Mort dans l’après-midi

il y a
1 min
212
lectures
10
Qualifié

Pour Guillemette, il y a d'abord la mer et le soleil. Et surtout les oiseaux, Observer les oiseaux, partout. Il y a aussi marcher,danser, voyager. Et le plus important : l'amour, l'amitié. Il y a la  [+]

A son premier toro Mateo obtint une oreille, la foule en liesse acclama le vainqueur et c’est dans une atmosphère surchauffée qu’il toréa le deuxième, une énorme bête de Murcie. La mise à mort un peu laborieuse lui valut un envol de coussins et quelques sifflets.
A l’opposé de l’entrée des spectateurs stationnait le camion du boucher. L’homme au tablier vert éclaboussé de sang attendait. Soulevé par la grue, le toro apparut suspendu par une patte au bout d’une chaîne, laissant sur le sable une traînée de sang. A peine le croc enlevé, le corps fut démembré.
L’ombre envahissait déjà les gradins quand Matéo travailla son troisième toro, Balbito, le dernier de la corrida. Et ce fut la fin.
Deux oreilles. Un tonnerre d’applaudissements.
Le vaincu fut évacué par la grue, tête en bas, le sang dégouttant par la bouche et dans la cuisse une ouverture nette et profonde par où l'on voyait le fémur à nu depuis la hanche jusqu'au genou. Rapidement les mains du boucher activèrent la scie. Même pas le temps d'enlever du corps ce qui restait de son habit de lumière.
Déjà le vainqueur roulait vers le sud. Demain il brouterait à nouveau l’herbe de la sierra.

10

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !

Très très courts

Nzálé

Sandra Dullin

Nzálé, c’est comme ça qu’on le nomme. Buffle, en lingala. C’est l’homme qui l’a choisi, le géant, le chef. Son vrai prénom, celui d’avant, il ne s’en souvient pas.
Ils sont plus... [+]