Mon phare.

il y a
1 min
68
lectures
9

Vagabonde, rêveuse, tricoteuse de mots et d'histoires. Aime les chats, les éléphants, les grands espaces, le thé vert, les tartes au citron. Me suivre : http://www.sellierlielieauteure.f  [+]

Corps enfoui sous la couette, pluie tambourinant sur les fenêtres et l’échafaudage, au loin une chanson de Michel Delpech.

Sortiras – tu de ton lit ?
Corps fatigué, mêlé aux draps, bruissement du tissu, lattes du plancher qui grincent. Et ce petit air : viens écrire. Ecrire pour qui, pour quoi, pour moi, pour les autres. Ecrire c’est donner la vie à une petite fille morte sur une page de Berck qui te hante. Elle s’appelait Adelaïde tu l’as appelé dans le livre que tu es en train d’écrire Maryline comme Maryline Monroe, destinées brisées. Femme enfant, enfant femme. La petite fille s’est échappée de la plage de Berck et du monde des ténèbres. Tu lui as donné à nouveau vie et espérance. Tu as posé aussi la cartographie de ta famille, tu gardes les feuilles au chaud dans le tiroir de ton bureau. Tu es soulagée si tu perds la mémoire, tu pourras relire ces pages où des grands parents décédés ont repris vie.

Hélène, Alice, moi, Maryline, Adelaïde, vies croisées sous la plume, sous nos plumes. Nous parlons de l’écriture et de ses enjeux, les enjeux peuvent-ils devenir jeux ?
Jeux, enjeux passerelles ver s toi, vers soi. Sonorité, silence, recueillement, évasion, qui es-tu ? Libératrice ou fossoyeuse, colombe ou grande roue faucheuse. Cela dépend des pays et des cultures. Je m’égare, tu permets de communiquer, de passer des messages, des émotions, de parler de sujets tabous, d’échanger. Je te sens amie, solide tel un phare allumé dans les jours agités, quand le jour devient sombre et la nuit agitée. Ne me quitte pas.
9

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !