3
min

Mon autre Amérique

Image de Lulla Bell

Lulla Bell

991 lectures

935

FINALISTE
Sélection Public

Un vol de papillons
Derrière la vitre sale
J’ai envie de prendre mon envol
De suivre leur sillage
Danse multicolore
En cette fin d’été.
Un rayon de soleil traverse le ciel opaque.
J’ai pris ma décision. Puisqu’il n’y a pas de guérison je n’ai aucune raison de suivre les traitements pour repousser l’échéance. Je ne veux plus d’une vie à crédit, cette chimio que l’on me vend comme une boite d’aspirine, c’est l’arbre qui cache la forêt.
Et moi, cette forêt, je veux l’explorer, la découvrir. Je veux être le petit chaperon rouge qui défie les dangers ; j’ai une âme d’enfant mais je n’ai jamais été enfant.
Je n’ai plus peur. Je vais prendre les sentiers interdits et m’enfoncer dans les bois, déchirer mes beaux habits d’adulte sensée et propre sur moi aux branches des arbres centenaires, découvrir chaque clairière, m’y prélasser, rêver et choisir le prochain chemin dans ma tête-boussole qui ne connaît que l’ouest depuis si longtemps.
Les orées s’ouvrent à moi comme mille pays à explorer ! Je vais boire aux rivières, m’allonger sur la mousse, respirer la verdure et la terre, fermer les yeux, écouter...
Concentrée sur les images qui m’éclatent sur les paupières fermées, je me laisse couler. Ma couche est moelleuse comme un nuage de coton. Juste une petite lueur qui éclaire le souvenir d’un sein doux que je tétais.Voyage enfin corps épuisé, cœur barbelé de mille maux.
J’aurais voulu être une égyptologue passionnée, une aventurière au long cours, une anthropologue minutieuse prête à étudier le moindre caillou pour découvrir le fossile. J’ai souvent rêvé d’une awana au bord du Nil. Voir les temples de Louxor, Karnak, accéder à dos de chameaux aux pyramides de Guizet, visiter le Musée du Caire, m’imprégner de plénitude dans la Vallée des Rois, m’éterniser à Abou Simbel. Un aller simple pour l’Égypte. Et si tous ces murs que je n’ai jamais osé franchir étaient ces monuments d’un autre temps, je n’hésiterais pas une seconde à les escalader pour aller voir derrière. Si chaque pas en avant était une aventure, un monde à explorer, un saut dans le vide ? Si, en fin de compte, les merveilles étaient là, à portée de main, à portée de cœur sans que l’on en prenne réellement conscience ?
Un vent léger souffle sur les braises encore chaudes de ma mémoire, ce disque dur enfermé dans mon crâne : mon premier mot, mon premier pas, ma première chute à bicyclette, mon premier baiser. Je me souviens l’exaltation, le vertige.
J’ai souvent rêvé des temples d’Angkor, de la cordillère des Andes. M’en aller vers des pays lointains, recevoir un coup de bambou devant cette nature Majuscule.
Cette nature elle est partout, il suffit de regarder autour et de considérer le moindre brin d’herbe, la plus petite fleur sauvage comme un miracle de la vie.
J’ai souvent rêvé des îles Marquises pour m’en Jacques Brêler, du labyrinthe d’Alice, de la mer démontée avec ses paquets de vagues jetés à la proue d’un Navire Night dont je serais capitaine.
Le grand large, les embruns quand mes rêves sont maritimes.
J’ai souvent rêvé d’Étretat, de ses falaises, sa plage, des cailloux du Petit Poucet, de quelques images en technicolor, Ava Gardner et Cyd Charisse. De la mer toujours, le ressac des vagues et le sable blond où, épuisée par des heures d’amour, je m’endormirais dans les bras de mon homme atlantique.
Et l’Amérique ! Je la vois, elle est là dans le creux de ma poitrine qui joue des claquettes sous la pluie ; Hollywood brille de mille feux, Marilyn aime John. Je vole.
Dans ma poitrine la mer monte et se retire dans un souffle. L’aventure est partout où je veux bien la trouver. Je deviens attentive à mes sensations. C’est merveilleux les sensations quand on prend le temps de les goûter ; elles viennent de si loin et pourtant ne nous étonnent même plus ! Dans notre peau nous sommes encore bien trop souvent en terre inconnue. Il me semble percevoir le cri des mouettes et la fraîcheur d’un petit vent sur ma joue. J’hume un air pur comme jamais.
J’ai des petits flashes de lumières dans les yeux. Je suis star et je prends la pose, allez-y paparazzi je ne me plaindrai pas d’être en photo sur Closer ou Gala ! L’aventure c’est l’aventure et je me sens sourire à la vue d’un italien qui se la joue « la classe » en imitant l’autruche sur la plage.

D’abord c’est comme un murmure, une voix douce qui susurre à mon oreille mais le son s’amplifie et mon rêve éclate en mille morceaux comme un verre de cristal.
- On se réveille ! Madame, on se réveille c’est terminé.
J’ouvre les yeux. Pas de plage, un bruit d’enfer de machines, des bips, des alertes, des plaintes. Je ne suis pas sur du coton mais sur un brancard qui me broie les os.
- L’intervention s’est bien passée Madame, on a pu enlever la tumeur. Respirez bien profondément, vous avez l’oxygène. Tout va bien.
Je me souviens : le bloc opératoire, le masque, l’anesthésiant qui pique dans le bras et puis, le vide pour un merveilleux voyage intérieur.
Dans ma tête, quelques vers chantent encore :
Un vol de papillons
Derrière la vitre sale
J’ai envie de prendre mon envol
De suivre leur sillage
Danse multicolore
En cette fin d’été.

La vie est de retour, je vais pouvoir en explorer chaque recoin.

PRIX

Image de 4ème édition

Thème

Image de Très très courts
935

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Vivian Roof
Vivian Roof · il y a
Non mais t'as vu le nombre de votes ?
·
Image de Lulla Bell
Lulla Bell · il y a
Bisous Vivian
·
Image de Lulla Bell
Lulla Bell · il y a
Lol oui mais j'ai pas gagné pour autant
·
Image de Vivian Roof
Vivian Roof · il y a
Me dis pas que tu écris pour gagner à tout prix !
·
Image de Lulla Bell
Lulla Bell · il y a
Non d'ailleurs j'écris plus depuis que mon père est mort le 4 janvier
·
Image de Vivian Roof
Vivian Roof · il y a
Ça va revenir. Mais par pitié oublie...
·
Image de Lulla Bell
Lulla Bell · il y a
Difficile, y penser moins disons
·
Image de Laetitia Gand
Laetitia Gand · il y a
merci pour ce texte touchant
·
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
Superbe texte trés touchant et très émouvant qui m'a rappelé par bien des points "T'en fais pas, mon p'tit Lou " de Pierre Perret. Je vote des deux mains.
·
Image de Mireille Béranger
Mireille Béranger · il y a
Voici cinq petits votes supplémentaires, Lulla... Ceux qui vous permettront - je le voudrais tant - de découvrir réellement l'Amérique jouant des claquettes sous la pluie... ou la neige...
·
Image de Isabelle Day
Isabelle Day · il y a
Magnifique ! Tellement touchant, tellement de poésie... Bonne chance :-)
·
Image de André Page
André Page · il y a
Bravo Lulla, mes votes à nouveau.
·
Image de Vivian Roof
Vivian Roof · il y a
Tous mes votes, Lulla, même si je suis un peu absent en ce moment... Je te souhaite une très heureuse fin d'année.
·
Image de Lammari Hafida
Lammari Hafida · il y a
Mon vote Lulla , bonne chance ! +5
·
Image de Lulla Bell
Lulla Bell · il y a
Merci Lammari
·
Image de Subtropiko
Subtropiko · il y a
Mon re-vote maxi, Lulla, et tous mes voeux !
·
Image de Lulla Bell
Lulla Bell · il y a
Merci Subtropiko mes vœux aussi
·
Image de Colette Seigue
Colette Seigue · il y a
Je vote aussi maxi, c'est magnifiquement écrit!
·
Image de Lulla Bell
Lulla Bell · il y a
Merci Colette
·

Vous aimerez aussi !

Du même auteur