2
min

Mon ami Franck

Image de Biwood

Biwood

19 lectures

1

Ce matin, j'ai reçu une lettre m'apprenant la mort de mon ami Franck. La lettre, écrit sur du papier de mauvaise qualité, disait :
Franck Guimard est décédé, enterrement le 20 décembre à l'église Sainte-Geneviève.
Tout en lisant la lettre, je me suis remémoré mon amitié avec Franck. On s'était rencontré il y a une vingtaine d'années à la faculté des sciences. A l'époque, tous le monde le surnommait « Docteur Frankenstein » à cause de ses recherches sur les cellules souches. En effet, il était persuadé que l'homme pouvait un jour vaincre la mort.Chaque semaine, il écrivait un nouvel article sur le sujet dans une revue spécialisée. Peu de gens prenaient ses travaux au sérieux ; la plupart le comparait aux savants fous des vieux films de la Hammer. D'ailleurs, je faisais moi-même partie de ses détracteurs et il m'arrivait parfois d'écrire des articles véhéments à son sujet dans des revues scientifiques. Pourtant, au cours d'un séminaire organisé par la faculté, nous avons discuté ensemble. Loin du savant fou que j'imaginais, j'ai découvert en la personne de Franck Guimard un homme extrêmement intelligent quoique obsédé par l'idée de sa mort. Après ce bref entretien, j'ai commencé à m’intéresser à ces recherches sur « l'immortalité ».Faisant fi de mes préjugés sur ce thème, j'ai relu ses articles avec la plus grande attention. Cette relecture fut pour moi une révélation, les propos qui m'étaient apparus autrefois comme fantaisistes, me paraissaient plein de sens. J'ai donc décidé de devenir son assistant.
Pendant une dizaine d'année nous avons travaillé sur les cellules souches et parcouru le monde pour connaître le secret de longévité de certaines populations. Nous avons eu des succès et beaucoup d'échecs. Nos expériences ont pris fin, le jour où la faculté nous a coupé nos subventions. Après cela, je n'ai plus revu Franck. Je n'ai aucun regret pour cette époque. Bien au contraire. Je suis sans aucun doute devenu la risée du monde scientifique en m'acoquinant avec le « Docteur Frankenstein », mais je garde l'espoir que les générations futures me jugent avec moins de sévérité.

A l'enterrement de Franck, nous étions seulement trois personnes. Il y avait moi, ainsi qu'un très jeune couple dont les visages me semblaient familier. J'ai pensé, en premier lieu, qu'il s'agissait des enfants de Franck. Cependant, je me suis souvenu qu'il avait toujours détesté les femmes et qu'il ne supportait pas les enfants. Étaient-ce des membres de sa famille ou des amies ? Peu probable, car il avait rompu tous liens avec eux, et j'étais le seule ami proche qu'il avait eu. Durant toute l'oraison funèbre, je me suis demandé qui étaient ces personnes.

  Pendant les deux semaines qui suivirent l'enterrement, je n'ai pas arrêté de me demander où est-ce que je les avais croisés. Puis, par un hasard mystérieux, je suis tombé sur un article que j'avais écrit avec Franck. Il traitait d'une population mythique qui avait vécu au centre-ouest de la Roumanie. Cette population avait pour particularité d'avoir une longévité impressionnante (qui pouvait atteindre les deux-cent ans pour certains). Durant notre périple, nous n'avions trouvé que des ruines. Cependant, fasciné par les vestiges de cette civilisation disparu, Franck décida de passer le reste du voyage à la bibliothèque de Bucarest afin d'étudier son histoire. Pendant ce temps, je me renseignais auprès des habitants pour avoir plus d'informations sur ces ruines. C'est lors d'une de nos errances vespérales dans le centre-ville de Bucarest que nous avons rencontré ce couple. Ils s'étaient présentés à nous dans un bar, prétendant être les descendants de cette noble civilisation qui, selon leurs dires, était des vampires. Bien entendu, nous n'avons pas pris  leur histoire au sérieux ; nous leur avons même ri au nez.

Aujourd'hui, en y repensant, j’émets plus de réserves qu'en à l'improbabilité de leur récit. Je les ai croisé il y a une quinzaine d'années ; et à l'époque, il semblait déjà au sortir de l'adolescence. Il est donc probable qu'ils soient réellement des vampires (même si j'admets à moitié que de tels personnes puissent exister), et si ils sont vraiment ce qu'ils prétendaient être, que faisaient-ils à l'enterrement de Franck ?
1

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de Keith Simmonds
Keith Simmonds · il y a
Une histoire bien écrite et réussie ! Mon vote ! Vous vous êtes embarquée une première fois pour ma “Croisière”. Une invitation à refaire ce voyage fantastique si cela vous plaît toujours ! Merci d’avance et bon voyage !
http://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/croisiere-2

·