Moitié Moitié

il y a
1 min
159
lectures
6
Finaliste
Jury
Image de 2015
Image de Deux lèvres à la fois
Première gorgée d’une deuxième coupe de champagne. Chanson en tête et chants à tue-tête. Blondasses, paillettes, terrasse, cigarettes. Juste l’odeur, je ne fume pas, non merci. Brouhaha, vous savez, Céline avant d’être un sac, c’est un auteur, si je vous assure ! Blablabla.
Et là, quelqu’un:
« Appel Masqué arrive. »
Appel Masqué. C’est sous ce nom que je l’ai enregistré sur mon téléphone. Brouiller les pistes, aucun indice. Ravie ? Gênée ? Ma seule pensée : sera-t-il accompagné ?
Un coeur affolé comme le mien ne bat pas, il me gifle la poitrine par anticipation d’une autre gifle potentiellement imminente.

Il est là.

Avec Elle.
Main dans la main, sourires en coin.
La grandeur de ma gêne n’a d’égal que la splendeur de leur harmonie.
Pourtant. Il me voit. Quelques clins d’oeils et regards que nul ne qualifierait d’innocents. Oh, l’imprudent.
La porte des toilettes à peine fermée, elle se rouvre doucement. Il est sur mes pas. Il m’embrasse sous l’oreille. Combien de temps ? Peu importe, mais attention, tout de même... Il part, mais me lance :
« Fais gaffe, il n’y a presque plus de papier. »
Elle est là, elle est, tout simplement, et j’en brûle de jalousie.
Elle Elle Elle Elle toute mon attention, mon obsession.
Elle et ses cheveux savamment emmêlés
Elle et l’infinie élégance dans son geste de la main
Elle et les contours de sa silhouette élancée...
Elle et la délicatesse de son éclat de rire, la clarté de son sourire, la luminosité dans ses yeux légèrement plissés par ses pommettes saillantes.

... Et ce mince pan de peau dévoilé à l’arrière de sa cuisse droite, à découvert entre la dentelle fine de sa robe et son bas noir...

Retour aux toilettes, face au miroir, Elle est là. On ne se sourit pas du même sourire. Gêne, et Elle sensuelle.
Pas un mot.
Elle me retient par le poignet et repeint de rouge vif mes lèvres qu’elle effleure, du bout du pinceau. Soigneusement.
Ses yeux dans les miens. Ou mes yeux dans les siens ?
Avant que mes joues ne prennent la teinte de mes lèvres, je m’arrache à son regard. Appel Masqué traverse mon esprit.
«  Il n’y a presque plus de papier. »
Absurdité que de perturber la fébrilité d’un baiser presque échangé.
Elle s’avance et se penche, près de ma nuque dénudée. Près, si près que je frissonne à son souffle qui me caresse ce carré de peau encore ivre des tendresses de son bien aimé. Elle murmure.
« Ne t’inquiète pas, je t’en ai laissé la moitié. »

Lundi 9 novembre
03:29
8 Appels Masqués

6

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,