2
min

MISERERE MEI, DEUS ( Allegro ma non troppo ) -à Françoise et Gepetto avec ma tendre amitié-

Image de Isabelle Revenu

Isabelle Revenu

47 lectures

2

♫◠♪♫.♫ To know know know him
Is to love love love him
Just to see that smile
Makes my life worthwhile
To know know know him
Is to love love love him
And I do, and I do, and I do ♯ ♪ ¸¸.♬*.♩
J'ai l'intellect qui fout le camp. La dure-mère qui se lézarde.
Pinquée entre assiettes sales et moules à trier, je ramollis du bulbe. La matière cérébrale aussi fripée que la peau de mes mains après des heures de vaisselle, je me cramponne à l'évier de la plonge. Le bruit de la hotte en demi-sourdine dans les tympans.
La liberté coûte cher. Et encore, je m'estime heureuse de ne pas tomber plus bas dans les sondages et les profondeurs des eaux stagnantes. Oui, je sais, il n'y a pas de sot métier. C'est un fait. Pompier non plus ça n'est pas drôle. Pas plus que toubib ou ramoneur.
Aventurier, ça m'aurait plu.
Je le suis d'une certaine manière. Manque juste une ouverture sur le dehors là où je bosse. C'est un clos. Un peu un cloître. Sans les chants grégoriens et les heures de prières. À part la mienne qui résonne au fond des gamelles de risotto.
— Petit Jésus, faites passer les heures plus vite...
Je suis dégonflée du chippester.
Alors je m'invente des découvertes fabuleuses entre les plats à pizza qui trempouillent et les louches dégoulinantes de sauce au roquefort qui décantent. Et je m'escape. Je descends librement, bouteilles d'O² solidement arrimées dans le dos, sous les restes de tartare et de salade landaise.
J'y trouve un petit bulot à l'abri derrière son opercule, un morceau de nacre d'huître. Un zeste de citron tout rabougri. Jaune comme un éclat solaire.
Le temps de décompresser un peu et je sors la tête entre deux bulles de détergent, les trésors hasardeux dans mes doigts tout boursouflés.
— Aspirant Sailor, prêt ?
— Oui mon capitaine, aspirant Sailor fin prêt ! À vos ordres !
Et je prends une inspiration plus profonde que les autres, je mouille mon masque avec ma salive, je pointe mon pouce en l'air et là !
Là le chef-cuistot, celui qui veille sur moi, me dit :
— Louloute, y a une botte de persil et les poivrons à te farcir. Et quand t'auras terminé, tu regarderas dans la chambre froide s'il y a besoin de patates et d'oignons.
— D'ac chef mon chef !
Tu parles, les patates c'est mon rayon. Quand j'ai fait mon service militaire à Tizi Ouzou, déjà je les pelais. Alors c'est pas quelques sacs de plus qui vont me faire peur hein ?
— Bon chérie ma douce, ces patates ça avance ? T'iras t'en griller une au local des congélos quand t'auras terminé.
— Oui chef, je finis le persil et c'est parti !
Quand je pense que je voudrais bien dégoter un beau mâle qui me friserait le mien de persil, qui me l'arroserait d'une giclée de douceur... Mais c'est pas demain la veille. Je peine salement à me trouver un Julot. Un type qu'aurait pas peur des mouches et qui saurait me la jouer à l'ancienne. Avec des roses de temps en temps. Une balade par ci par là sur le sable d'Andernos-les-Bains-de-Pieds. Un tempo cool à la terrasse d'un bistrot le temps de se dire des gentillesses. Et qui me larguerait devant chez moi à la Gary Cooper dans sa Mini, en me baisant - mais non idiots - en me baisant la main et en me susurrant un attendrissant À demain, my love...
Vous voyez hein ? C'est vrai que je ramollis du bulbe. Ces choses-là n'arrivent que dans les films. Les romans de gare et autres frivolités.
Et la vie est loin d'être frivole et mes gares ne me mènent jamais très loin.
Allez Isa, courage et par ma foi, il vaut mieux être cloîtrée quelques heures par jour et avoir un salaire à la fin du mois que vivre enfermée de là d'où je viens en se demandant comment en sortir un jour.
Miserere peut-être
Desesperere jamais !
Un peu ramollo mais pas liquide encore. Bon, je passe l'éponge sur mes sornettes, sur la table de plonge et je rentre at home.
Au chaud. Chez ma Françoise... C'est bien là où je suis le mieux.

Thèmes

Image de Très très courts
2

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de Françoise Le Corre Bayle
Françoise Le Corre Bayle · il y a
hé ouiche, té, pardine...t'es notre BA , on ira au paradis.. Bise de Gep, et ptt ptt de la Françouése ...
·
Image de Isabelle Revenu
Isabelle Revenu · il y a
Ben je ne suis pas la seule BA ptttt ptttt, si j'arrive avant toi au Paradis, je te phone pour te dire si ça vaut la chandelle :)
·
Image de Dilou Bayou
Dilou Bayou · il y a
Un texte haut en couleurs, odeurs diverse, jeux de mots et humour ...cynique par moment;) merci Isa
·
Image de Isabelle Revenu
Isabelle Revenu · il y a
Cynique, oui ... et non ;) Parfois ça aide à tourner certaines phases de nos vies au ridicule
·