Le village du bout du bout de ma mémoire

il y a
1 min
17
lectures
5

JOURNAL INTIME - 25 Mai 2020  [+]

Voici donc le village...
Voici donc mon village, si tant est qu'un village put appartenir à quelqu'un, du simple fait qu'il y soit né...
Perdu au bout du bout de ma mémoire qui fiche si souvent le camp quand je voudrais m'y raccrocher, il n'a pas tellement changé depuis le jour de mes premiers pas, accroché à ses montagnes comme la mousse à son rocher, comme un lichen à son écorce.
Même route à lacet qui le traverse comme le cours d'eau du temps qui glisse sur ses toits de lause insensibles aux années et aux deuils... Mêmes maisons solides comme les pierres qui ont servi à les construire et qui sont encore dressées bien après que s'en soient allés ceux qui fièrement ont bâti.
Même église au bout du village et sa cloche égrenant des silences mystiques aux gisants du petit cimetière qui attend tout son petit monde, adossé à ses murs vitraillés.
Même noms des fonds baptismaux à la pierre tombale, Durand, Palmier, puech... disant une histoire qui ne veut finir et l'attachement des natifs.
Le climat y a toujours été rigoureux en des hivers de neige à couper les voies de communications de congères, isolant, autrefois devant la T.S.F., aujourd'hui devant la télé, mais toujours sans briser totalement le lien avec le monde.
Les printemps y sont si fleuris que l'on croirait qu'un fleuriste céleste à posé son étal sur la campagne environnante embaumant des aurores diaphanes et des crépuscules empourprés.
L'été survient sans qu'on s'y attende vraiment. Les jours se font plus longs et les jupes adolescentes plus courtes, et les foins sont fanés sous un soleil rieur de miel à fleur de peau. Quelques touristes aussi, recherchant l'authentique en échange du serment muet de ne point dévoiler l'endroit si jaloux de ses secrets si bien gardés de paix à l'âme et verres de vin dans la fraîcheur du soir.
Les flonflons de la fête votive et l'accordéon d'un bal dans ses jardins et, déjà, les nuits se lèvent tôt, et, déjà, déjà, l'automne qui mûrit. Un automne en or et en rousseur et des feuilles mourantes au fil du fil de l'eau de ruisseau qui s'éveille à la truite arc-en-ciel sous des cieux triste et bas lacérés de pluies câlinantes.
Et puis...
Et puis Noël et l'hiver à nouveau.
Et les hivers, tous ces hivers, tous ces Noël passés ailleurs, si loin... Trop loin?... Et pourtant si près avec ce cœur qui bat encore, qui bat toujours... Si près de ce village, perdu au bout du bout de ma mémoire qui fiche si souvent le camp...
5
5

Un petit mot pour l'auteur ? 12 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Jeanne en B
Jeanne en B · il y a
Je ne suis pas douée pour les commentaires mais ce texte est très chouette.
Image de François Personne
François Personne · il y a
Merci pour votre passage par ici qui est le plus beau commentaire...
Image de Jeanne en B
Jeanne en B · il y a
À plus :-)
Image de JACB
JACB · il y a
ça fleurerait bien un peu le Cantal ???
En tout cas un village de coeur et de pierre bien campé dans la vie ordinaire qui porte la permanence affective exceptionnelle des êtres qui l'habitent. Joli texte .

Image de François Personne
François Personne · il y a
Plutôt les Cévennes... ;-)))
Merci...

Image de Haruko San
Haruko San · il y a
Attachantes ces pierres qui racontent ou plutôt qui conservent jalousement en elles tous ces souvenirs , et qui au son du clocher parfois nous ramènent je ne sais combien de temps en arrière. Un passé toujours présent car même si la mémoire s'engourdit parfois, même si elle parait s'être enfuie quelque part .... On se souvient encore et pour longtemps de tous ces instants, ces odeurs, ces couleurs parque le temps passe certes mais nous sommes là et nos yeux se souviennent sans le son bien souvent mais qu'importe puisque nous vivons encore au point de pouvoir écrire...Bravo pour ce joli texte et le décor que Vous nous peignez grâce à ....Votre mémoire oui oui....-:)
Image de François Personne
François Personne · il y a
... Certes, mais qui n'est plus aussi agile qu'il y a quelque temps... merci pour ces mots qui me touchent vraiment...
Image de Haruko San
Haruko San · il y a
Je me doute que Vous ayez oublié quelques détails , circonstances quelque part...qui sait-:)
Image de Marie Quinio
Marie Quinio · il y a
Superbe ce texte, très poétique et plein de nostalgie, le cimetière qui attend tout son petit monde, la mémoire qui flanche mais qui retrouve toujours le chemin des souvenirs chéris de l'enfance. Un beau contraste entre les pierres et monuments qui restent et nous qui ne sommes, à regret, que de passage...
Image de François Personne
François Personne · il y a
Un "merci" est-il suffisant pour vous exprimer toute ma gratitude pour votre passage sur ma page?..
Image de Marie Quinio
Marie Quinio · il y a
Haha, vous pouvez écrire davantage si vous le souhaitez ;) De vos textes (mais je n'ai pas encore tout lu) c'est celui-ci et Samedi 4 juillet 2020 que j'aime particulièrement.
Image de François Personne
François Personne · il y a
Merci infiniment.

Vous aimerez aussi !

Très très courts

Le trou béant

Maia Acklins

La lumière du soleil fait rougir mes paupières, et je fronce les sourcils. Je sais que, bientôt, je devrai ouvrir les yeux et revenir à la réalité mais, en attendant, je profite de ces... [+]