Moment de solitude au rayon des brèves rencontres

il y a
1 min
18
lectures
4

Sur Short Pour faire court Sucre lent  [+]

Image de Été 2020
Je la vois bien, celle-ci, qui semble tourner autour de celle-là comme une abeille autour du pot. Elle scrute chacun de ses gestes et l’autre ne la voit pas. Ou l’ignore totalement. Ou feint de l’ignorer, parce tout bien considéré elle semble un poil agacé.
C’est très diffus comme perception, surtout lorsque l’on porte un masque, mais derrière ses lunettes son regard ne trompe pas. L’oeil paraît ravageur, bulle semblant sortie d’une bande dessinée, apostrophant l’importune d’un “tu veux ma photo” cassant aux conséquences d’autant plus vexantes que les affaires ont repris et que le magasin est plein.
Je la sens à deux doigts d’interpeller l’inconnue lorsque l’autre, masquée elle aussi, lui lance, hésitante :
“Martine ?
‒ Je... on se connaît ? rétorque l’autre, comme piquée au vif.
‒ Bah tu me reconnais pas ?”
La bonne blague !
Elle laisse entrevoir la partie inférieure de son visage :
“Nadège. Collège Kastler, Franceville, début des années 90 ?
‒ Mesdames vous êtes démasquées, intervins-je, goguenard.
‒ Plaît-il ?
‒ Madame -au masque baissé- vous a reconnue comme étant une ancienne connaissance. Aussi chacune d’entre vous -au propre pour madame, au figuré pour vous- est ainsi démasquée. C’est extrêmement poilant, non ?
‒ Mais vous êtes qui ? Et d’abord de quoi je me mêle ?”
J’avais encore bien fait de la ramener, moi.
“C’était juste pour détendre l’atmosphère, hein ?
‒ Atmosphère ? Parce que vous trouvez que j’ai une gueule à ça, moi, d’atmosphère ? C’est bon, là, ça va deux secondes, votre cinéma !”
Je m’écarte d’elles le rouge au front et les laisse entamer leur conversation.
“Nadège ? Nadège... mais bien sûr ! Je t’avais pas reconnue !”

Tu m’étonnes !

L’absurde intervention engendrée par la situation ne manquait pas de sel. Tel un cheveu sur la soupe, il est vrai, j’avais tenté d’y ajouter ma patte. Chasseur de bons mots, désormais je les remiserai d’office dans ma besace et je me marrerai tout seul.
Assurément vexé d’avoir essuyé un tel camouflet j’avancerai désormais masqué !
4

Un petit mot pour l'auteur ? 8 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Elena Hristova
Elena Hristova · il y a
Cela ne manque pas de sel ni de patte, puis les masques n'ont pas encore dit leur dernier mot.
Image de Tolbiny
Tolbiny · il y a
Ils le disent, mais à mots couverts.
Image de Long John Loodmer
Long John Loodmer · il y a
Ne jamais se mêler des affaires des femmes
Image de Joëlle Brethes
Joëlle Brethes · il y a
Rhhhôôô ! Pan sur le bec de l'odieux misogyne ;)
Image de Tolbiny
Tolbiny · il y a
Je saurai désormais me tenir à l'écart.
Image de Joëlle Brethes
Joëlle Brethes · il y a
Ce qui est sûr en effet, c'est qu' "entre l'arbre et l'écorce..." ;) ;) ;)
Image de Tolbiny
Tolbiny · il y a
Cela dit l'origine de ce court récit est véridique. Deux dames toutes deux masquées, l'une répondant à l'autre "j't'avais pas reconnue" ;-)
Image de Stéphane Sogsine
Stéphane Sogsine · il y a
:-)

Vous aimerez aussi !