aube » se percevait comme le libérateur des esprits en peine, que l'amour avait blessé si profondément que rien ne leur permettrait, sinon la mort – et l'entrée dans une nouvelle vie –, de s'en remettre.

Une fois débarrassé du cadavre, Maxime regagna tranquillement son quotidien. Le soleil brillait de mille feux, bravant glorieusement la fraîcheur de l'hiver. Le jeune homme s'installa à la terrasse d'un café, rue Saint Antoine, et commanda son petit déjeuner, profitant avec joie de ce début de matinée.

La journée s'annonçait déjà exceptionnelle !

PRIX

Image de 2018

Thèmes

Image de Très très court
67

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de Geny Montel
Geny Montel · il y a
Un thriller bien mené !
·
Image de Jfjs
Jfjs · il y a
Mais comme j'avais envie de lui crier "ne va pas avec lui". Mais quel bip que cet Alexis. Il est loin d'imaginer que... Sacré texte et l'explication du "psychisme" de Maxime est glaçante !
·
Image de Sekai
Sekai · il y a
Merci pour votre commentaire !
·
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
Une très bonne histoire. J'aime bien l'explication sur la psychologie du tueur.
·
Image de Brigitte Merrien
Brigitte Merrien · il y a
Bravo ! Quelle Saint-Valentin !
·
Image de Sekai
Sekai · il y a
Merci !
·
Image de Flore
Flore · il y a
Un texte bien construit, pour une "rêveuse" vous avez fait fort, un maniaque de Saint Valentin, très bien écrit, mes voix.
·
Image de Sekai
Sekai · il y a
Merci à vous !
·
Image de Aurélie Jp
Aurélie Jp · il y a
Incroyable! Super bien écrit oui! J'ai été tenue en haleine tout le long du récit. Bravo
·
Image de Sekai
Sekai · il y a
Merci beaucoup ! Ça fait vraiment plaisir !
·
Image de Véronique Perouse de Montclos
Véronique Perouse de Montclos · il y a
Joliment écrit
·
Image de Sekai
Sekai · il y a
Merci ! :)
·
Image de Loran Luk
Loran Luk · il y a
Si l'on ne prend pas garde aux épines, les roses deviennent rouges sang pour la saint Valentin !
... et on se laisse piquer avec plaisir par votre texte.

·
Image de Sekai
Sekai · il y a
Merci pour votre commentaire !
·
Image de Myriam Boukhris
Myriam Boukhris · il y a
Bravo
·
Image de Sekai
Sekai · il y a
Merci ! :)
·
Image de Jean Calbrix
Jean Calbrix · il y a
C'est pas de pot pour elle, si Alexis s'était pointé, elle serait encore en vie ! Bravo, Sekai, pour ce texte bien ficelé, agréable à lire jusqu'au coup de couteau subit qui nous saute à la gorge ! Vous avez mes cinq votes.
Je vous invite à lire un sonnet en compète printemps sur le triste sort d'un migrant : http://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/mumba

·
Image de Sekai
Sekai · il y a
Merci beaucoup pour votre commentaire !
·