Mireille

il y a
3 min
83
lectures
27
Qualifié
Image de 2020
Image de Très très courts
C'est l'histoire de Mireille.
Elle a 54 ans, a une vie heureuse et sans problème, elle travaille, elle vit avec Benoît son mari, les enfants sont grands maintenant et partis de la maison, et elle est en pleine santé. Mireille fait de l'aquagym le mercredi. Là, elle va faire sa mammographie de dépistage parce qu'elle en a assez de la pression des copines, de ses collègues de travail, de son médecin, et des médias au mois d'octobre qui disent avec des fonds roses et des logos roses qu'il faut vraiment se faire dépister sinon on est une irresponsable quoi !
On dit aussi tout le temps que la mammo "ça prévient du cancer", et puis "c'est pas grand-chose tu verras", et on lui donne un joli ruban à mettre au revers de sa veste et une invitation pour courir samedi la semaine d'après. Avec les copines et les collègues du travail. Elle ne comprend pas très bien comment une radiographie avec des rayons X préviendrait l'arrivée d'un cancer mais elle y va, confiante.
Le radiologue est gentil, il lui explique qu'il y a un "petit problème" à la mammo, et qu'il faut biopsier. Mireille a peur, on lui fait la biopsie, ça fait mal cette aiguille dans son sein dont on lui avait dit que "ce n'est rien". Elle attend une semaine le résultat, en prenant des anxiolytiques, elle mange à peine, ne dort plus.
Le résultat est "douteux", il faut refaire une biopsie. Elle a mal une deuxième fois, et puis développe un abcès du sein là-dessus. On va donner des antibiotiques ; elle les supporte mal avec une mycose bien inconfortable et des diarrhées. Et ce n'est pas très rose tout ça. Le radiologue la rappelle, dans le doute on va ôter la zone. Les copines ne sont pas là. Les collègues de travail non plus. Elles courent, en rose. On opère Mireille.
Le résultat est bénin, finalement ouf, il n'y a pas de cancer. Mireille suit une psycho-thérapie, elle a eu tellement peur. Et puis Benoît, son mari, en a un peu assez, ça tourne trop autour du cancer tout ça. Son couple commence à en souffrir et des mots pas roses sont parfois échangés. Enfin, ça va finir par se tasser.
Mais une semaine après on rappelle Mireille, il y a une ou deux cellules de carcinome in situ de bas grade. Ce n'est pas méchant, pas agressif. On va faire juste une "petite" radiothérapie préventive. Elle a confiance, c'est bien, la prévention. Mais bon, les gens en rose dans les médias auraient pu le dire que parfois les suites ne sont pas si simples.

Mireille a à présent 64 ans, et elle souffre d'une coronarite radique, une atteinte de ses coronaires à cause de la radiothérapie. C'est bête, cela va lui raccourcir grandement son espérance de vie. Entre temps elle a beaucoup lu, s'est informée sur des sites d'information comme Cancer Rose, Formindep, et des blogs de médecins indépendants. Elle a entendu parler du surdiagnostic, c'est à dire des découvertes de petites lésions qui ne sont pas dangereuses, on peut même vivre avec, mais lorsqu'elles sont découvertes par la mammographie, c'est trop tard, on traite tout de façon systématique. Un diagnostic inutile qui a débouché vers un traitement inutile qui lui a gâché et raccourci la vie. On aurait pu le lui dire, tout ça.
Et puis Benoît est parti, il en avait assez de ses jérémiades.
Mireille est souvent songeuse, si on l'avait informée avant, avant qu'elle se rende compte que selon des études internationales non relayées en France le dépistage ne marche pas, qu'il comporte beaucoup de risques dont elle n'a jamais entendu parler, ni sur M6, ni France Inter, ni France Info, ni même Dr Good n'en a parlé, et encore moins l'émission de 'Stars à nu', cette émission rigolote où des stars se déshabillaient pour "sensibiliser". On ne lui a pas dit non plus que les carcinomes in situ ne sont plus traités dans plusieurs pays où on fait juste de la surveillance, parce que ces cancers ne tuent pas, et qu'on peut même vivre avec. On ne lui a pas expliqué que justement tous les cancers ne tuent pas, on en fait tous les jours des cellules cancéreuses, mais à force de dépister de partout, on finit par trouver des choses inutiles.
Pourtant à la télé, ils avaient l'air tous de bonne humeur, le cancer du sein "c'est pas si grave", "on peut le prendre tôt" et le "soigner vite" et tout ça c'était tout rose, avec des jolies stars minces et bien portantes et jeunes qui disaient "surtout allez-y, ça sauve des vies". Même Alexandra Sublet, elle l'a dit sur France Info pendant vingt minutes d'interview.
Tout ça elle ne l'a pas su avant. On ne lui a pas dit que Benoît pourrait partir. Que les copines et les collègues de travail iraient courir en rose mais sans elle, la malade. La malade à cause du dépistage.
Aux femmes on leur donne des ballons roses et des rubans. Pas de l'information. Elles ne comprendraient pas de toute façon tous ces trucs compliqués.

Le jour d'après...

...Mireille va mourir.
27

Un petit mot pour l'auteur ? 6 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Tess Benedict
Tess Benedict · il y a
Merci pour ce témoignage. Il faut exprimer tous les points de vue, même si cela dérange.
Image de Keith Simmonds
Keith Simmonds · il y a
Une superbe œuvre qui nous éclaire sur le dépistage, qui demande notre sympathie pour Mireille ! Une invitation à venir soutenir Katherine la Combattante dans sa lutte courageuse et acharnée contre l’épouvantable maladie du cancer du sein. Mes remerciements d’avance !
https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/katherine-la-combattante

Image de Paul Jomon
Paul Jomon · il y a
Un texte engagé qui prend le contrepied de la doctrine officielle. Quand le remède est pire que le mal. Pas certain que Roche, partenaire du prix, vous suive jusque là. ;)
Image de Cécile Bour
Cécile Bour · il y a
Vous avez ô combien raison. Je ne cherche aucune distinction en effet. Je suis radiologue et témoigne ici de la réalité du dépistage mammographique, non médiatisée : un dépistage inopérant, qui ne sauve pas des vies et qui comporte beaucoup d'effets adverses qui contrebalancent l'hypothétique bénéfice, et dont on ne prévient pas les femmes. C'est ça que je vois en pratique courante, c'est ça la réalité, crue et pas rose. Il y a un intéressant article sur ce site d'information sur le dépistage et notamment qui dévoile les liens d'intérêts entre Roche et l'INCa. ;-) https://cancer-rose.fr/2016/01/03/302-2/ Tant pis pour le prix ! :-D :-D
Image de François B.
François B. · il y a
J'ai aimé votre façon de traiter le thème. La médecine a fait d'énormes progrès, et certains médecins croient pouvoir tout soigner, mais nous ne maitrisons pas encore tout...
Image de Renaud Maury
Renaud Maury · il y a
Ca commence doucement et gentillet, et ça finit pas bien... Tragique.
Et si c'était pas qu'un texte imaginaire, qu'un sujet fictif, qu'une nouvelle inventée ?
Et si c'était comme ça, dans la vraie vie des vrais gens...?