Mme Polar

il y a
2 min
127
lectures
8
Qualifié

Bonjour tous le monde! J'ai quinze ans, voilà,-bientôt seize,... Mon truc à moi, c'est mettre en scène chaque sentiments qui me trouble (toujours dans les "mémos" du smartphone..); Avec des  [+]

Image de 2014
Image de TTC 12-16 ans
Comme chaque Vendredi, je me rendis à la bibliothèque de mon village.
Mme Polar, la bibliothécaire était une vieille dame très sympathique, quoique fort étourdie: elle arrivais toujours cinq minutes en retard; Alors, pour se faire pardonné, elle m’offrait toujours deux livres en plus, à emprunter.

Ce jour-là, Mme Polar n’était pas là, et m’avait demandé de la seconder, car elle manquait de personnel.
Ce qui m’étonnait, car cette bibliothèque habritait de célèbre peinture, ainsi que de sublimes statues.

Alors que je rangeais les derniers stocks de livres qui venaient d’arriver, les lumières s’éteignèrent et les stores se fermèrent.
Une voie masculine nous ordonna de nous mettre à terre, et de ne plus bouger.
Elle nous averti également qu’elle était armée, et que, munit de lunette infrarouge, elle n’hésiterait pas à tirer si il le fallait.
Nous entendîmes des pas dépêchés pendant trente minutes, puis les lumières revinrent. Toutes les œuvres d’art avaient disparu, et tout le monde était affolé!
Virginie, une fameuse amie, travaillent à la bibliothèque, décida d’appeler la Police, ainsi que le S.A.M.U., si il y avait des malaises.

Heureusement, tout le monde allait bien. Les policiers prirent des notes, inspectèrent la salle, puis partirent.

Le lendemain matin, Mme Polar, l’espoir maussade, vint me rejoindre.
« Dit’-moi, mon petit, n’êtes-vous pas trop chamboulés par cette affaire?
-Non Madame Polar! Vous savez, il y a eu plus de peur que de mal!
-Oui, mon p’tit! Vous avez raison! Mais...tout d’même! Personne n’a pu voir qui était là?
-Non madame! Toutes les lumières étaient éteintes, et même les stores étaient fermés!... mais dites dites-moi, à votre tour, vous ne cacheriez pas quelques chose? Vous avez l’air plus chamboulés que tous ceux qui ont été témoin du crime, dans le noir d’ailleurs!
-Oh! Je suis désolé, mon petit! Et bien, si vous ne le dites à personne...
-Pour être honnête, ça dépendra de ce que vous m’annoncerez!
-...‘Bien tant pis! Elle se pencha sur moi, et continua: je... je suis persuadée que...c’est le fantôme de Paul qui était là, hier!...
-Mais, Madame Polar, enfin, hahaha!!! Vous délirez! les fantômes, ça m’éditée pas!
-Bien sûr que si! Pour preuve, il vient tout les soirs, pour me hanter! Il...il dit que c’est ma faute! Il ne dit que sa, mais...je n’ai rien fait! Je peux vous l’assurer!!
-Calmez vous, Madame Polar! Calmez vous. Si il y a un fantôme chez vous, Virginie et moi, si vous le permettez, venir le vérifier ce soir, c’est d’accord?! »

Le soir venu, nous avions un temps de garde chacune. A onze heure passé, Virginie me réveilla pour mon tour de garde, quand tout à coup, une voix se fit entendre.
« C’est de ta faute!...de ta faute, et tu vas en payer le prix!...’vaaa en payer le priiix! »
Deux secondes après, un cri à glacer le sang raisonna.
Terrifiée, Virginie prit mon bras en otage, puis, doucement mais surement, nous nous dirigeâmes vers la chambre de Mme Polar.
Mais lorsque j’ouvrit la porte et allumais la lumière: personne! Elle ne dormait pas dans sa chambre.
Bien décidées à la retrouvée, nous continuâmes dans le couloir.
Nous vîmes alors de la lumières s’échappa d’un porte.
J’entrais d’abord, est là: horreur! Le corps de Mme Polar gisait sur le sol, derrière son bureau. La salle était sans dessus-dessous, mais il n’y avait personne d’autre.
La victime ne répondit pas, alors Virginie attrapa le téléphone fixe, et appela les secours.
Attendant la police, j’inspectais la pièce, où j’appris tout de même son prénom, Mélodie, ainsi que celui son mari mort lors d’un vol de musée, Paul.
J’appris également que les œuvres d’art de la bibliothèque, reposaient dans la cave de Mme Polar!

Plus tard, lors d’une visite à l’hospital de Mme Polar, les médecins nous avait prévenu qu’elle avait perdue la mémoire.

Néanmoins, je me souviendrais toujours de ce que m’avait dit une Mme Polar à priori amnésique.
« Mon petit, je vous assure, ce n’est pas moi la responsable de sa mort! Ça je peux vous l’assurer,...le reste, c’est mon histoire... »
Puis elle s’était endormie.

8

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,