Mon eldorado

il y a
3 min
98
lectures
65
Qualifié
Image de 2021
Image de Très très courts
Cela fait quelques heures que je retape ce mobil home. C'est le premier d'une longue lignée avant d'attaquer les appartements et les communs. Je me suis lancée un défi : rénover un village vacances inoccupé dans les Alpes.
Ma « folie » a débuté il y a quelques mois lorsque je suis tombée sous le charme de cet hébergement de plein air lors d'une escapade en montagne accompagné de ma meilleure amie. Une de ces fameuses balades improvisées qui nous amène à nous perdre et à voguer dans les abîmes des lieux les plus reculés. Celle-ci n'a pas dérogé à la règle, après 2h de montée d'un massif assez abrupte, nous sommes tombées nez à nez avec mon futur.
Mes yeux pétillaient, un large sourire s'affichait sur mon visage, mes mains tremblaient de bonheur. Ce paysage et ce lieu me paraissaient comme une évidence. Ce qui s'offrait à moi à cet instant, c'était tout ce dont j'avais rêvé depuis des années, ce à quoi j'aspirais. Une dose d'évasion non pas en perfusion mais un shoot. Un shoot de bien être. La solution à tous mes problèmes.

Avant ce petit périple, je travaillais comme assistante de direction dans un hôtel à Bordeaux. Je résidais en périphérie avec ma fille et son très cher lapin. Même si ce n'est pas Paris je vous l'accorde, je subissais les affres d'une grande ville : la pollution, le stress, le travail et ces satanés chiffres à atteindre ( avec le covid comme complication supplémentaire), le père de ma fille et nos disputes sans fondement. Le reflet que je voyais dans le miroir, les marques sur mon visage reflétaient les stigmates de ce qui me pesait. Mon quotidien ne me plaisait plus. Toute cette routine m'étouffait, m'effrayait. Mais je n'entrevoyais pas de porte de sortie, de plan B comme on dit plus couramment.

Pour s'octroyer un petit break, Cléa et moi-même avons décidé de poser une semaine de congés au dernier moment. J'ai déposé Anna chez son père à la hâte et nous sommes parties avec un simple sac à dos en guise de bagage et nous avons conduit sans but précis. Nous avons traversé la Dordogne et ses vins, l'Auvergne et ses trésors culinaires et mystiques enfin nous avons poursuivi notre route en longeant la Loire et le Rhône. Nous avons terminé notre périple en déposant nos souliers au pied du Vercors, à côté de St Marcelin. Ce majestueux massif nous ouvrait ses bras. Ce n'était pas la première fois que je venais dans ce lieu magique mais je n'étais jamais restée aussi longtemps pour l'admirer de cette façon. Nous avions installé notre campement en bas d'une cascade. Comme le disais si bien Bashung, devant ce paysage somptueux et pittoresque, on souhaiterait sauter à l'élastique mais pas que...
Le deuxième jour, nous avions grimpé le long d'un chemin de randonnée. Après deux heures d'efforts, nous étions tombés nez à nez avec (comme je le disais au début de ce texte) ma révélation. Je devais recueillir le maximum d'informations sur ce site pour m'en imprégner davantage. Mon principal sujet de discussion était ce village vacances jusqu'à la fin de notre voyage. Je pense fortement que durant ce laps de temps, mon acolyte a voulu m'exprimer à maintes reprises son ras le bol mais elle n'en avait rien dit car elle avait vu que ce sujet me tenait à cœur et me passionnait.

Une fois de retour à Bordeaux, j'ai contacté l'enseigne détentrice de cet hébergement , la commune sur laquelle est bâtie ce dernier, des organismes financiers... Si je le désirais, ce bien pouvait être le mien. Mais mon acquisition ne fut pas sans embûches. J'ai écumé bon nombre de refus, d'obstacles, d'avis réticents et négatifs de ma famille, ma démission...

Mais après quelques mois, j'y suis arrivée. J'ai apporté avec moi quelques souvenirs de ma vie passée et surtout ma fille, qui contrairement aux autres membres de mon entourage, n'est pas contrariée par ce changement de paysage et de mode de vie. Me voici donc à vous conter la renaissance de ce lieu, ma renaissance aussi. Je suis dans mon nouveau chez moi où il y'a tout à faire certes mais où il fait bon vivre, sortir, respirer. De nouveaux challenges, de nouvelles envies au service de notre créativité. Ce n'est pas simple tous les jours j'en conviens mais lorsque je regarde mon visage dans le miroir maigrement accroché à la porte, j'observe une femme aux traits apaisés, au regard pétillant, je re découvre une femme avec des envies, des projets, avec un futur qui lui ressemble. Une femme aux milles facettes puisque je suis à tour de rôle : menuisier, peintre, plombier, jardinier... Heureusement j'ai quelques mains bienveillantes et conseillères qui viennent à ma rescousse par moment car je n'excelle pas dans tous les domaines loin de la. Je suis débrouillarde, qualité que j'avais enfuie bien profondément en moi. Conséquence de cette société de consommation actuelle qui nous mâche le travail. Je peux enfin dire que j'ai trouvé mon petit coin de paradis. Je vais pouvoir m'épanouir pleinement avant, pendant et après l'ouverture ( prévue dans un an environ). Une fois, l'établissement rénové, il faudra le faire fonctionner avec du personnel adapté et surtout attirer le touriste. Une mission qui me ravit et ne me fais en aucun cas regretter mon choix.
65

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,