Mors oloris

il y a
2 min
521
lectures
56
Qualifié

Jolana Aime les rimes, aime les mots, Ceux dont on fait des jeux, Bercés de musique, inspirés d'images. Conteuse à ses heures de fables ou de mini récits Vous pouvez retrouver mon  [+]

Image de Printemps 2015
Elle avait attendu ce moment depuis toute petite. Elle s'imaginait déjà devant son public, lui offrant tout son talent, partageant un instant unique, ultime, s'adonnant entière à son art, sa musique, son instrument. Elle visionnait la scène, les auditeurs, leurs applaudissements à la fin du concerto, de Beethoven, de Mozart, de Fauré qu'importait. Elle saluait son public, le remerciait de tout son coeur, ramassait les roses éparses sur le sol, envoyées par ses plus grands admirateurs.

Oui cette scène, elle l'avait faite tourner moultes fois dans sa tête et cela lui avait donné la force, le courage et la ténacité pour endurer toutes ces heures de dur labeur.

Tous ces sacrifices concédés quand ses amies sortaient entre elles, la blâmant de ne jamais vouloir partager leurs loisirs. Vouloir... Elles ne comprenaient pas, elle-même était dépassée par ce feu qui brûlait dans son cœur. Jouer, toujours et encore, jusqu'à la perfection, jusqu'à ce moment ultime et fragile où les notes résonneraient enfin comme en harmonie avec l'âme du compositeur lui-même.

Regrettait-elle ses choix ? Elle avait pu le penser, quand son dos, quand ses mains la faisaient souffrir à force d'entraînement acharné. Cette terrible tendinite qui lui avait fait croire que ses rêves ne se réaliseraient jamais. Elle avait pensé tout arrêter...


Mais aujourd'hui, elle est sur scène, son nom en première ligne des affiches annonçant ce jeune talent à découvrir lors de ce concerto N°5 de Beethoven. Son pouls martèle sa tête, les jambes semblent ne plus pouvoir la porter. Son cœur bat la chamade d'angoisse et d'excitation. Enfin, ce moment tant imaginé dans sa chambre le soir, dans son lit solfiant ses partitions pour faire venir le sommeil, se réalise.

Tout sourire, elle s'installe sur le banc. Le chef d'orchestre lance le signal, et la voici imposant le piano dès les premières notes de ce sublime allegro.

ALLEGRO. Ses doigts se délient et enchaînent les notes sur un rythme soutenu et puissant. C'est elle face à l'orchestre entier, les phrases se répondent comme en un effet de balançoire mais c'est elle la soliste qui sera l'âme du morceau.

Vingt minutes, fin du premier mouvement. Applaudissements. Mais elle se concentre déjà sur le deuxième mouvement qui s'annonce.

ADAGIO un poco mosso. Petite pause pour souffler, se réinventer durant cette mélodie douce qui invite presque à la méditation. Ses doigts caressent le clavier. Elle s'envole en musique, touche presque au sublime. « Joue comme si ta vie en dépendait. » Ces paroles de son mentor lui reviennent en tête. Pourquoi maintenant?

Vingt-sept minutes. Fin de l'adagio. Les applaudissements se font plus vifs. Mais elle est déjà prête à jouer le rondo final. La pause se fait oppressante, elle doit jouer.

RONDO. Plus de fluidité, plus de rapidité d'exécution, plus de légèreté, se fondre dans la musique pour ne faire qu'une avec elle. « Joue comme si ta vie en dépendait. » Les gouttes de sueur coulent de son front, glissent sur sa nuque dénudée par son chignon. Ne pas se faire dévorer par la musique, mais la sublimer. Tous ces sacrifices pour ce moment de gloire et de reconnaissance. M'entends-tu mon mentor ? « Approprie-toi le morceau ou il te dévorera. »

Oui, se fondre plus, encore plus, être l'ambassadrice de Beethoven. Son cœur bat encore plus vite, sa poitrine la serre, elle est essoufflée. « Respire ! Anthonia, joue comme si ta vie en dépendait ! » Trente-sept minutes, dernière envolée, le final doit être grandiose. Elle reprend son souffle mais sa poitrine la fait étrangement souffrir, elle a une nausée terrible, sa vision se voile, elle est à bout de souffle. « Joue comme si ta vie en dépendait. »

Une note ! Une note omise ! Comment est-ce possible ? Quarante minutes de prouesse et elle omet l'une des dernières notes ? Son sang se glace d'effroi.

Mais l'assemblée se lève et acclame le prodige. Quelle maestria ! On lance des fleurs de toute part.

— Bravo ! Bravo ! Quel talent ! s'écrient-ils tous.

Anthonia lève la tête qu'elle tourne en direction du public, sourit faiblement, tente de se lever mais titube. Ses jambes fléchissent, elle s'effondre au sol. Les acclamations de joie laissent place à des cris de panique.
Le chef d'orchestre se précipite vers elle.

Le cœur de la musicienne a cessé de battre. Sa dernière pulsation a résonné en accord avec la dernière note jouée. Le corps de la jeune femme gît parmi les roses éparses sur le sol. Sa vie s'est éteinte, dévorée par le rêve, lui laissant pour linceul un sourire sur les lèvres.

56

Un petit mot pour l'auteur ? 58 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Marine Donnadieu
Marine Donnadieu · il y a
Une fois n'est pas coutume, je suis sous le charme! Votre TTC m'a fait penser, dans un autre registre, au film "Black Swan" avec Natalie Portman, je ne sais pas si vous l'avez vu? Ici c'est la musique, et dans le film il s'agit de danse, mais l'histoire de votre musicienne et celle de cette danseuse se finissent toutes deux en apothéose, avec la mort hautement symbolique de l'artiste venant tout juste d'atteindre le sommet de son art, mort en touchant les étoiles pour ainsi dire. Je suis définitivement fan de vos textes je pense! :D Dommage que je découvre ce TTC un peu tardivement, mais dans tous les cas il a mon vote! :-)
Image de Jolana
Jolana · il y a
eh bien je me sens très honorée!
Image de Augustin Lliberté
Augustin Lliberté · il y a
Bon et bien j'ai aimé et j'ai donc voté avec enthousiasme, pensant que vous étiez en compétition..Mais non, le printemps n'est pas l'été...Dommage. Cela ne gâche rien au plaisir que j'ai eu en vous lisant. Ne changez rien...
Image de Jolana
Jolana · il y a
MErci Augustin!!
Image de François Duvernois
François Duvernois · il y a
Jolana, j'aurais aimé que votre texte arrive en finale. La thématique sur la musique et l'écriture me plaisent beaucoup.
Je suis en finale avec :
http://short-edition.com/oeuvre/nouvelles/embrasement-2 pour ce texte, si vous l'aimez encore, vous pouvez renouveler.

Image de Claudel
Claudel · il y a
Grâce entre autre à votre soutien, je me retrouve en finale du concours de nouvelles !
Peut-être aurez-vous encore envie de m'accorder votre confiance en
validant votre vote pour cette finale.

Image de AM
AM · il y a
Jusqu'au bout de son rêve et de sa passion! +1
Image de Jolana
Jolana · il y a
Oui, j'espère un jour pouvoir mieux partager mes textes mais sans en arriver à cet extrême! Merci de votre soutien!
Image de Charly
Charly · il y a
+1 Jolana
Image de Jolana
Jolana · il y a
Merci.
Image de Mistress
Mistress · il y a
J'aime assez votre style. Je vous offre mon vote.
Image de Jolana
Jolana · il y a
Je suis heureuse de constater que mon style (chouette! j'en ai un! ) vous plaise!
Image de Nadia
Nadia · il y a
Bravo!
Image de Jolana
Jolana · il y a
MErci!
Image de M. Iraje
M. Iraje · il y a
Superbe ! Jusqu'à la dernière note. Et même après. Un point final en suspension ☺☺☺
Image de Jolana
Jolana · il y a
Merci Miraje pour ce gentil commentaire !!!
Image de Cerise R.
Cerise R. · il y a
En fait j'avais dejà decouvert votre plume, aimé celle-ci et voté pour elle. Belle occasion de relire ce texte que j'apprécie vraiment.

Vous aimerez aussi !

Très très courts

Un Loup

Thierry Covolo

Le gosse en face de lui a treize ans.
Méfie-toi, lui a dit Gaïa, il est fort. Personne n’est fort face à moi, a répliqué Plokhine avant de clore la discussion d’un baiser.
Le gosse est... [+]