Monsieur le Juge, nous sommes tous là

il y a
3 min
1
lecture
0
Monsieur le Juge, nous sommes tous là. On s’est dit, que la justice n’avait pas à nous chercher, son temps est précieux, alors que le nôtre, nous ne savons plus quoi en faire. Monsieur le Juge, je vais vous présenter les accusés un par un. Mais avant de commencer, je voudrais dire que c’est un honneur votre honneur de me trouver face à vous. Ce bleu, vous sciez à merveille, et ce regard plein de non, excusez moi, de bon sens me rassure. Enfin un visage sur la justice.
Je sais que la file est longue, mais que voulez-vous , c’est l’époque! Imaginez monsieur le juge que tous ces hommes et ces femmes veulent vivre et penser comme ils le souhaitent ! Ha! Quoi encore?! Ca commence par mettre un short et ca finit par demander la laïcité ! Mais ne vous inquiétez pas monsieur le Juge ! Nous, nous sommes conscients du danger. Bien que leur tactique s’affine, qu’ils essayent de nous détourner le regard de leur extrémisme libéral en nous bassinant avec des histoires de pédophilie, de viols, de corruption et de pauvreté, nous restons de marbre, et comme vous, votre honneur, nous sommes porteur d’une mission : préserver les cœurs des hommes et des femmes qui souffrent de cet étalage de bassesse morale.
Honneur aux dames, car dans notre pays et dans notre religion, nous respectons les femmes, voici Amal. Amal a 19 ans, elle est accusée d’avoir écrit, je cite : “prouvez-moi que Dieu existe!”. Je voudrais m'excuser auprès de l’audience, mais je devais lire cette infamie, l’accusée, rappelons le, a 19 ans, l'âge de la raison et du mariage, elle a justifié ce statut facebook en déclarant dans son procès verbal , je cite : “ c’est une question philosophique.”Madame Amal, vraisemblablement, confond entre philosophie et blasphème. Ici, madame Amal, nous ne philosophons pas ! NOUS CROYONS ! Remettre en question l’existence de Dieu, c’est remettre en question notre existence même, voulez-vous plonger le pays dans le chaos ? Dans la dépravation ? Vous n’avez sûrement pas lu le coran, vu que les réponses à vos questions s’y trouvent. Votre honneur, je propose 3 ans de prison ferme pour Amal avec une amende, car nous pensons aussi aux caisses de l’état, de 3000 tnd. Amal a une question votre honneur.
Amal : “ oui... alors je voudrais savoir si on ramène nos propres masques lavables ou est ce que c’est la prison qui nous les fournis?”. Ramenez les vôtres.
Nous passons maintenant, au deuxième accusé, Elyes, 25 ans, ingénieur informatique, accusé d’avoir heurté la sensibilité d’un honnête citoyen en lui disant, je cite : “sale Nahdhaoui”. Aujourd’hui la victime, fonctionnaire, ne va plus travailler, traumatisé par la haine de l’accusé et sa violence verbale. Il semblerait qu'Elyes ne soit pas conscient à qui il s’attaque en pointant du doigt et en qualifiant de “sale” un citoyen tunisien qui plus est un Nahdhaouis. Il semble que monsieur Elyes n’accepte pas le jeu de la démocratie et continue à diaboliser ce parti qui a tant souffert, sans qui la révolution n’aurait jamais eu lieu. Ce parti victime d’attaques de la part de ces occidentalisés. Monsieur Elyes, pourquoi avez-vous fait cela ? Nous vous écoutons.
Elyes: “ - Il avait partagé un montage photo dégradant et insultant sur Chokri Belaid .”
- Était-ce lui qui avait fait ce montage photo ?
- Je ne sais pas.
- Vous ne savez pas et pourtant vous l’avez agressé.
- oui
Monsieur le Juge, voici devant vous, la preuve de sa culpabilité. Il ne sait pas. Chokri Belaid, est mort, ils ne veulent pas comprendre, je voudrais leur dire votre honneur, deux mots sur Chokri Belaid, car voyez-vous, plusieurs des accusés ici présent, défendent Chokri Belaid. Nous avons tous été attristé par son assassinat, mais il y a d’autres urgences dans le pays, et il y a une commission qualifiée qui se charge de ce dossier. Laissez-les travailler, et laissez-vous faire bon dieu! Nous passons par une crise économique et nous devons être main dans la main, un tout, un seul, homogène. Chokri Belaid ne reviendra plus. Pour Elyes, votre honneur, je propose, 1 an de prison ferme pour incitation à la haine et diffamation, assortie d’une amende de 1500 dinars à titre de dédommagement pour la victime à qui nous souhaitons un prompt rétablissement.
Pour le troisième accusé, je commencerai ma plaidoirie, avec une citation d’un grand homme politique, qui a marqué le pays par son audace, sa bravoure et sa clairvoyance, Monsieur Seif Eddine Makhlouf, qui a dit un jour : “ Nous bataillons contre la première serpillière, la serpillière source ” la serpillière fait ici référence ici au parti, que Dieu nous en protége, du RCD. Mon accusé est Yacine, Yacine votre honneur est ce qu’on peut qualifier d’une serpillière entre les mains du diable et du mal, les mains de la Zatla. Ses parents n’ont pas pu venir, car son père a fait un infarctus hier soir. Yacine en plus de fumer de la drogue fait parti du mouvement jeune et délurée de “ 7ezb Al War9a”. Il poste des vidéos de lui en fumant tranquillement et en encourageant ainsi les autres jeunes à faire de même. Je propose monsieur le juge 5 ans de prison ferme et 2000 dinars d’amende.
Enfin, Monsieur le Juge, je voudrais m’accuser moi, d’exister dans ce territoire. Je voudrais m’accuser d’avoir pendant un instant cru que c’était possible d’être heureuse dans mon pays, sans me rendre compte qu’il était surtout le vôtre. Je suis coupable d’être ici et maintenant, je suis coupable de ne plus savoir où est ma place. Je suis coupable de ne pas être comme vous le voulez, comme vous l’imaginez, comme vous le croyez. Je voudrais me donner la perpétuité pour naïveté et relation non autorisée avec la liberté.
0
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !

Très très courts

Joindre les Debouts

Maia Acklins

Il faut joindre les debouts, avait-elle écrit. Les deux bouts, l'avait-on corrigée. Il faut joindre les deux bouts. Survivre, payer les factures, tenir bon. Non, non, avait-elle souri. Il faut faire... [+]