2
min

Mon premier amour

Image de Alexis Garehn

Alexis Garehn

168 lectures

5

Nous avons commencé notre relation il y a bien longtemps. Elle s’appelait Calysta. Elle était belle. Trop belle pour moi certainement. J’avais du mal à réaliser la chance de l’avoir. Surtout que j’étais encore jeune à l’époque, j’allais à peine arriver à mes dix-huit ans. Elle était mon premier amour, celle que je n’oublierai jamais.

Les débuts furent un peu difficiles. Inexpérimenté, je ne savais pas vraiment comment m’y prendre. Mes mains étaient malhabiles et hésitantes. J’avais peur que mes maladresses mettent fin à notre relation. Je savais qu’entre nous, il y avait un lien fort et que cela pourrait être la bonne, la seule, l’Unique...

Le temps passant, je gagnais en assurance. Mes doigts courraient sur son corps avec agilité. Dans les moments les plus torrides, elle criait si fort que les voisins m’en faisaient des remarques ! Qu’importe, notre plaisir était intense et partage.

Mais je commençais alors des études en classe préparatoire maths sup/maths spé. Nous décidâmes de rester ensemble. Ce fut difficile, car nous ne pouvions nous voir que les week-ends et pendant les vacances. Et encore, je passais quand même une bonne partie de mon temps à travailler ! C’est comme si notre relation était entre parenthèses. Mais dès le week-end venu, la passion reprenait de plus belle pour deux jours.

Bien sûr, il y eut des tensions, des crises, des pétages de câbles. La situation était difficile. Constamment fatigué et stressé, il m’arrivait de ne plus avoir la même fougue passionannée avec elle. Elle le savait et le vivait mal. Heureusement, je finis par réussir mes concours et intégrer une école d’ingénieur. Elle m’accompagna par amour jusqu’à Nancy et pendant un an, tout fut merveilleux. Je pouvais me consacrer à elle comme je le voulais !

Et puis, il y eut la rencontre...

Pendant que j’étais en stage sur Lyon, j’en ai rencontré une autre. Ce fut le coup de foudre. Comme lorsque l’on croise son regard au détour d’une rue et que l’on sait instantanément que l’on est amoureux. Je ne suis pas fier de ça, mais je n’ai pas pu résister à la tentation.

Je l’ai trompée...

Je menais une double vie difficile, perdu entre mon premier amour et une relation purement physique. Je ressentais des choses si différentes avec chacune que j’avais du mal à imaginer faire une croix sur ces nouvelles sensations.

Elle finit pas être au courant, bien évidemment. Ce fut horrible... Je décidais de la larguer pour l’autre. Dans ces moments-là, la nouveauté a plus d’attrait. Je me disais que j’en avais marre de la monotonie, je vous goûter à de nouveaux plaisirs. Et nous nous séparâmes, après cinq ans d’une relation fusionnelle.

On dit toujours que l’on revient à ses premiers amours. Ce fut mon cas. Quelques mois plus tard, je lui demandais de me pardonner et je me donnais tout à elle. Elle accepta mon retour et je lui en serai à jamais redevable. Nous essayâmes de nouvelles techniques pour découvrir des sensations neuves et éviter cette terrible monotonie qui nous avait amené à la rupture.

Malheureusement, malgré le bonheur que l’on vit ensemble, je sens encore parfois cette envie de changement. J’avoue que parfois, j’en aimerais une plus jolie. Oui, je suis un vrai salaud, mais je ne peux pas lutter contre mes sentiments. Et ponctuellement, je pose mes mains sur une autre pour un plaisir, coupable certes, mais dont j’ai terriblement besoin.

Je suis un salaud, je sais, mais je n’oublierai jamais mon premier amour.

A ma première guitare, Calysta.
5

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Jacqueline Hardy-Jamil
Jacqueline Hardy-Jamil · il y a
alors là pour une chute...! chapeau !
Image de Berlingot Candy Candy
Berlingot Candy Candy · il y a
J'adore je ne pensais pas que tu parler d'une guitare :) !!

Vous aimerez aussi !

Du même auteur