Misérable Connard.

il y a
1 min
77
lectures
20

Ce n'est pas moi qui écris ma vie. Non. C'est elle qui s'écrie  [+]

Ouais,

J'ai peut-être un soucis avec l'alcool. Un tout petit.

C'est juste qu'après trois verres , la vie me semble moins dure, moins triste, moins violente.

Je dis pas que ça résout mes problèmes, juste que ça les masque suffisamment pour que je puisse me sentir un peu mieux l'histoire de quelques heures.

Un enfoiré m'a dit : C'est dans tes gênes, regardes ta mère.

Ouais, moi je dirais, c'est plus les soucis qui sont dans les gênes.

Mais pas de soucis mec, tu veux échanger avec sa vie ?

Tu vois, elle , ses deux parents sont morts quand elle était jeune, à 14 ans , elle était orpheline.
Heureusement, un mère adoptive s'est présentée et l'as sauvée.

Ensuite, suite à la tristesse, elle a pris des crasses.
Mais encore une fois , elle s'en est sortie.

Des années plus tard, elle à rencontré mon père et lui a donné 5 enfants.

Six en tout avec ma (demi) sœur.

Quelques années plus tard, les médecins lui diagnostiquent un emphysème à stade avancé.

Elle est restée debout tu sais.

Elle a continué alors même que mon père a fui la maladie, et par la même occasion ma mère.

L'alcool a alors été sa dose d'évasion.

Mais ça ne l'a pas empêché de nous aimer, de nous chérir, d'être une mère exemplaire.

Le SPJ ( Service de protection de la jeunesse ) en a décidé autrement.

Pendant cinq ans , elle ne nous a pas revu. Et inversement.

Mais elle est restée forte malgré cette maladie qui la rongeait, qui la tuait, qui cherchait a la séparer de ces enfants.

Elle s'est battue.

Et j'ai pu la revoir, lui présenter ma première conquête, avec une fierté non dissimulée.

J'ai même fini par apprécier son humour noir qui définissait sa personnalité, une protection contre la peur.

Elle s'amusait tellement à rire de sa mort prochaine , cherchant absolument à nous préparer à sa future sortie de route.

Et elle est partie , dans son sommeil , laissant derrière elle 6 enfants préparés à sa mort. Et heureux de la voir enfin soulagée de cette souffrance quotidienne.

A son enterrement, les 3/4 des pleureurs n'étaient plus venu la voir depuis des années.

Un beau tas d'hypocrites.

Moi, je m'en fout, je l'aime et quand elle buvait , elle riait, c'était mon unique plaisir en ce monde.

En bref, tu veux pas échanger ta vie avec la sienne avant de juger , misérable connard ?
20

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,