Mort pathétique de «  La Voisin «  «

il y a
1 min
4
lectures
1
Récemment une des chaînes TV de la TNT a re -fiffusé un film de B. Borderie ,réalisé en 1966
« Angéliqe et le Roy « avec Michèle Mercier , Robert Hossein,Sami Frey , Jacques Toja , entre autres Notamment,il est question des rivalités entre les diverses maîtresses de Louis XIV .
Vers la fin du film , on assiste à une séquence de la fameuse « affaire des Poisons «  qui eût lieu entre 1676 et 1682,à Paris où Catherine Voisin et sa fille Marie- Marguerite,des redoutables apothicaires qui préparaient des poisons efficaces pour pouvoir éliminer des rivales ,dans les milieux aristocratiques et bourgeois ,avec un rituel
de « messes noires «  ,dan les catacombe de Paris ,proche du cimetière des Saint Innocents « 
l'actuel site de l'ex Halle de Paris .
Il leur fallait recueillir le sang de jeunes bébés ,tués au cours de rituels sataniques nocturnes qui était mélangé à des herbes dangereuses , versées dans des boissons ordinaires pour empoisonner des «  fâcheuses« rivales ,dans les allées du pouvoir royal,au cours de somptueux dîners


En faisant quelques recherches informatives sur la Toile , on apprend que ces deux femmes
criminelles ont été condamnée à l'emprisonnement ,pendant plus de 20 ans ,dans des forteresses du Sud de La France ,dans le Roussillon devenu français, 25 ans plus tôt puis soumis au bûcher
en place de grève , à Paris , en 1682
les forts de Villefranche de Conflent ,le fort du Perthus et celui d' Amélie les Bains même ,ont été leurs lieux de résidences ,avec leurs complices ,au nombre de 35


La dernière nuit,veille de leur mort de Catherine Voisin et de sa fille Marie Marguerite est racontée dans une lettre de Madame de Sévigné ,envoyée à sa fille .
Elle y rapporte que ces deux femmes , en prison ,à la Conciergerie, à Paris en plein mois de Février 1682 à la veille de leur supplice se sont enivrées pendant toute la nuit, en s'égosillant même en chantant des chansons de «  salle de garde » si bien qu'au moment de monter sur le bûcher , il a fallût les attacher avec des fers d'une part et augmenter les rations de bois et de paille,d'autre part pour ne pas qu'elles puissent tenter d'échapper aux flammes d'une façon ou d'une autre ,tellement elles avaient encore de la force pour lutter désespérément contre les gardiens et les bourreaux qui les surveillaient sur place .

Ces deux femmes avaient quand même tué pas loin de 2500 bébés ou nourrissons pendant des années pour concevoir ces poisons mortels destinés à faire éliminer des « fâcheux » dans les allées du pouvoir royal

*********************************








Il l
1
1

Un petit mot pour l'auteur ? 1 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de France Passy
France Passy · il y a
Un petit rappel historique intéressant.

Vous aimerez aussi !