1
min

Miracle ?

Image de gillibert FraG

gillibert FraG

24 lectures

8

Didier marchait lentement, il avait décidé sur un coup de tête d’entreprendre le pèlerinage à Saint Jean de Compostelle
- Pourquoi ? Je ne suis pas croyant, je ne désire pas le devenir Je n’aime pas la marche, les gens que je rencontre m’ennuient, les uns enthousiastes, les autres tristes, beaucoup à la recherche d’un idéal, d’une identité, suivant leur personnalité, tous des insatisfaits, qui sentent en eux des besoins spirituels. Moi je suis matérialiste athée, les entendre me déplaît, me rendrait presque agressif ! Que suis-je venu faire ici ? Et il cherchait en sa mémoire, mais il ne trouvait en elle rien, qu’un grand vide, une mare immobile de néant. Peut-être espérais-je combler ces déserts de mon être ?
Non, décidément, peu lui importait ! il souhaitait voir le dernier match de foot, acheter une bonne pizza, boire une bière, sortir avec de jolies filles, écouter le dernier chant lancé par les médias, et continuer à se faire entretenir par Papa et Maman. C’était mal, il le savait, c’était une solution nécessairement provisoire, mais au fond, quelle importance ? Qui lui pourrait affirmer qu’il ne mourrait pas demain brutalement ? l’avenir ? C’est incertain, fatigant de le prévoir, d’y songer.
C’est décidé, je termine l’étape, et je repars dans le seizième !
Alors il entendit une musique, étrange et belle : d’où venait-elle ? Du ciel, semblait-il. Il ne savait : Des flûtes, des chants, c’était si joli !
Il voulut se moquer. En compagnie, c’eût été facile, on crâne devant les filles, on se concentre sur son rôle, et les autres vous entraînent, mais comment nier seul, dans ce paysage sauvage, le sentiment d’émerveillement ressenti ?
Il s’arrêta, et, sans même songer à s’asseoir, il écouta
Puis il les vit : de jeunes gens, habillés de longues robes blanches, s’étaient assis sur un sommet local, il voyait leurs silhouettes se découper sur le ciel bleu. Les uns chantaient, les autres accompagnaient de leurs instruments ; violons, guitares, flûtes et, pour donner parfois un peu de scintillement et d’éclat une trompette, pour donner de la chaleur, un corps anglais. Alors, il comprit : son âme qu’il n’avait jamais sentie s’éclairait et occupait en lui une place croissante, elle emplissait les terres incultes de son être. La musique : il n’en connaissait que les pièces misérables faites pour être entendues seulement. Il écoutait et en lui se développait des beautés infinies, visuelles, psychiques et quel plaisir pour les oreilles et l’intelligence ! Dès demain, j’apprendrai la musique, décida-t-il, et, satisfait de son pèlerinage, il monta sur la colline remercier les musiciens
Ceux-ci souriaient. Sont-ce vraiment des hommes comme ils le laissent croire, ou des anges ?
Didier est désormais un homme heureux !
8

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Albane Charieau
Albane Charieau · il y a
une bien jolie réflexion.
Image de Patrick Peronne
Patrick Peronne · il y a
A part " la coquille ST Jacques ", cette quête de Compostelle se transforme en chemin de Damas pour le plus grand bonheur de votre narrateur.
Image de Randolph
Randolph · il y a
On cherche là, on trouve ici ! Beau texte, merci !
Image de Ginette Vijaya
Ginette Vijaya · il y a
Voici un pèlerinage qui aura atteint son but !
Image de Dranem
Dranem · il y a
De quoi combler nos vides existentiels !
Image de Paul Thery
Paul Thery · il y a
Joli texte gorgé de spiritualité. Mais où se situe donc Sain-Jean de Compostelle? à côté de Saint-Jacques?
Image de gillibert FraG
gillibert FraG · il y a
Parfois, je fais des lapsus, je voulais parler de Saint Jacques de Compostelle. Merci de me le faire remarquer
Image de Philippe Barbier
Philippe Barbier · il y a
Bravo
Image de Flip
Flip · il y a
De quoi faire chanter l'âme !
Image de Duje
Duje · il y a
Rien n'est jamais définitif , nos certitudes ou impressions sont des réceptacles ouverts aux " virages de soi " !