Mon voisin Jésus

il y a
3 min
152
lectures
31

Pour de nouvelles publications BD, n'hésitez pas à venir visiter mes pages sur: https://www.mangadraft.com/user/missfree https://www.tumblr.com/blog/view/missfree81  [+]

J'habite à côté de Jésus. Sans blague! Enfin, j'habitais à côté de Jésus, parce qu'en fait il crèche plus ici depuis belle lurette !

Un matin, il a décidé de décamper. Je pense qu'il en a eu marre du voisinage... Il faut croire que les coups de sang du père Grouillon ont eu raison de sa bonté. Je me rappelle la fois où le vieux avait pissé sur tous les œufs de Pâques cachés dans le village. Les gosses, ils pensaient que c'était la rosée du matin. Je vous dis pas l'état des chocolats. La chasse aux œufs a vite tourné au vinaigre. Moi, j'ai préféré rien dire, j'avais trop peur que ça me retombe encore dessus!

M'enfin, c'est lui tout craché ! Jésus avait pourtant l'habitude du père Grouillon. Je vous jure, si les prophètes se mettent à être difficiles, où va-t'on!

Il a juste laissé sa grosse croix sur la butte la plus haute du village. Genre, c'est trop lourd à porter. Les autres branquignoles du village, ils ont qu'à se démerder avec. C'est triste une croix sans crucifié dessus! Elle paraît nue... Comme le jour où j'ai surpris la Claudine avec le Jules en train de batifoler dans la rivière. Soit disant qu'ils pêchaient la grenouille, ils m'ont pris pour un "tebé", oui! Ils font ce qu'ils veulent, je m'en fous ! J'irai pas le dire à leurs parents. Je me suis juste caché derrière un buisson pour regarder tranquillou...

N'empêche que j'ai plus personne à qui parler, maintenant qu'il s'est cassé le lâche! Je sais bien qu'il y pouvait rien si tonton prenait ma tête pour un ballon de baudruche à la fête foraine quand il avait bu un coup de trop. Bah quoi ? C'est pas clair? Je peux vous montrer les cicatrices sur mon crâne, si vous voulez. Des petits ronds où mes cheveux y repoussent plus. Ça commence à faire grave moche. Mais moi, je m'en tamponne le coquillard ! C'est pas ça qui m'empêche de fourrer la Gisèle, une bonne grosse cochonne... Non, mais c'est pas une insulte! Jésus, il sait lui. Je lui racontais tout. La Gisèle a mis bas à douze porcelets y'a deux mois. Ben quoi ? On fait avec ce qu'on a sous la main.

Vous vous sentez pas bien mon Père? Vous avez dû en entendre d'autres non? Les fesses blanches bien fripées, ça vous fait pas peur hein? Vous kiffez? Chacun son truc... Faites gaffe quand même au père Grouillon, il est vraiment pas commode.

Dites donc, vous êtes une petite nature, vous ! Il en a entendu des vertes et des pas mûres avec moi, mon voisin Jésus. Il s'est pas senti hypertensionneux dès l'épisode de la Gisèle, lui. Je pouvais tout lui dire. Il cillait pas, enfin presque.

Je vous ai gardé le meilleur pour la fin quand même. Un jour, je m'ennuyais et Gisèle était trop occupée à allaiter ses petits. Je traînais le long de la voie ferrée. Là-dessus, mon oncle rapplique en me gueulant dessus : «  Où est-ce que t'étais encore feignasse ? », qu'il disait. Il marchait pas droit, encore un coup dans le nez. Moi, je pensais que je risquais rien vu qu'il avait pas sa carabine à plomb! Tu parles! Il m'dit : « Pose ta tête de demeuré sur les rails juste pour voir. » Je suis pas bien malin mais pas complètement tebé. Je sais bien que si je pose ma tête, je risque de me faire écrabouiller par le train. Alors, j'ai pas bougé, des fois qu'il se calme tout seul. Mais pas du tout, il s'est énervé et pis en fait, il s'est pris les pieds dans les rails. Il était coincé le gros con. Et pis, le train arrivait ! Moi, je voulais l'aider mais le temps que ça monte au cerveau... Scroutch, ça a fait, comme la vache du père François. Plus de tonton, plus de gnons, plus de plombs. Alors, j'ai ri. Si vous aviez été là, je suis sûr que vous vous seriez fendu la poire aussi. Parce que franchement, ça valait le coup d’œil, Picasso il aurait pas fait mieux... Là non plus, j'ai rien dit. Vous pensez bien ! J'ai été cherché une brouette à la ferme pour ramasser les morceaux vite fait avant que le père Grouillon rapplique ! Pis, j'ai tout balancé dans l'auge aux cochons. Ça bouffe tout les cochons... La Gisèle s'est régalée ! Bah, quoi ? Vous en faites une drôle de tête mon Père !

J'avoue que sur ce coup-là, Jésus en a fait une aussi, une drôle de tête. Avant, il trouvait rien à redire à ce que je faisais, jusqu'à ce qu'il ferme les yeux, jusqu'à ce que les bras lui en tombent, même la Vénus de Milo avait plus fière allure. Il est parti tout honteux d'avoir pas su quoi me dire.
31

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,