Mon jardin

il y a
1 min
28
lectures
6
Je possède un jardin avec une cour pleine d'histoires. Je plonge tous les matins dans cet immense abreuvoir. De ces mots plein de magie, je décore mes nuits. De ces nuits, je pare mes jours d’envie. Entre les fleurs sauvages et les buissons, je puise toutes mes inspirations. Dans mon cœur, un lointain bonheur, lié malgré lui à une amère douleur. Je m'accroche au soupir d'un souvenir qui annonce mon devenir. Un avenir plein de douceur, pour moi, mes amours, mes amis, le bonheur.
En ce lieu ensoleillé qu'est la terre, des silences m' accompagnent. La paix, ma paix est en campagne.
Je possède un jardin avec des soirs plein d'amour ! Je l'aime et j'y reviens toujours. Au fond de ce Jardin, mes copains .
Je possède un jardin où sommeillent mes nuits. Un jardin où s'emmêlent les douleurs, les envies. Même si demain est un autre jour, lui mon jardin, reste, et restera toujours.Je plonge tous les matins dans cet immense abreuvoir. Je touche cet arbre qui garde l'âme de ceux qui passent où dessous, il fait bon s'asseoir, s'assoupir et repenser à mes souvenirs avec vous mes amis !
L'odeur de cette terre, de chaque fragrance, réveillent en moi des souvenirs d'enfance.
Comme dans un livre ouvert, défilent les images. Je voudrais être fée et toi l'ami tu en seras le mage. La vie devient féerie quand nous sommes réunis.
L'amitié est une voyageuse solitaire qui se promène de gare en gare, à la recherche, non pas de son temps perdu mais du temps perdu de l'autre.
Un temps qui s' égrène pour semer une histoire. Une histoire de mots qui germent pour un printemps rempli d'espoir. Et les sourires fleurissent, les regards s'épanouissent. Je nous revois, assis sur ce banc, heureux,
dans ce jardin bien mystérieux sous un soleil qui nous réchauffe et nous rend tellement sereins.
L'enfance retient la vie, qui va, qui vient, prend notre main, efface le dessus de la pierre, ôte la mousse, fait le ménage, en retire le lierre. L'hirondelle de son ombre, caresse comme un oracle une douce déesse.
Regarde..., Approche..., Plus près..., Encore !
Un bouton de rose vient d'éclore. Je reste émerveillée par ce velours, la couleur rubis de sa robe fait battre mon coeur.
Cette nature vient de sonner l'heure d'une saison où tout revit, tout renaît, tout s'illumine.
Devant tant de beauté, je reste éblouie, Je n'ose toucher mais caresse ses épines, peur de lui faire mal, d'égratigner ses pétales juste ouverts au soleil qui rayonne , virevolte pour lui faire honneur !
Je vis dans mon jardin, chaste paradis immaculé où chaque amour reste le premier...

6

Un petit mot pour l'auteur ? 5 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Jean-Michel Palacios
Jean-Michel Palacios · il y a
On tire souvent de la contemplation et de l'observation des enseignements qui forgent des caractères, des idées, des attitudes qui sont bénéfiques : "cultivons notre jardin". Merci JM
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
Un beau texte où les sentiments tirent leurs forces, j'aime.
Image de Perle Vallens
Perle Vallens · il y a
Vous avez décidément une jolie plume.
Image de Alain Adam
Alain Adam · il y a
Très bel hymne à la nature! Ce corps à corps avec la terre sacrée de votre jardin amène bien d'autres interrogations sur soi-même et les autres. Votre émerveillement devant le miracle de la vie qui renaît à travers les fleurs est très subtile et la description du "velours" de la rose est très évocateur de la beauté qui nous entoure mais que seules, les poétesses ressentent...; Je vote pour que ces natures (humaine et florale) prospèrent dans le jardin de vos rêves! A noter l'omniprésence du mot "ami" entre les lignes....Je vous félicite!
Image de Richard
Richard · il y a
Suzanne, j'aime bien... un beau jardin (intérieur)